Sociologie historique du politique

La sociologie historique du politique est un sous champ disciplinaire de la sociologie, qui regroupe un ensemble de travaux qui cherchent à rendre compte des phénomènes politiques à travers une approche historique. On trouve parfois l’expression de « socio-histoire »[1], ou encore « sociologie historique »[2]. Elle ne se confond pas avec l’histoire sociale, ni avec l’histoire politique, en ce qu’elle vise un niveau de généralité et de théorisation plus élevé.

Caricature du suffrage universel.

Ses objets de prédilection sont la genèse de l’État et de la Nation, la construction du suffrage universel et la professionnalisation de l’activité politique.

Travaux anglo-saxonsModifier

Les travaux anglophones de sociologie historique du politique empruntent à la sociologie comparative et à l’institutionnalisme historique. Cette tradition s’est en particulier développée en réaction au fonctionnalisme dominant dans l’après-guerre. Elle visait ainsi, initialement, à mettre en avant l’historicité de tous les phénomènes sociaux et en particulier politiques, qui sont par conséquent irréductibles à une analyse en termes de fonction.

La sociologie historique anglo-saxonne met ainsi en avant le concept de trajectoire historique qui souligne que chaque société suit un sentier marqué par des irréversibilités dus à des moments historiques précis (théorie de la "path-dependence"), qui expliquent sa situation présente. Ces études envisagent donc les problèmes au niveau macrosociologique et sur échelle de longue durée.

Cette tradition a été en particulier marquée par les travaux de Barrington Moore, Charles Tilly et Theda Skocpol. Leurs travaux cherchent en particulier à comprendre comment sont nés les États occidentaux et pourquoi la démocratie y a été développée.

FranceModifier

En France, les travaux relevant d'une approche historique du politique sont plus récents et sont souvent marqués par le constructivisme et dans certains cas par les travaux de Pierre Bourdieu. Ces travaux ont, en particulier, étudié la naissance du suffrage universel (Michel Offerlé, Alain Garrigou, Yves Déloye), mettant en avant le caractère historiquement construit de celui-ci, notamment la construction de la citoyenneté sur un temps long.

Notes et référencesModifier

  1. Yves Déloye, « La socio-histoire et l'intégration européenne», Politique européenne, no 18, hiver 2006, p. 5-154.
  2. Comme on la trouve par exemple dans Olivier Ihl et Martine Kaluszynski, Pour une sociologie historique des sciences de gouvernement, Revue Française d'Administration Publique, vol. 102, no 2, p. 229-243.

Articles connexesModifier