Sociologie du vote

Vote3 final.png

La sociologie du vote est la branche de la sociologie politique qui étudie en particulier le vote et ses déterminants sociologiques. On peut la confondre avec la sociologie électorale dans la mesure où l'essentiel des scrutins considérés ont lieu dans le cadre de l'élection de personnes.

Plusieurs modèles d'analyses du vote se développent au fur et à mesure des années.

Analyses écologiquesModifier

Un modèle explicatif géographiqueModifier

Le politologue André Siegfried publie en 1913 son ouvrage phare Tableau politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République, faisant naître la sociologie électorale en France. Son courant, dit « écologique », domine les facultés de science politique jusque dans les années 1930.

La démarche siegfriedienne est fondamentalement comparativiste et géographique. Elle est aussi durkheimienne en ce qu'elle considère le vote comme un fait social et non une logique individuelle. L'auteur utilise les données électorales par départements, circonscriptions et villes. Il remarque une certaine stabilité dans le vote. L'époque de l'écriture est propice à la réflexion sur les racines et la nation, en plein succès des écrits de Maurice Barrès. Siegfried adopte donc une démarche essentialiste, selon laquelle une population pense et vote d'une certaine manière du fait de son environnement[1].

Siegfried analyse les données sur près de 40 ans, de la fondation de la Troisième République à 1913, les résultats électoraux de 14 départements. La résolution de l'énigme du vote réside selon lui dans une variable géologique. Il remarque que les départements calcaires votent à gauche, et les départements granitiques, à droite ; ainsi, « le granit produit le curé, et le calcaire l'instituteur »[2].

En effet, selon Siegfried, le calcaire est une roche poreuse, qui rend les étendues rares. Les habitats sont donc concentrés, ce qui favorise les sociabilités communautaires, et induit une faible influence du clergé. Cela mènerait à voter à gauche. A contrario, le granite est une roche perméable qui permet l'existence d'une multitude de puits d'eau, conduisant à la création d'habitats dispersés, une faible densité de population, qui donc se retrouve à la messe pour voter. Ce catholicisme pratiquant inciterait à voter à droite.

Failles et limitesModifier

Sigefried développe une conception essentialiste du vote et de l'électeur, en croyant pouvoir identifier des facteurs structurants qui contraindraient, de manière inconsciente, le vote. Il fait appel à une psychologie des « ethnies » (au sens du XIXème siècle, c'est-à-dire des habitants d'une région d'un pays), sans démontrer cette « personnalité ethnique » à laquelle il fait référence[1].

L'explication par Siegfried des lacunes de son modèle par l'appel à cette proto-psychologie non-démontrable fait ainsi tourner court son modèle, d'autant plus que l'argumentation devient rapidement tautologique : « La race vendéenne est rebelle à toute influence qui n'est pas vendéenne »[2].

En 1971, l'historien Paul Bois publie Paysans de l’Ouest sous forme de réponse à Siegfried. Il pointe du doigt les failles et défauts de son analyse. Elle est notamment trop vaste dans l'espace, et sur une période de temps trop courte. Blois fait remarquer qu'une juste analyse du vote requiert de remonter jusqu'à l’identification d’un « traumatisme fondateur ». Il se concentre sur la Sarthe, dont l'ouest est conservateur et l'est progressiste. ll identifie la vente des biens nationaux de l’Église à la Révolution à la bourgeoisie urbaine, qui frustre les paysans de l'ouest qui développent ainsi un ressentiment face à la bourgeoisie urbaine, comme le traumatisme fondateur[1].

Enfin, un paradoxe de sociologie politique, appelé paradoxe de Robinson appelle à la prudence dans l'analyse des résultats territoriaux. En travaillant sur une relation potentielle entre la proportion de résidents de couleur noire et illettrisme aux États-Unis, Robinson observe que la corrélation diminue à mesure que l'échelle d'observation est plus faible. Elle passe de 0,94 lorsque le territoire est divisé en neuf subdivisions, à presque 0 lorsque l'échelle est individuelle. Les Noirs ne sont ainsi pas plus illettrés que les Blancs, mais ils habitent dans des zones rurales ou dans les États du Sud (le Sud profond) où le taux d'alphabétisation est plus faible.

Le renouveau des approches résidentiellesModifier

Les approches géographiques font leur retour en sociologie politique, notamment française, dans les années 1990.

En 2007, Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen publient La Démocratie de l’abstention. Cette enquête monographique, focalisée sur la cité des cosmonautes en Seine-Saint-Denis lors des élections présidentielles françaises de 2002 ainsi que les élections législatives françaises subséquentes, et des élections municipales françaises de 2008. Les auteurs montrent, d'abord, l'existence d'un important phénomène de mal-inscription, ainsi que celui du rôle de la famille, « cellule de base de la mobilisation électorale », dans le vote[3].

En 2007 également, la politologue américaine Claudine Gay (en), dans Moving Out, Moving Up: Housing Mobility and the Political Participation of the Poor[4], profite d'une politique publique bostonienne visant à reloger 4 000 familles pauvres, souvent afro-américaines et monoparentales. Un tiers des habitants est relogé dans des quartiers socialement mixtes, un tiers dans des quartiers moins dégradés, un tiers dans des quartiers similaires. Son étude montre que le taux de participation est identique pour les familles déplacées dans les quartiers moins dégradés ou similaires, mais que le taux de participation a baissé de 18% pour les familles logées dans des quartiers socialement mixtes. Les deux tiers des familles étudiées qui ont été relogées dans les quartiers les plus beaux ou les plus mixtes déclarent ne pas s'être faits d'amis dans le quartier, et 40% de ne pas avoir parlé à leur voisin. Gay conclut que « l'anomie sociale vécue par les plus pauvres dans les quartiers les plus favorisés gêne l’activation des incitations positives au vote »[5].

Analyses de l'influence des médiasModifier

Premières théories déterministesModifier

Le sociologue Harold Lasswell écrit dans les années 1920 sur les médias. Selon lui, les médias disposent d'une importante capacité de manipulation sur les masses. Ils peuvent procéder à une « piqûre hypodermique » et ainsi injecter dans le corps social les messages qu'ils souhaitent faire passer[6]. Il publie en 1927 Propaganda Technique in World War I, où il présente sa théorie. Il postule les consommateurs de médias (la population) comme des êtres passifs, incapables de refuser et de résister aux messages transmis[7]. Cette théorie semblait alors d'autant plus logique que les souvenirs de la Première Guerre mondiale planaient toujours et que les chercheurs tentaient d'expliquer comment des millions d'individus avaient pu se rendre, avec peu de protestations, à la mort sur les champs de bataille[8].

La théorie de Lasswell se heurte à la fois à la réfutation de Columbia (cf. ci-dessous), ainsi qu'aux explications socio-historiques des raisons qui ont poussé des individus à aller sur le champ de bataille. Le politologue Yves Déloye de Sciences Po Bordeaux, dans l’École et la citoyenneté (1994) explique l'influence des manuels scolaires de la IIIème République sur les consciences des jeunes Français, ainsi que la participation de ces manuels et de l'enseignement à la création d'une conscience républicaine teintée de revanchisme[9]. L'historien Eugen Weber d'UCLA soulignera aussi dans La Fin des terroirs (1983) l'effet de l'uniformisation des consciences dans la France du XIXème siècle, qui, en renforçant le sentiment d'appartenance, prépare le terrain à la levée des masses au cours de la première guerre mondiale[10].

La réfutation de ColumbiaModifier

Les années 1940 voient l'émergence de réfutations à la théorie de Lasswell. La première réfutation vient d'économistes issus de l'université Columbia, notamment Bernard Berelson, Hazel Gaudet et Paul Lazarsfeld. Ceux-ci publient en 1944 The People’s Choice. En menant une enquête sur l'effet des médias dans les résultats de l'élection présidentielle américaine de 1940, ils mettent en évidence les effets très limités des médias[11].

Ils n'influencent que peu les choix individuels, et ont plutôt tendance à renforcer des opinions préexistantes et conforter les électeurs dans leurs choix. Les auteurs avancent deux explications : le phénomène d'exposition sélective (l'individu n'écoute que les radios et ne lit que les journaux qui correspondent à sa vision du monde), et l'appartenance à un groupe primaire qui socialise l'individu. Leur recherche montre que les variables décisives sont la catégorie socio-professionnelle et le lieu d'habitation (rural ou urbain)[12].

En 1955, Paul Lazarsfeld et son disciple Elihu Katz publient Personal Influence, the Part Played by People in the Flow of Mass Communications (en français, Influence personnelle : ce que les gens font des médias)[13]. Celle-ci se base sur l'ouvrage précédent pour l'affiner. Les auteurs conceptualisent le « two step flow of communication » (aussi appelée théorie de la communication à deux étages). Lazarsfeld avait remarqué que l'entourage de l'individu est une variable bien plus conséquente que celle de l'exposition médiatique[8]. Lui et Katz expliquent que, parmi les proches d'un électeur se trouve toujours un individu appelé leader d'opinion. Plus au fait des choses politiques et en discutant beaucoup, ils ont souvent des caractéristiques sociales rares (un niveau de diplôme plus élevé, un statut social favorisé). Ils sont plus exposés aux médias et aux discours, et les retraduisent de manière simple à leur entourage. Les médias n'influencent donc pas l'électeur, mais ils influencent le leader d'opinion auquel l'électeur moyen va se référer[14].

Dans Sociologie du journalisme (2001), Erik Neveu souligne que les leaders d’opinion médiatiques (acteurs politiques ou éditorialistes) sont finalement les plus attentifs aux messages des médias, et donc les plus exposés à en subir l’emprise. Certains messages sont d’ailleurs directement émis en direction non pas du grand public, mais de catégories de dirigeants. Les médias eux-mêmes constituent un système interactif où les journalistes politiques spécialisés s’écoutent et s’influencent mutuellement.

Analyses économiques du voteModifier

L'émergence du « nouvel électeur »Modifier

La thèse du nouvel électeur est mise en évidence par la sociologie électorale américaine dans les années 1970. Les chercheurs remarquent que de plus en plus d'électeurs, ayant atteint un niveau de vie certain et voyant leurs besoins vitaux satisfaits, deviennent moins captifs des partis et peuvent voter sur des sujets qui leur tiennent à cœur[15]. Ces électeurs auraient une compétence politique supérieure à la moyenne[16].

Cette idée d'un électeur d'un type nouveau émerge en France dans les années 1980. La première publication importante sur ce sujet est écrite par Philippe Habert et Alain Lancelot de Sciences Po Paris (dans le quotidien Le Figaro en juin 1988, puis dans un ouvrage dédié en 1996[17]). Les résultats de l'enquête mettent en lumière un phénomène nouveau, celui d'électeurs qui prendraient leur décision de vote par rapport à un certain nombre d'enjeux d'une élection, et non en se positionnant d'une manière partisane. Environ 10 % des électeurs voteraient uniquement à partir d'enjeux. Il s'agit des « issue voters », opposés aux « party voters »[18].

Il a été argumenté que la fin du party voting serait lié aux déceptions et frustrations engendrées par les partis politiques depuis les années 1980. Le recul de la gauche au sein des catégories qui l'ont portée au pouvoir, notamment, aurait favorisé le développement de l'issue voting. Ce comportement induit une forte volatilité électorale. Elle est prouvée par une étude du CEVIPOF en 1995, qui montre qu'environ 12 % des électeurs est passé d'un vote de gauche à droite ou de droite à gauche lors des dernières élections[19].

La théorie du public choice et l'électeur rationnelModifier

La théorie du choix public émerge aux États-Unis. Elle conçoit le monde politique comme un marché, avec une offre et une demande, où les électeurs choisissent rationnellement leurs dirigeants. Elle est inaugurée par Anthony Downs en 1957 dans An Economic Theory of Democracy. Sa théorie repose sur trois axiomes : les comportements sont rationnels au regard d'une rationalité procédurale ; le comportement est orienté autour d'une rationalité économique ; le comportement individuel est utilitariste. L'électeur est ainsi supposé calculateur. Il va opérer des calculs avant de voter : il faut que le coût d'opportunité d'aller voter soit faible, que les gains estimés soient les plus importants possibles[20].

Cette théorie se heurte à un paradoxe, appelé paradoxe de Downs, est qu'il n'est pas rationnel au niveau individuel d'aller voter : le poids marginal de chaque bulletin de vote est très faible, l'influence d'un vote individuel est proche de 0.

Vladimir Key va approfondir la théorie de Downs en se basant sur un modèle rétrospectif, selon lequel les électeurs jugent un candidat sur ce qu'il a fait plutôt que sur ce qu'il promet de faire (modèle prospectif). Les électeurs feraient leur choix en se basant principalement sur le taux d'inflation et le taux de chômage. Cette théorie permet à des modèles prédictifs de se développer, dont notamment par Gerald Kramer en 1971, qui l'applique à l'évolution des votes aux élections américaines entre 1896 et 1964 (« Short-terms fluctuations in US Voting Behavior, 1896 – 1964 »)[21]. En 2008, le modèle est utilisé puis Gilles Ivaldi et Jocelyn Evans pour prédire le vote d'extrême-droite en France (« Forecasting the Extreme Right Vote in France »). Les auteurs découvrent que le taux du vote pour le Front national est corrélé au taux de chômage, à la peur de l'immigration, au taux de criminalité et à la popularité du président et de l'opposition[22].

L'électeur stratègeModifier

La théorie de l'électeur stratège fait à nouveau de l'individu-électeur le centre de son modèle. ll est à nouveau postulé comme calculateur. La théorie de l'électeur stratège est cependant basée sur des axiomes moins restrictifs, et par une analyse sociologique plus fine. Les comportements stratégiques diffèrent selon le cadre électoral (la nature de l'élection, le mode de scrutin, les candidats...)[23].

André Blais de l'université de Montréal publie en 2004 « Y a-t-il un vote stratégique en France ? ». Il estime le vote stratégique (couramment appelé vote utile) à 1 % du corps électoral. Il crée le concept de « vote stratégique inversé », qui consiste à abandonner son candidat préféré au premier tour au profit d'un plus petit candidat, comme étant d'environ 10 % du corps électoral. Cette pratique pourrait avoir comme objectif d'envoyer un message au candidat. Il estime qu'en 2002, « 15 % de ceux qui voulaient Chirac pour président et 18 % de ceux qui préféraient Jospin, ce qui correspond à 8,5 % de l’ensemble des électeurs, ont décidé d’abandonner stratégiquement leur candidat au premier tour pour lui envoyer un message »[24].

Analyses des variables déterminants le voteModifier

Classe socialeModifier

 
Espace social et tendance de vote (Pierre Bourdieu, Raisons pratiques, Seuil, coll. « Points », 1996, p. 21).

La classe sociale fait l'objet de recherches importantes depuis le début du XXème siècle. L'indice d'Alford est mis en place afin de mettre en relief le lien entre la classe sociale et le vote[25].

En 1960, Robert Nisbet établit dans « The Decline and Fall of Social Class » la thèse d'une disparition des classes sociales du fait de la moyennisation, c'est-à-dire de l'augmentation progressive du revenu et et du niveau de vie des classes ouvrières[26]. Cela est confirmé ensuite par Henri Mendras, dans son ouvrage de 1989 La Seconde Révolution française, où il explique que la tertiarisation, couplée à la moyennisation, fait chuter l'importance du vote de classe[27].

ReligionModifier

Les effets de la religion sur le vote sont analysées par Guy Michelat et Michel Simon dans Classe, religion et comportement politique en 1977. L'étude montre que le degré de pratique religieuse du catholicisme est prédictive du vote. Plus un individu est pratiquant, plus il votera à droite. Cela témoigne de la sous-culture catholique, composée d'un système de valeurs très cohérent et profondément intériorisé. Ce système de valeurs, souvent conservatrices, qui exaltent la famille, la transmissions du patrimoine et la tradition, portent ainsi à voter à droite.

Cette étude est confirmée par les statistiques électorales des élections législatives françaises de 1978. 82 % des catholiques pratiquants avaient voté à droite, contre 86 % des Français qui se déclaraient « sans religion » qui avaient voté à gauche. L'étude est relativisée par le recul significatif de la pratique religieuse en France, 8 % des sondés en 2012 se déclarant pratiquants réguliers, contre 21 % en 1978.

Lors de l'élection présidentielle française de 2017, 33 % des catholiques pratiquants ont voté pour François Fillon, contre 18 % de ceux qui se déclaraient sans religion.

Revenu et patrimoineModifier

Le patrimoine semble être une variable plus lourde que l'âge. Dans leur ouvrage de 1998 France de gauche. Vote à droite ?, Jacques Capdevielle et Elisabeth Dupoirier créent le concept d'« effet patrimoine ». Ils montrent que le niveau de patrimoine est une variable plus lourde que celle du revenu. Les agriculteurs possédants votent par exemple à droite, et les professeurs riches votent à gauche[28].

GenreModifier

Le genre fait partie, en France, des variables non-déterminantes. Il ressort des études sociologiques que la tendance des femmes à voter un peu plus à droite que les hommes durant les premières décennies qui ont suivi leur accès aux urnes s'est estompée, en raison de l'entrée massive des femmes sur le marché du travail et de l'homogénéisation des conditions de vie qui s'en est suivie[29]. Il existait un phénomène appelé radical right gender gap selon lequel les femmes votaient historiquement moins pour l'extrême-droite (Rassemblement national en France)[30]. Ce gap a diminué de plusieurs points à chaque élection jusqu'à disparaître entre l'élection présidentielle française de 2012 et l'élection présidentielle française de 2017[31].

Analyses de la participation électoraleModifier

Les variables de la participation et de l'abstentionModifier

La montée de l'abstention dans les sociétés démocratiques a conduit la sociologie du vote à se pencher sur les raisons de la participation au vote, qui était jusque là tenue pour normale. Le fondateur de l'analyse de l'abstention est Daniel Gaxie. Dans son ouvrage Le Cens caché, Gaxie remarque un phénomène d'auto-exclusion de certains électeurs potentiels. Cette auto-exclusion est due au sentiment d'une faible compétence politique, lui-même corrélé à la détention de capitaux culturels (dont la forme la plus objectivée est le diplôme). Les femmes s'abstiennent ainsi plus dans la France des années 1960 que les hommes, les travailleurs précaires que les employés stables. La spécialisation et la complexification croissante des affaires de la cité, et le degré d'intensité du travail de mobilisation des électeurs lors des campagnes (couverture des médias, argent dépensé, nombre de meetings, etc.), ont une influence désincitatrice sur les classes populaires[32].

Patrick Lehingue remarque dans Subunda, en 2007, que les sondages influent plus sur la probabilité d'aller voter que sur le vote en lui-même. La théorie de l'électeur-stratège se heurte aux disparités de compétence politique[33].

Les différentes formes d'abstentionModifier

Les analyses de l'abstention à partir des années 1980 montrent qu'il existe, aux États-Unis, un processus par lequel l'« identification partisane » s'effritant, la propension des électeurs à voter se réduit. La volatilité (la décision de voter à une élection, de ne pas voter à une autre, ...) serait ainsi un signe de vitalité démocratique[34].

Les analyses de l'abstention mettent en évidence l'existence de plusieurs types d'abstention[34].

L'abstention engagée ne traduit pas une distance vis-à-vis du monde politique, ni même un rapport désenchanté au vote, mais un véritable choix[34]. L'abstention non-engagée, c'est-à-dire celle décrite par Daniel Gaxie, serait le symptôme d'une faible compétence ou de sentiment de compétence politique, alliée aux phénomènes de non-inscription ou de mal-inscription, qui touche 7 millions de personnes en France[35].

L'abstention intermittente, c'est-à-dire une abstention et participation irrégulières, est la plus courante[36].

Analyses socio-historique de l'acte du voteModifier

L'étude de la construction historique de la citoyenneté a pris la forme de la sociologie de l'acte de vote. Cette analyse se propose d'étudier le vote sous l'angle des dispositifs qui le rendent possibles. Urnes, isoloirs, bulletins sont autant de technologies du vote qui nous renseignent sur sa mise en forme politique[37].

Article connexeModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Patrick LEHINGUE, Le vote: Approches sociologiques de l'institution et des comportements électoraux, La Découverte, (ISBN 978-2-348-05697-0, lire en ligne)
  2. a et b Siegfried, André (1875-1959),, Tableau politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République, Éditions de l'Université de Bruxelle, dl 2010 (ISBN 978-2-8004-1473-7 et 2-8004-1473-1, OCLC 690758038, lire en ligne)
  3. Jean-Yves Dormagen, Alexandre Dézé et Daniel Mouchard, Introduction à la sociologie politique, De Boeck Supérieur, (ISBN 978-2-8073-2926-3, lire en ligne).
  4. (en) Claudine Gay, Moving Out, Moving Up: Housing Mobility and the Political Participation of the Poor, Université Harvard, (lire en ligne).
  5. Patrick Lehingue, Le vote, La Découverte, (ISBN 978-2-7071-5449-1, lire en ligne).
  6. Rieffel, Rémy., Sociologie des médias, Ellipses, (ISBN 2-7298-2445-6 et 978-2-7298-2445-7, OCLC 300294515, lire en ligne)
  7. Lasswell, Harold D. (Harold Dwight), 1902-1978,, Propaganda technique in the World War (ISBN 978-1-61427-506-0 et 1-61427-506-8, OCLC 892911929, lire en ligne)
  8. a et b Philippe Breton et David Le Breton, Le silence et la parole contre les excès de la communication, ERES, (ISBN 978-2-7492-1141-1, lire en ligne)
  9. ΔΕΣΠΟΙΝΑ ΚΑΡΑΚΑΤΣΑΝΗ, « Yves Déloye, Ecole et citoyenneté. L'individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy: controverses », Μνήμων, vol. 21,‎ , p. 289 (ISSN 2241-7524 et 1105-3917, DOI 10.12681/mnimon.804, lire en ligne, consulté le 6 juin 2020)
  10. Weber, Eugen Joseph., Géniès, Bernard, 19..- ... et impr. Aubin), La Fin des terroirs : la modernisation de la France rurale : 1870-1914, Fayard, (ISBN 2-213-01284-9 et 978-2-213-01284-1, OCLC 417188097, lire en ligne)
  11. (en) Paul Felix LAZARSFELD, The People's Choice ... By P. F. Lazarsfeld, Bernard Berelson and Hazel Gaudet. (Second edition.)., Columbia University Press, (lire en ligne)
  12. (en) John Gray Geer, Public Opinion and Polling Around the World: A Historical Encyclopedia, ABC-CLIO, (ISBN 978-1-57607-911-9, lire en ligne)
  13. Elihu Katz et Paul F. Lazarsfeld, Influence personnelle: Ce que les gens font des médias, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-25859-7, lire en ligne)
  14. François Heinderyckx, Une introduction aux fondements théoriques de l'étude des médias, Editions du CEFAL, (ISBN 978-2-87130-120-2, lire en ligne)
  15. Jean-Yves Dormagen et Daniel Mouchard, Introduction à la sociologie politique, De Boeck Superieur, (ISBN 978-2-8041-9161-0, lire en ligne)
  16. Olivier Fillieule, Sociologie plurielle des comportements politiques: Je vote, tu contestes, elle cherche..., Presses de Sciences Po, (ISBN 978-2-7246-2017-7, lire en ligne).
  17. Philippe Habert, Le nouvel électeur, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-402-11227-7, lire en ligne).
  18. Florence Haegel, « L'électeur », Pouvoirs, vol. 99, no 4,‎ , p. 151 (ISSN 0152-0768 et 2101-0390, DOI 10.3917/pouv.099.0151, lire en ligne, consulté le 6 juin 2020).
  19. Denis Peschanski, Michael Pollak et Henry Rousso, Histoire politique et sciences sociales, Editions Complexe, (ISBN 978-2-87027-373-9, lire en ligne).
  20. Downs, Anthony., An economic theory of democracy., Harper, [1957] (ISBN 0-06-041750-1 et 978-0-06-041750-5, OCLC 254197, lire en ligne)
  21. (en) Gerald H. Kramer, « Short-Term Fluctuations in U.S. Voting Behavior, 1896–1964 », American Political Science Review, vol. 65, no 1,‎ , p. 131–143 (ISSN 0003-0554 et 1537-5943, DOI 10.2307/1955049, lire en ligne, consulté le 7 juin 2020)
  22. (en) Jocelyn Evans et Gilles Ivaldi, « Forecasting the Extreme Right Vote in France (1984–2007) », French Politics, vol. 6, no 2,‎ , p. 137–151 (ISSN 1476-3427, DOI 10.1057/fp.2008.1, lire en ligne, consulté le 7 juin 2020)
  23. Anne-Cécile Douillet, Sociologie politique: Comportements, acteurs, organisations, Armand Colin, (ISBN 978-2-2006-2042-4, lire en ligne).
  24. B. Cautrès et N. Mayer, Le nouveau désordre électoral: Les leçons du 21 avril 2002, Paris, Presses de Sciences Po, (lire en ligne), p. 279-301.
  25. Voir Guy Michelat, Michel Simon, Classe, religion et comportement politique, Paris, Éditions sociales/Presses de Sciences Po, 1977.
  26. Robert A. Nisbet, « The Decline and Fall of Social Class », The Pacific Sociological Review, vol. 2, no 1,‎ , p. 11–17 (DOI 10.2307/1388331, lire en ligne, consulté le 6 juin 2020)
  27. Mendras, Henri., La seconde Révolution française : 1965-1984, Gallimard, (ISBN 2-07-071452-7 et 978-2-07-071452-0, OCLC 20933366, lire en ligne)
  28. Capdevielle, Jacques., Grunberg, Gérard., Schweisguth, Etienne. et Ysmal, Colette., France de gauche. Vote à droite?, Presses de Sciences Po, (ISBN 978-2-7246-8600-5, 2-7246-8600-4 et 978-2-7246-0553-2, OCLC 942526968, lire en ligne)
  29. Anne-Cécile Douillet, Sociologie politique: Comportements, acteurs, organisations, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-62042-4, lire en ligne)
  30. Jean-Yves Dormagen et Daniel Mouchard, Introduction à la sociologie politique, De Boeck Superieur, (ISBN 978-2-8073-2151-9, lire en ligne)
  31. Christèle Marchand-Lagier, « Le vote des femmes pour Marine Le Pen », Travail, genre et sociétés, vol. 40, no 2,‎ , p. 85 (ISSN 1294-6303 et 2105-2174, DOI 10.3917/tgs.040.0085, lire en ligne, consulté le 7 juin 2020)
  32. Gaxie, Daniel (1947-....)., Le cens caché : inégalités culturelles et ségrégation politique (ISBN 2-02-004941-4 et 978-2-02-004941-2, OCLC 489393837, lire en ligne)
  33. Lehingue, Patrick, 1956- ..., Subunda : coups de sonde dans l'océan des sondages, Éd. du Croquant, impr. 2007 (ISBN 978-2-914968-29-4 et 2-914968-29-9, OCLC 470705845, lire en ligne)
  34. a b et c Anne-Cécile Douillet, Sociologie politique: Comportements, acteurs, organisations, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-62042-4, lire en ligne)
  35. Frédéric Lambert et Sandrine Lefranc, 50 fiches pour comprendre la science politique, Editions Bréal, (ISBN 978-2-7495-0791-0, lire en ligne)
  36. Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant et Olivier Masclet, Sociologie des classes populaires contemporaines, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-60202-4, lire en ligne)
  37. Yves Déloye, Olivier Ihl, L'acte de vote, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.