Société hippique nationale

Une société hippique nationale (en abrégé : SHN) est, en France, un lieu d'enseignement de l'équitation, partiellement ou totalement accessible à un public de civils, et généralement hébergé dans un lieu à vocation étatique ou militaire[1].

En 1964, une SHN est créée au Haras national d'Hennebont[2]. En 2001, avec la réforme des Haras nationaux, elle signe un bail d'occupation précaire pour 18 ans[2]. En 2019, le bail arrivant à son terme n'est pas reconduit, entraînant la disparition de la SHN d'Hennebont, qui aura vu passer quatre générations de cavaliers[2],[3]. Selon Grand Prix magazine, il s'agissait de la dernière SHN de France[4].

La société hippique nationale de Bordeaux, installée à Villenave-d'Ornon, est dissoute en 1989 pour des raisons budgétaires[5].

Une autre SHN est hébergée dans le manège de l'École militaire, à Paris : ouverte prioritairement aux militaires en activité et à leur famille, elle accueille des cavaliers civils durant deux mois l'été[6].

Notes et référencesModifier

  1. Journal officiel de la République française: Débats parlementaires: Assemblée nationale, Numéros 30 à 43, 1970.
  2. a b et c « La Société hippique d'Hennebont disparaît du paysage équestre », sur GrandPrix-replay.com (consulté le 23 octobre 2019).
  3. Delphine LANDAY, « Hennebont. La Société hippique nationale sera liquidée », sur Ouest-France.fr, (consulté le 23 octobre 2019).
  4. « La SHN de Hennebont, “un véritable gâchis” selon ses anciens présidents… », sur GrandPrix-replay.com (consulté le 25 octobre 2019)
  5. « Avenir des sociétés hippiques de Fontainebleau et de Villenave-d'Ornon - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 23 octobre 2019).
  6. « Société Hippique Nationale », sur Manège école militaire Paris (consulté le 23 octobre 2019).