Société des établissements modernes de mécanique

Société des établissements modernes de mécanique
logo de Société des établissements modernes de mécanique

Fondateurs Paul RoyetVoir et modifier les données sur Wikidata

La SEMM, Société des Établissements Modernes de Mécanique, appelée également SEM, est une société de fabrication d'appareils photographiques fondée par Jean Cros et Paul Royet[1].

Logo en noir et blanc de l'entreprise d'appareils photographiques SEM à Aurec (Haute-Loire)
Logo de SEM à Aurec
Aperçu du côté gauche de l'appareil à double objectif Semflex, modèle de 1953.
Semflex, modèle de 1953.

Établie tout d'abord à Saint-Étienne (Loire), elle déménage en 1947 à Aurec (Haute-Loire)[2]. Elle est notamment réputée pour son appareil à double objectif le Semflex.

HistoriqueModifier

L'histoire de cette maison — qui ne porte pas encore de nom — débute en 1942 avec l'appareil Reyna développé par l'entreprise parisienne Cornu. Cette dernière cherche alors à produire son appareil en dehors de la zone occupée et accorde une licence à l'industriel Jean Cros qui s'associe au technicien en mécanique Paul Royet pour réaliser son appareil qui se nommera le Reyna-Cross[3].

Après la libération, l'entreprise stéphanoise prend le nom de SEMM pour développer ses propres appareils sans licence Cornu, et déménage dans le même temps à Aurec dans une ancienne usine de tissage[4]. Le Reyna-Cross prend le nom de SEM Kim[5]. L'entreprise prendra rapidement le nom de SEM.

L'activité cesse en 1989[6].

Appareils photographiquesModifier

 
Semflex T950, Semflex standard 3.5, deux Semflex standard 4.5, Reyna Cross III et Sem Kim
  • SEM Kim - Appareil inspiré du Reyna-Cross Cornu.
  • Kim II
  • Orénac
  • Orénac III
  • Baby Orénac
  • Orénac 235
  • Baby SEM
  • Babyjoy
  • Baby Lord
  • Semflex I
  • Semflex II
  • Semflex Otomatic
  • Semflex S
  • Semflex T.950
  • Semflex Otomatic B
  • Semflex semi Otomatic
  • Semflash
  • Semflex Joie de vivre : version automatique très simple d'utilisation du Semflex dans un coffret et une finition haut de gamme, mais fut un échec commercial (1958)[4].
  • Semflex Studio
  • Colorado
  • Challenger

BibliographieModifier

  • Patrice-Hervé Pont, SEM et les Semflex : en tête des 6 x 6 français, Neuilly, P.-H. Pont, 1995, 141 pages.
  • Bernard Vial, Histoire des appareils français : période 1940-1960, Fotovic, 1980.

Notes et référencesModifier

  1. « Le Reyna-Cross II », sur Collection appareils Sylvain Halgand (consulté le 26 septembre 2017)
  2. « Page de la Société des établissements modernes de mécanique sur Data.bnf.fr », sur data BnF (consulté le 26 septembre 2017)
  3. Bernard Vial, Histoire des appareils francais : periode 1940-1960, Fotovic, , p.37
  4. a et b Bernard VIAL, Histoire des appareils francais : periode 1940-1960, Fotovic, , p. 135-144
  5. (en) « liste SEM », sur Collection argentique (consulté le 29 septembre 2017)
  6. « Société des établissements modernes de mécanique », sur data.bnf.fr (consulté le 13 mai 2019)