Site d'essais nucléaires de Punggye-ri

Site d'essais nucléaires de Punggye-ri
Image illustrative de l’article Site d'essais nucléaires de Punggye-ri
L'entrée des tunnels sur le site de Punggye-ri en 2013
Description
Nom local 풍계리 핵실험장
Période d'activité 2006 - 2018
Essais
Essais nucléaires 5
Essais thermonucléaires 1
Localisation
Pays Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Ville la plus proche Punggye-ri (Hamgyong du Nord)
Coordonnées 41° 16′ 41″ nord, 129° 05′ 15″ est
Géolocalisation sur la carte : Corée du Nord
(Voir situation sur carte : Corée du Nord)
Site d'essais nucléaires de Punggye-ri

Le site d'essais nucléaires de Punggye-ri (hangeul : 풍계리 핵실험장) est l'unique site d'essais nucléaires de la Corée du Nord. Il est situé dans la province du Hamgyong du Nord, au Nord-Est du pays. Le site est détruit le par le Gouvernement de la Corée du Nord[1].

GéographieModifier

Le site de Punggye-ri se situe dans la province du Hamgyong du Nord, dans le Nord-Est de la Corée du Nord. Il s'agit d'une région montagneuse dont le point culminant est le Mantapsan (2 205 m d'altitude), situé à seulement deux kilomètres au nord du site d'essais nucléaires. Le village de Punggye-ri, qui a donné son nom au site, se trouve quant à lui à 12 km au sud-est.

CaractéristiquesModifier

Ce site d'essais présente comme principale caractéristique d'être souterrain. Ce type d'essais s'est notamment développé à la suite du traité d'interdiction partielle des essais nucléaires sur le site d'essais du Nevada. Cette technique a pour conséquence principale de réduire l'émission de particules radioactives dans l'atmosphère, mais aussi de rendre l'installation plus difficile à espionner par l'imagerie satellite. La réduction, voire l'absence de radionucléides rejetés dans l'atmosphère, empêche les autres parties de prouver la nature atomique de l'essai, ainsi que de connaître les caractéristiques de la bombe en analysant les retombés[2].

HistoireModifier

 
Sismogrammes des différentes explosions ayant eu lieu sur le site de Punggye-ri, enregistrés depuis la ville de Mudanjiang, en Chine.

Le site de Punggye-ri a été le théâtre de six explosions atomiques, dont une d'origine thermonucléaire, entre 2006 et 2017.

2006 : la découverte de l’existence du site par la communauté internationaleModifier

 
Le 9 octobre 2006, l'Agence météorologique du Japon enregistre des ondes sismiques qui coïncident avec l'essai nucléaire nord-coréen.

Le premier essai nucléaire sur le site, revendiqué par le gouvernement nord-coréen, a eu lieu le 9 octobre 2006[3]. La puissance de cet essai souterrain a été estimée entre 1 et 10 kilotonnes par l'institut de sismologie NORSAR et entre 5 et 15 kilotonnes par le ministre de la Défense russe de l'époque, Sergueï Ivanov[4]. Le NORSAR a par la suite rectifié son estimation en estimant la puissance de l'explosion à environ 1 kilotonne[5].

2009 : affaibli, le régime envoie un avertissement aux grandes puissances militairesModifier

L'essai nucléaire du 25 mai 2009 a eu lieu quelques kilomètres à l'ouest du premier essai de 2006[6] dans un contexte d'affaiblissement du régime nord-coréen. En effet, Kim Jong-il avait subi une attaque cérébrale en août 2008[7] et avait annoncé que le pouvoir reviendrait à son fils, Kim Jong-un, en janvier 2009[8].

Des estimations menées par le BGR en 2013 indiquent que la puissance de la bombe était située entre 5 et 12 kt[9].

2013 : le premier essai depuis la mort de Kim Jong-ilModifier

Le , l'agence gouvernementale KCNA annonce le succès d'un essai nucléaire utilisant une bombe de plus petite dimension tandis que sa puissance aurait été augmentée[10]. Le BGR annonce en 2016 que la puissance de cet essai était de 14 kt[11] tandis que le gouvernement sud-coréen indiquait en 2013 que la puissance du dispositif était comprise entre 6 et 7 kt[12].

2016 : deux essais qui traduisent une volonté de développer une ogiveModifier

 
Document signé par Kim Jong-un le ordonnant la réalisation d'un essai d'une bombe H, qui aboutira à l'essai nucléaire du 6 janvier.

Le , la Corée du Nord procède à un nouvel essai d'une puissance comparable au précédent, avec une énergie dégagée d'environ 10 kt[13]. Bien que le gouvernement nord-coréen affirme avoir réussi son premier essai d'une bombe thermonucléaire, il s'agit plus probablement d'une bombe à fission dopée[14].

2017 : explosion d'une bombe thermonucléaire et potentielle destruction du siteModifier

Après le sixième essai nucléaire nord-coréen et le cinquième sur le site effectué le 3 septembre 2017 et d'une puissance évaluée entre 70 et 120 kt, plusieurs équipes de scientifiques à travers le monde estiment que le site est inutilisable par suite de l'effondrement d'une partie du terrain dans la poche créée par l'explosion. Ce qui expliquerait en partie l'annonce du gouvernement nord-coréen en avril 2018 du gel de ses tests nucléaires [15].

Notes et référencesModifier

  1. Philippe Mesmer, « La Corée du Nord démantèle Punggye-ri, son site d’essais nucléaires », sur www.lemonde.fr, (consulté le 26 mai 2018)
  2. (en) Jonathan Medalia, North Korea’s 2009 Nuclear Test : Containment, Monitoring, Implications, Congressional Research Service, , 38 p. (lire en ligne), p. 23
  3. Arnaud Vaulerin, « Corée du Nord : six questions pour un test de plus », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2017)
  4. Colette Thomas, « La bombe embrase la diplomatie », RFI.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 septembre 2017)
  5. (en) Anne S. Lycke, « Large nuclear test in North Korea on 3 September 2017 », norsar.no,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2017)
  6. (en) Institut d'études géologiques des États-Unis, « M 4.7 Nuclear Explosion - North Korea », sur earthquake.usgs.gov, (consulté le 28 avril 2018)
  7. RTBF, « Kim Jong-Il opéré après une attaque cérébrale », sur www.rtbf.be, (consulté le 28 avril 2018)
  8. (en) BBC, « N Korea 'names Kim's successor' », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 28 avril 2018)
  9. (de) BGR, « BGR registriert vermutlichen dritten nordkoreanischen Kernwaffentest », sur www.bgr.bund.de, (consulté le 29 avril 2018)
  10. (en) Jack Kim, « North Korea confirms "successful" nuclear test: KCNA », sur www.reuters.com, (consulté le 29 avril 2018)
  11. (de) BGR, « Nordkorea: BGR registriert vermutlichen Kernwaffentest », sur www.bgr.bund.de, (consulté le 29 avril 2018)
  12. (en) « How Powerful Was N.Korea's Nuke Test? », sur english.chosun.com, (consulté le 29 avril 2018)
  13. (de) BGR, « Nordkorea: BGR registriert vermutlichen Kernwaffentest », sur www.bgr.bund.de, (consulté le 3 juin 2018)
  14. Anne Bauer, « Corée du nord : bombe A ou bombe H  ? », sur www.lesechos.fr, (consulté le 3 juin 2018)
  15. (en) Stephen Chen, « North Korea’s nuclear test site has collapsed ... and that may be why Kim Jong-un suspended tests », sur South China Morning Post, (consulté le 26 avril 2018).