Silas H. Stringham

Silas Horton Stringham
Silas H. Stringham

Naissance
Middletown, comté d'Orange, (New York)
Décès
Brooklyn
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance Armée de l'Union
US Army
Grade USN Rear Admiral rank insignia.jpg Contre-amiral
Années de service 1809 – 1861
Conflits Guerre anglo-américaine de 1812
Seconde guerre barbaresque
Guerre américano-mexicaine
Guerre de Sécession

Le contre-amiral Silas Horton Stringham' ( - ) était un officier de la marine des États-Unis qui a été actif pendant la guerre de 1812, la deuxième guerre de Barbarie et la guerre américano-mexicaine. Il a commandé le blocus de l'Atlantique Escadron au début de la guerre civile américaine .

BiographieModifier

Né à Middletown, New York[1], Stringham entre dans la Marine le [2], âgé de seulement 11 ans. Il obtient une promotion au grade d'aspirant le [3] en servant sous les ordres du capitaine John Rodgers, commandant d'une frégate. Il sert lors de la Little Belt Affair en mai 1811 ainsi que lors de l'engagement contre le HMS Belvidera le [4] .

Etant promu lieutenant le [5], il est affecté au brick Spark sous les ordres du capitaine Thomas Gamble qui fait partie de l' escadre de Stephen Decatur dans les guerres de Barbarie et participe à la prise d'une frégate algérienne. Au début de 1816, alors que le brick Spark est à Gibraltar, un brick français, tentant d'entrer dans la baie par un coup de vent, chavire. Stringham et six marins embarquent dans un petit bateau et rejoignent le brick français. Ils sauvent cinq membres d'équipage. Il tente de retourner au brick Spark mais ne pouvant y arriver, ils font donc demi-tour et se dirige vers la côte algérienne. Malheureusement, leur embarcation est détruite par les vagues : un membre de son équipage et deux français périssent noyés[4].

En 1819, Stringham sert à bord du Cyane, transportant des colons noirs au Libéria. Alors que Cyane est au large des côtes africaines, le capitaine Edward Trenchard donne à Stringham le commandement d'un bateau pour capturer quatre esclavagistes. Trenchard a ensuite nommé Stingham et l'a renvoyé chez lui avec eux. En 1821, Stringham est nommé premier lieutenant du brick Hornet dans l'escadron des Antilles. De 1825 à 1829, il sert au chantier naval Brooklyn Navy Yard . À la fin de 1829, il est nommé premier lieutenant du Peacock pour participer à la recherche de son ancien navire Hornet qu'il avait cru perdu. Pendant la recherche, il est transféré sur le sloop Falmouth et envoyé à Carthagène pour finalement revenir à New York en 1830[4].

Stringham est promu commandant le [3] et pendant les cinq années suivantes, il est engagé à terre. En 1836-1837, il sert dans l' escadre de la Méditerranée [4], commandant le John Adams[3]. Il repart ensuite au chantier naval de New York Brooklyn Navy Yard[4].

En étant promu capitaine en 1841, il commande l' Indépendance dans l' Home Squadron en 1843, puis revient au Brooklyn Navy Yard de Brooklyn, en tant que Commandant en 1845-46[3].

À la fin de 1846, il prend le commandement du navire de ligne Ohio et, pendant la guerre américano-mexicaine, participe au bombardement de Vera Cruz, assiégée par les troupes du général Winfield Scott . Peu de temps après, il commande l' escadron du Brésil puis, en 1851, il prend en charge le chantier naval de Gosport [4]. Entre 1852 et 1855, il commande l'escadre de la méditerranée , son vaisseau amiral étant la frégate Cumberland . Par la suite, il revient à Gosport. Il y reste jusqu'en 1859[4].

Au début de la guerre civile en , il est nommé officier de pavillon de l'escadre du blocus de l' Atlantique. En août, il est envoyé avec des troupes sous le commandement du général Benjamin F. Butler pour capturer deux forts côtiers près du cap Hatteras. Dans la bataille qui a suivi, les fortifications ont été capturées sans perte, mais non sans difficulté en raison des conditions météorologiques. La flotte revient à Fort Monroe sous l'acclamation générale. Cependant, les critiques contre Stringham n'ont pas tardé : il lui est reproché de ne pas avoir concentré ses navires et continuer d'attaquer le long de la côte. Le fait que ses navires avaient un trop grand tirant d'eau pour entrer dans les eaux côtières peu profondes et qu'il lui avait été ordonné de revenir immédiatement est finalement apparu au grand jour, mais apparemment trop tard pour apaiser son irritation. Ainsi, le mois suivant, à sa propre demande, il est relevé de son commandement. Le , à titre de petite compensation, il est promu au rang de contre -amiral sur la liste des retraités.[4]

Bien qu'il ne soit plus en service actif, Stringham est nommé commandant du chantier naval de Boston entre 1864 et 1866 puis amiral du port de New York en 1870 [3].

Le contre-amiral Silas Horton Stringham est mort à Brooklyn, New York[1], en 1861. Il est enterré à Green-Wood Cemetery, Brooklyn[6].

Deux navires de la Marine ont été nommés USS Stringham en son honneur[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Stringham », sur Dictionary of American Naval Fighting Ships, (consulté le )
  2. « Naval Register for 1833 », sur ibiblio.org, (consulté le )
  3. a b c d et e Lewis Randolph Hamersly, « The records of living officers of the U.S. Navy and Marine Corps: with a history of naval operations during the rebellion of 1861-5, and a list of the ships and officers participating in the great battles », sur archive.org, (consulté le )
  4. a b c d e f g et h Joel T. Headley, Farragut and Our Naval Commanders, New York, E.B. Treat and Co, , 112–122 p. (lire en ligne)
  5. « Naval Officers of the War of 1812 », sur Naval History & Heritage Command, (consulté le )
  6. « Silas Horton Stringham (1797-1876) », sur Find A Grave, (consulté le )

Lien externeModifier