Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Invasion ottomane de Chypre
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de Famagouste par Giacomo Franco, 1597

Informations générales
Date -
Lieu Famagouste, Chypre
Issue Victoire ottomane
Belligérants
Drapeau de la République de Venise République de Venise Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Commandants
Marco Antonio Bragadin et Astorre Baglioni Lala Mustafa Pacha
Forces en présence
7 000 hommes 100 000 hommes
150 bateaux
Pertes
6 000 hommes 50 000 hommes

Le siège de Famagouste commence le et oppose l'importante flotte ottomane commandée par Lala Mustafa Pacha et les Vénitiens sont commandés par Marco Antonio Bragadin et Astorre Baglioni.

Sommaire

Le siègeModifier

Vers mi-octobre, le commandant Lala Mustafa invite gentiment le gouverneur de la ville à se rendre, celui-ci refuse l'invitation. Devant le refus, le général turc s’irrite et passant à des manières moins courtoises donne l’ordre d’une reddition immédiate accompagné de la tête tranchée et putréfiée de Niccolò Dandolo, gouverneur de Nicosie[1]. Cela n’épouvante ni Bragadin ni Baglioni lesquels, après avoir fait enterrer avec les honneurs la tête du malheureux, décident de résister.

Famagouste a un très bon système défensif conçu par l’architecte Michele Sanmicheli[2]: il fait face à la mer et est protégé par un mur d’enceinte doté de quatre bastions et l’enceinte est protégée par un fossé important et profond. Famagouste ne peut cependant résister à l’importante armée ottomane dont les unités croissent en permanence. Pour aggraver la situation des Vénitiens, il faut ajouter, à terme, la fin des vivres. le 22 septembre 1570, le blocus de Famagouste est complet.

Les premières attaques sont conduites par les janissaires qui sont repoussés par la cavalerie vénitienne. Jugeant de la futilité des attaques, Lala Mustafa Pacha décide d’utiliser l’artillerie : 25 canons et 4 bouches à feu commencent à bombarder la ville.

Compte tenu de leur infériorité numérique, les assiégés ne peuvent faire autrement que de résister avec l’espoir qu’à un moment ou un autre des renforts viennent les rejoindre depuis Venise. Entretemps Bragadin et le commandant des troupes Astorre Baglioni savent mettre à profit au mieux le peu de troupes et des fortifications dont ils disposent : ils réussissent à résister tout l’hiver, grâce à leurs batteries et aux incursions surprises qu’ils effectuent dans le campement de l’ennemi.

Tout ceci ne fait qu’irriter le général turc qui craint une défaite comme celle subie durant le siège de Malte en 1565, une autre défaite aurait compromis sa carrière. Il demande donc des renforts supplémentaires et après deux mois réussit à porter ses effectifs à 250 000 hommes.

Le 26 janvier 1571, 16 galions vénitiens commandés par Marcantonio Querini arrivent à Famagouste pour apporter des vivres et de nouvelles troupes, 1 600 hommes, parmi ceux-ci le fils de Gianantonio Querini, un nouveau renfort de 800 hommes arrive en mars.

Début avril, l’armée turque reprend les attaques après avoir mis en place 85 canons et plusieurs bouches de feu et creusé de nouvelles tranchées qu'ils utilisent pour placer de la poudre explosive. Ils reprennent les bombardements de la ville qui est désormais réduite à un amas de ruines.

Le 20 mai, les royaumes catholiques se rassemblent dans la Sainte-Ligue et décident l’envoi d’une flotte de combat[2].

Fin juillet 1571 Mehmed pacha Sokolović, qui a perdu son fils dans une des innombrables offensives qui provoquent des pertes considérables chez les Turcs, ordonne le plus gros bombardement depuis le début du siège, la tour nord est en grande partie détruite. Désormais les murs ne permettent plus de résister et les soldats, en grande partie blessés et affaiblis par les privations, ne sont plus que 700 et incapables de défendre le poste. Baglioni et le colonel Martinengo, à la suite d'une nouvelle proposition de Mustafa Pacha, optent pour la reddition. Marco Antonio Bragadin prévoit le tragique destin de la ville mais décide, sous la pression de la population, d’accepter de se rendre.

L’épilogue tragiqueModifier

Le 4 août 1571, Famagouste se rend. Les chefs vénitiens obtiennent de Mehmed pacha Sokolović la promesse d’avoir la vie sauve ainsi que celle de tous les habitants et la possibilité d’un rapatriement[3].

Mais Lala Mustafa Pacha, revenant sur ses promesses en invoquant le sort des esclaves ottomans[4], fait tuer Astorre Baglioni à peine la reddition signée. Le colonel Martinengo, capturé est pendu. La ville est laissée aux mains de la milice ottomane qui la saccage.

Marco Antonio Bragadin est capturé, torturé et écorché vif[3] le 17 août 1571. Le trophée macabre, avec les têtes du général Alvise Martinengo, de Gianantonio Querini et du châtelain Andrea Bragadin est hissé sur la hampe de la galère du commandant turc Mehmed pacha Sokolović et conduit à Istanbul.

L'héroïque résistance de Famagouste permit aux forces chrétiennes de gagner du temps en retenant la flotte ottomane. À Lépante, un mois et demi après, l’armée de la Sainte-Ligue obtint une importante victoire sur les forces turques et mit fin à ses prétentions sur la Méditerranée.

RomanModifier

L’écrivain véronais Emilio Salgari a décrit la bataille de Famagouste dans son roman Capitan Tempesta.

Notes et référencesModifier

  1. René Guerdan: La Sérénissime, Histoire de la République de Venise Fayard, 1971 p. 131
  2. a et b (it) le siège de Faragouste
  3. a et b René Guerdan: La Sérénissime, Histoire de la République de Venise Fayard, 1971 p. 132
  4. (it) Chronologie de la bataille de Faragouste

BibliographieModifier

  • (it) Gigi Monello, Accadde a Famagosta, l'assedio turco ad una fortezza veneziana ed il suo sconvolgente finale, p. 192, tav. 10, Scepsi & Mattana Editori, Cagliari, 2006.
  • (it) Nestore Martinengo, Relazione di tutto il successo di Famagosta, a cura di Gigi Monello, p. 32, Scepsi & Mattana Editori, Cagliari, 2007.

Voir aussiModifier

SourcesModifier