Shintarō Abe

politicien japonais

Shintarō Abe
Illustration.
Shintarō Abe en 1956.
Fonctions
Ministre japonais des Affaires étrangères

(3 ans, 7 mois et 25 jours)
Premier ministre Yasuhiro Nakasone
Gouvernement Nakasone I et II
Prédécesseur Yoshio Sakurauchi
Successeur Tadashi Kuranari
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Tokyo (Japon)
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès Tokyo (Japon)
Nature du décès Insuffisance cardiaque
Nationalité Japonaise
Parti politique PLD
Père Kan Abe
Conjoint Yoko Kishi
Enfants Shinzō Abe

Shintarō Abe (安倍 晋太郎, Abe Shintarō?), né le à Tokyo, où il meurt le , un homme politique japonais. Issu de la préfecture de Yamaguchi, il est l'un des membres importants du Parti libéral-démocrate (PLD) quand celui-ci est au pouvoir dans les années 1980. Il sert comme ministre des Affaires étrangères du Japon de 1982 à 1986[1],[2]. Il est également le père de Shinzō Abe, Premier ministre du Japon de 2006 à 2007 et à nouveau de 2012 à 2020.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Shintarō Abe naît à Tokyo le . Il est élevé dans la préfecture de son père à Yamaguchi. Il est le fils aîné de Kan Abe, un politicien d'avant la Première Guerre mondiale, membre du Parlement. Sa mère est la fille d'un général de l’armée[3].

Il est diplômé de la faculté de droit de l'université de Tokyo.

Vie privée et familleModifier

Abe épouse Yoko Kishi, fille du Premier ministre Nobusuke Kishi, en 1951.

Son deuxième fils, Shinzō Abe, devient Premier ministre une première fois le et une seconde fois le [4].

CarrièreModifier

Après l'obtention de son diplôme, Abe commence sa carrière comme journaliste en politique pour le Mainichi Shimbun[5]. Il s'oriente vers la politique en 1957 quand il commence à travailler comme assistant législatif du Premier ministre, Nobusuke Kishi. Il succède au siège de son père à la Chambre des représentants en 1958[3].

Il dirige une importante faction du PLD et occupe différents postes ministériels ou au sein du parti. Il est ainsi ministre de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, puis ministre du Commerce international et de l'Industrie au sein du cabinet du Premier ministre le , dirigé à ce moment par Zenkō Suzuki[6]. Pendant cette période, il est considéré comme un jeune chef préparé pour exercer dans le futur les fonctions de Premier ministre[6].

 
Ronald Reagan et Shintarō Abe en 1987.

Il devient ministre des Affaires étrangères le . Son mandat dure jusqu'au quand Tadashi Kuranari prend sa place[2]. Il rencontre Ronald Reagan en 1987. Il est l'un des principaux candidats à la succession de Nakasone au poste de Premier ministre en 1987, mais se retire pour laisser Noboru Takeshita, chef d'une puissante faction rivale, prendre la fonction.

Il est nommé secrétaire général du parti en 1987[2]. En 1988, ses espoirs de devenir Premier ministre dans un avenir proche sont de nouveau contrecarrés lorsque son nom est associé au scandale boursier Recruit-Cosmos, qui fait tomber Takeshita et le force à démissionner de son poste de secrétaire général du parti en [2].

Fin de vieModifier

Il est hospitalisé en [3]. Il décède d'une insuffisance cardiaque à l'hôpital universitaire Juntendo de Tokyo le [4].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Who Was Who in America, with World Notables, v. 10 : 1989-1993, New Providence, NJ, Marquis Who's Who, , 402 p. (ISBN 0-8379-0220-7), « Abe, Shintaro », p. 1.
  2. a b c et d Ronald E. Yates, « Shintaro Abe, 67 », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2013).
  3. a b et c (en) « Shintaro Abe; Ex-Japanese Foreign Minister », Los Angeles Times, Tokyo,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2013).
  4. a et b « Profile: Shinzo Abe », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2013).
  5. (en) « Shintaro Abe, Japanese Political Leader », The Seattle Times,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2013).
  6. a et b UPI, « Japan's cabinet shuffled », Spokane Daily Chronicle, Tokyo,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2013)

Articles connexesModifier