Ouvrir le menu principal

Le Hezbollah libanais se présente depuis l'origine comme un "mouvement des déshérités" et son ascendant sur la population chiite, traditionnellement une des communautés les plus pauvres du Liban, vient en partie des services sociaux qu'il assure. Son action sociale est étroitement liée à son rôle militant, politico-religieux et combattant.

Sommaire

Rôle social du mouvementModifier

Le Hezbollah, avant de se constituer en mouvement politico-militaire, s’est présenté comme un "mouvement des déshérités" (harakat al-mahrûîn). Ses fondateurs, Moussa Sader et Mohammad Hussein Fadlallah, mettent l’accent sur la solidarité sociale, visant surtout, mais pas exclusivement, la population chiite pauvre déplacée par la guerre de 1975-1990. La fondation al-Mabarrât, créée en 1978, gère des hôpitaux et dispensaires, des écoles, des orphelinats, des établissements pour les sourds et aveugles, etc. Un bureau des services sociaux est créé en 1983[1].

La Fondation du martyr (mu’assasat al-chahîd) et la Fondation pour le blessé (mu’assasat al-jarîh) sont créées en 1982 pour soutenir les victimes de la guerre contre Israël. Ces fondations suppléent à un service public largement défaillant : la banlieue sud de Beyrouth, un des principaux foyers d’activité du Hezbollah, n’avait pas un seul hôpital public. S’y ajoutent la Fondation pour le "bon prêt" (mu’assasat al-qard al-hasan), créée en 1982 qui distribue des microcrédits sans intérêt, la Fondation pour l’effort de reconstruction (Jihâd al-binâ) en 1985 et le Comité islamique de santé (al-Hay’a al-sihhiyya al-islâmiyya) en 1988[2].

Ce réseau est financé en partie par la zakât (impôt religieux), en partie les donations de riches chiites de la diaspora libanaise ou des pays du Golfe, et en partie par l’Iran dont les services sociaux ont souvent servi de modèle. Les ministères et municipalités contrôlés par le Hezbollah fournissent aussi des ressources non négligeables. Après une phase de forte activité associative à la fin de la guerre civile libanaise, le Hezbollah fait de plus en plus appel aux entreprises privées pour la construction, l’adduction d’eau, etc., tout en mobilisant des mouvements collectifs pour réclamer des financements d’Etat[2].

Système scolaireModifier

Le secteur scolaire est aussi un de ceux où le Hezbollah a beaucoup investi. L’association Al-Mahdî, créée en 1993 et qui dépend directement du parti, gérait 15 écoles en 2008 : 7 dans le Sud, 4 dans la Bekaa, 3 dans la banlieue sud de Beyrouth où elle a son siège à Ouzaï, pour 14 000 élèves au total, et une hors du Liban, à Qom en Iran[3]. Le message religieux et idéologique y tient une grande place : filles voilées dès l’âge de 9 ans, célébration des fêtes chiites, images, spectacles scolaires et manuels, notamment d’histoire, relayant les principes du mouvement[4]. Les frais de scolarité, relativement élevés (400 à 500 dollars pour une école de campagne, 1 000 à 1 200 pour le lycée Al-Chahîd de Beyrouth, le plus prestigieux) visent plutôt la classe moyenne que les milieux modestes ; cependant, les enfants de martyrs peuvent être pris en charge par le fond social du mouvement[5].

L’activité d’Al-Mahdî est à la fois complémentaire et concurrente de celle d’autres fondations chiites, la Fondation Sadr créée par Moussa Sader, al-Mabarrât qui dépend de Mohammad Hussein Fadlallah, al-Imdâd créée par le maire Hezbollah de Khiam, ou d’autres écoles chiites fondées par certains cadres du mouvement. Les écoles al-Mustafâ, créées à partir de 1974 pour la formation des clercs, sont plus élitistes et ont un niveau comparable à celui des meilleures écoles catholiques. Au total, le réseau du Hezbollah fournit des services, notamment des manuels de religion, à environ 500 écoles[6].

ScoutismeModifier

L'encadrement de la jeunesse par les écoles al-Mahdî et le mouvement scout du même nom joue un grand rôle dans l'assise sociale du mouvement. L'association des scouts al-Mahdî, fondée en 1985, comptait, en 2005, 24 452 garçons et 21 289 filles; elle aurait augmenté jusqu'à 60 000 après 2006. Elle est reconnue par la fédération libanaise du scoutisme, mais pas par la fédération mondiale. Elle met l'accent sur l'éducation religieuse et patriotique tout en niant être un groupe paramilitaire. Les groupes scouts al-Mahdî sont associés aux manifestations religieuses et politiques, Achoura, Ramadan, Jour de la Résistance et de la Libération (25 mai), etc. Les filles portent le voile à partir de 9 ans et, à la différence d'autres groupes scouts, l'association al-Mahdî refuse les activités mixtes. Il existe une certaine rivalité entre ce mouvement et celui des scouts al-Risâla, lié à l'autre grand parti chiite, Amal[7].

La reconstruction des quartiers sud de BeyrouthModifier

Après conflit israélo-libanais de 2006, le Hezbollah s’efforce de prendre en main la reconstruction des quartiers sud de Beyrouth, durement touchés par les bombardements israéliens. La fondation Wa’d (la Promesse), créée en novembre 1996, tente d’imposer son plan : maintenir sur place, avec une densité de peuplement élevée, les populations chiites pauvres, favorables au Hezbollah, et attribuer les fonds de reconstruction à Jihâd al-binâ (en), l’entreprise de construction du mouvement; le gouvernement, après avoir proposé son propre plan d’urbanisme, a dû y renoncer et se contente d’offrir des indemnités aux habitants[8]. Le gouvernement et les entreprises privées hésitent à coopérer avec Jihâd al-binâ par crainte de sanctions des États-Unis qui ont inscrit le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes ; le programme de Wa’d est aussi concurrencé par des financements venus du Qatar, monarchie sunnite mais qui essaie de détourner du Hezbollah la population chiite[9]. Enfin, Wa'd se heurte à une certaine obstruction du clergé chrétien, propriétaire d’une grande partie des terrains de la banlieue sud de Beyrouth (33% appartiennent au patriarcat grec orthodoxe, 17% au patriarcat maronite) et peu disposé à favoriser le parti chiite[10].

RéférencesModifier

  1. Myriam Calusse et Joseph Alagha, « Les services sociaux du Hezbollah, effort de guerre, ethos religieux et ressources politiques » in Le Hezbollah, état des lieux, dir. Sabrina Mervin, Sindbad, Actes Sud, 2008, p.120-121.
  2. a et b Id., p.123 à 125.
  3. Catherine Le Thomas, "Formation et socialisation, un projet de (contre-)société" in Le Hezbollah, état des lieux, dir. Sabrina Mervin, Sindbad, Actes Sud, 2008, p.149-150.
  4. Id., p.151 à 156.
  5. Id., p.157-158.
  6. Id., p.161 à 164.
  7. Catherine Le Thomas, « Le paysage scout chiite » in Franck Mermier et Sabrina Mervin (dir.), Leaders et partisans au Liban, Éditions Karthala-IFPO-IISMM, 2012, p. 285 sq.
  8. Mona Fawaz, « La reconstruction de Haret Hreik (Beyrouth) », in Le Hezbollah, état des lieux, dir. Sabrina Mervin, Sindbad, Actes Sud, 2008, p.141 à 145.
  9. Political crisis hampering post-war reconstruction, IRIN, 11/04/2007.
  10. Antoine Sfeir in « Religions : minorités chrétiennes et musulmanes en Orient », Les Cahiers de l’Orient, n°113, Hiver 2013, p.84.

Liens externesModifier