Ouvrir le menu principal

Section des Amis-de-la-Patrie

section révolutionnaire de Paris

ReprésentantsModifier

Elle est représentée à la Commune de Paris par

HistoriqueModifier

Cette section s’appela d’abord « section du Ponceau », avant de prendre le nom de « section des Amis-de-la-Patrie » en .

TerritoireModifier

LimitesModifier

Le boulevard à droite de la porte Saint-Denis à la porte Saint-Martin : la rue Saint-Martin à droite, jusqu’à la rue aux Ours : la rue aux Ours, à droite, jusqu’à la rue Saint-Denis : la rue Saint-Denis, à droite, jusqu’au boulevard[4].

IntérieurModifier

Les rues Sainte-Apolline, Neuve-Saint-Denis, des Égouts, de la Longue-Allée, du Ponceau, Guérin-Boisseau, Grenetat, du Grand et du Petit-Hurleur, Bourg-l’Abbé, l’Enclos-de-la-Trinité, etc., et généralement toutes les rues, culs-de-sacs, places, etc. enclavées dans cette limite.

LocalModifier

Cette section, qui se réunissait dans l’église de la Trinité, qui était située rue Bourg-l’Abbé, à l'emplacement des numéros 144-146 actuels de la rue Saint-Denis.

PopulationModifier

Une des plus populeuses de Paris, cette section comptait 16 650 habitants, dont 5 030 ouvriers ; les économiquement faibles sont peu nombreux : environ 500. Elle comprenait 2 300 citoyens actifs.

LocalModifier

La section de la Montagne se réunissait dans l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet.

9 Thermidor an IIModifier

Lors de la chute de Robespierre, la section soutint la Convention nationale le 9 thermidor an II ().

ÉvolutionModifier

Après le regroupement par quatre des sections révolutionnaires par la loi du 19 vendémiaire an IV () qui porte création de 12 arrondissements, la présente section est maintenue comme subdivision administrative, puis devient, par arrêté préfectoral du , le quartier de la Porte-Saint-Denis (6e arrondissement de Paris)[5].

Lien externeModifier

Notes, sources et référencesModifier