Les scopules, aussi orthographié scopula ou scopulae, sont des touffes de poils retrouvées aux extrémités des pattes de certaines araignées, formant un organe adhésif.

Extrémité d'une patte d'araignée. Les soies adhésives (adhesive seta) sont colorées en gris foncé. Sur les spécimens vivants, elles apparaissent généralement sombres, avec la partie lamellée translucide et avec un lustre iridescent sur le côté adhésif.

ÉtymologieModifier

Du latin scopulus, signifiant « petit balai », en référence aux soies qui évoquent cet outil lorsqu'elles sont regardées au microscope[1].

DescriptionModifier

Les scopules sont situées sur les faces ventrales et latérales des tarses et des métatarses. Elles sont composées des soies denses, elles-mêmes recouvertes de poils plus petits, nommés les setules. L'ensemble de ces poils crée une importante surface de contact. Certains auteurs considèrent les touffes de soies que certaines araignées portent entre leurs griffes comme des scopules spécialisées[2].

FonctionModifier

Les scopules confèrent de l'adhérence aux pattes des araignées. Elles sont mobilisées lors des déplacements. Elles permettent à certaines araignées de grimper sur des surfaces verticales et lisses, comme les fenêtres, par exemple. Elles sont aussi utilisées pour la capture et la manipulation des proies[3].

ÉvolutionModifier

 
Relations phylogénétiques au sein des araignées et répartition des coussins de soies adhésives (portant des spatules) et de l'abandon de la toile.

Les araignées ne possèdent pas toutes des scopules. La quasi-totalité des espèces qui en possèdent ne font pas de toiles mais les agélènes et les tégénaires qui en sont dépourvues tissent des toiles en nappes. Des analyses phylogénétiques montrent que l'apparition de soies adhésives est corrélée à l'adoption d'un mode de chasse actif, c'est-à-dire sans toile, et une meilleure prise des proies[3].

RéférencesModifier

  1. (en) Nick Baker, The Complete Naturalist, Bloomsbury Publishing, , p. 235
  2. (en) Jonas O. Wolff et Stanislav N. Gorb, « Comparative morphology of pretarsal scopulae in eleven spider families », Arthropod Structure & Development, vol. 41,‎ , p. 419-433 (DOI 10.1016/j.asd.2012.04.004, lire en ligne)
  3. a et b (en) Jonas O. Wolff, Wolfgang Nentwig et Stanislav N. Gorb, « The Great Silk Alternative: Multiple co-evolution of web loss and sticky hairs in spiders », PLoS ONE, vol. 8, no 5,‎ , e62682 (DOI 10.1371/journal.pone.0062682, lire en ligne)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) F. Pérez-Miles et al., « Morphology and evolution of scopula, pseudoscopula and claw tufts in Mygalomorphae (Araneae) », Zoomorphology, vol. 136,‎ , p. 435–439 (DOI 10.1007/s00435-017-0364-9, lire en ligne)

Articles connexesModifier