Saray Khumalo

cheffe d'entreprise et alpiniste sud-africaine

Saray Khumalo est une cheffe d'entreprise et une alpiniste sud-africaine, d'origine zambienne. C'est la première femme noire à avoir conquis l'Everest.

Saray Khumalo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Sport
Site web

Éléments biographiquesModifier

Elle est née en Zambie et est maintenant sud-africaine[1]. Passionnée par l'alpinisme, cette cheffe d'entreprise s'est fixée comme défi de gravir les plus hauts sommets . Elle a déjà gravi le Kilimandjaro en Tanzanie, l’Aconcagua en Argentine et le mont Elbrouz en Russie. Sa première tentative pour l'Everest date de 2014, en compagnie de Sibusiso Vilane, mais elle doit renoncer, toutes les cordées en route vers le sommet ayant été contraintes de rebrousser chemin après des avalanches meurtrières[2],[3],[4].

En 2015, une deuxième tentative doit être annulée après un tremblement de terre secouant le Népal. En 2017, elle renonce à quelques mètres du sommet, en raison d’engelures, et de la puissance des vents[2],[5],[6]. La tentative de 2019 est la bonne[7], et le succès est salué par un tweet du président sud-africain Cyril Ramaphosa[2],[8].

RéférencesModifier

  1. (en) « Zambian born , Saray Khumalo, becomes first black SA woman to conquer Mount Everest », Lusaka Times,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c « Une Sud-Africaine devient la première femme noire du continent à avoir conquis l’Everest », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. « Alpinisme. Saray Khumalo devient la première femme noire à gravir l’Everest », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « SA climbers return to Everest Base Camp », Mail & Guardian,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Saray Khumalo explains why climbing Mount Everest is so special », The Times (Afrique du Sud),‎ (lire en ligne)
  6. (en) « SA woman airlifted off Everest », eNCA (en),‎ (lire en ligne)
  7. « Une Sud-Africaine au sommet de l'Everest », BBC News,‎ (lire en ligne)
  8. (en) « Saray Khumalo conquers Everest », eNCA (en),‎ (lire en ligne)