Salva veritate

Deux expressions sont substituables salva veritate si elles peuvent être interchangées sans altérer la valeur de vérité des énoncés où elles apparaissent. Ce critère renvoie à la condition logique d'intersubstituabilité. La locution latine salva veritate se traduit littéralement par «avec (ou par) la vérité indemne», avec un ablatif de manière salva signifiant «sauvetage», «salut» ou «bien-être» et veritate signifiant «réalité» ou «vérité». La substitution salve veritate de termes coréférentiels peut échouer en contexte opaque[1].

LeibnizModifier

L'expression apparaît dans certains fragments du projet encyclopédique de Leibniz, notamment dans les définitions composant la Caractéristique universelle.

«Eadem sunt, quae sibi substitui possunt salva veritate.» [PHIL.,VII,D,II,2,f. 28][2]: «[Deux termes] sont les mêmes (eadem) s'ils peuvent être substitués sans altérer la vérité [d'aucun d'eux].». Par exemple, les termes triangle et trilatéral peuvent être substitués sans que les propositions qui y recourent perdent en vérité: «Idem autem esse A ipsi B significat alterum alteri substitui posse in propositione quacunque salva veritate. [...] Item triangulum et trilaterum, sibi substitui possunt.» [PHIL.,VII,C,21][3].

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. L.T.F. Gamut, Logic, Language and Meaning, 1991
  2. Gottfried Wilhelm Leibniz, Opuscules et fragments inédits de Leibniz par Louis Couturat, Paris, Félix Alcan, , 682 p. (lire en ligne), p.475
  3. Gottfried Wilhelm Leibniz, Opuscules et fragments inédits de Leibniz par Louis Couturat, Paris, Félix Alcan, , 682 p. (lire en ligne), p.362