Salah Cherki

musicien marocain

Salah Cherki (صلاح شرقي en arabe ; né Salah Cherkaoui en 1923 à Salé et mort le [1]) est une grande figure de la musique arabo-andalouse contemporaine ou le Tarab al-Andaloussi. Il est aussi musicien, compositeur, auteur et écrivain surtout connu comme virtuose du qanûn.

Salah Cherki
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Un conservatoire de musique porte son nom à Salé[2].

BiographieModifier

Salah Cherki né dans la conservatrice ville de Salé en 1923, commence à s’intéresser à la musique dès l'âge de 14 ans. Il débute alors par l'apprentissage du luth puis de l'instrument dont il deviendra le mâalem (le maître en arabe) : le qanûn. Ses premières années se déroulent à Casablanca où il suit l'enseignement de la part du maitre Ahmed Zniber. Après deux ans passées en France, il retourne au Maroc à l'âge de 28 ans en 1951 et adhère à la chaîne télévisée marocaine RTM. Grand collectionneur d'instruments musicaux, Salah fonde le premier orchestre marocain à la radio après l'Indépendance[3].

Il sera le seul artiste marocain dont Oum Kalthoum interprète la chanson, intitulée Ya Rassoul Allah Khoud Bi Yadi. Abdelhadi Belkhayat le décrit comme le « pionnier qui a tout sacrifié pour mettre sur pied l'édifice de la musique marocaine »[4].

DisparitionModifier

Salah Cherki décède à l'âge de 88 ans des suites d'une longue maladie. Sa disparition est une grande perte pour le monde artistique marocain[4].

BibliographieModifier

Parmi les ouvrages écrits par le musicien marocain figurent :

  • La musique marocaine : un patrimoine riche et diversifié
  • Introduction à l'histoire de la musique marocaine
  • Joul Tara Almaaani (Voyage ! Et tu connaîtras la vérité), son autobiographie.

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier