Sadyr Japarov

homme politique kirghiz

Sadyr Japarov
Садыр Жапаров
Illustration.
Fonctions
Président de la République kirghize
(intérim)
En fonction depuis le
(12 jours)
Premier ministre Lui-même
Prédécesseur Sooronbay Jeenbekov
Premier ministre du Kirghizistan
En fonction depuis le [N 1]
(22 jours)
Président Sooronbay Jeenbekov
Lui-même (intérim)
Gouvernement Japarov
Prédécesseur Koubatbek Boronov
Député du Conseil suprême
Biographie
Nom de naissance Sadyr Nurgojoyevitch Japarov
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Kensuu
Parti politique Kelechek
Ak Jol (en)
Ata-jourt
Mekenchil
Diplômé de Institut d'État kirghiz de la culture physique

Sadyr Japarov Sadyr Japarov
Premiers ministres du Kirghizistan
Présidents de la République du Kirghizistan

Sadyr Japarov (kirghize : Садыр Жапаров, /sɑdɯr d͡ʒɑpɑrov/), né le à Kensuu en RSS kirghize, est un homme d'État kirghiz. Il est Premier ministre depuis le et président de la République par intérim depuis le 16.

Biographie

Jeunesse et formation

Japarov est diplômé de l'Institut d'État kirghiz de la culture physique en 1991 avant de travailler dans le secteur pétrolier[1].

Emprisonnement

En 2013, il est impliqué dans un scandale autour de la répression de manifestants à la mine de Kumtor. Il est condamné pour la première fois à 18 mois de prison avant d'être libéré. En 2017, il est de nouveau condamné, cette fois à 11 ans et demi de prison. Il déclare que son arrestation est motivée politiquement[2]. En avril 2017, il est retrouvé mutilé dans sa cellule dans ce qui est perçu comme une forme de protestation[1].

Parcours politique

Député

En 2005, il est élu au Parlement avec le parti Kelechek. Il est réélu en 2007 sous l'étiquette du parti présidentiel Ak Jol (en). Après la révolutiion de 2010, il est réélu, cette fois sous l'étiquette d'Ata-jourt où il devient rapidement l'un des membre les plus influents[1].

Élections législatives de 2020

Il est à la tête de Mekenchil qui présente une liste pour les élections législatives du [3], mais qui n'obtient aucun siège au Conseil suprême. Le parti manque ainsi de peu la barre des 7 % et d'obtenir ainsi des députés[4].

Premier ministre

Par intérim

Les résultats du scrutin débouchent sur des manifestations au cours desquelles Japarov est libéré puis désigné Premier ministre par intérim le 6 octobre par le Parlement[5]. Ses partisans proposent de le nommer président en remplacement de Sooronbay Jeenbekov[6]. Sa nomination est cependant contestée par le Conseil de coordination[7]. Il déclare que la Cour suprême l'a acquitté dans la foulée[8], mais ces informations sont démenties quelques jours plus tard[9].

Il annonce l'organisation d'élections législatives dans les deux à trois mois[10].

Le , le Parlement se réunit à nouveau et approuve le gouvernement de Japarov à l'unanimité[11]. Le poste de président du Parlement étant vacant, il doit assurer l'intérim à la tête de l'État à la suite de la démission prochaine du président Jeenbekov[12]. L'ascension de Japarov est néanmoins vue d'un mauvais œil par certains observateurs qui voient dans la nomination d'un homme emprisonné pour enlèvement d'un fonctionnaire une montée du pouvoir criminel au Kirghizistan[13]. L'élection de Japarov est cependant contestée par une partie des députés[14]. Almazbek Baatyrbekov a été nommé Premier ministre par intérim par le président Jeenbekov[15]. Le décret de nomination de Japarov est envoyé le 13 octobre au président pour signature[16]. Celui-ci le retourne au Parlement[17].

Peu après son élection, il propose une réforme constitutionnelle[18] avant la tenue d'élections législatives et présidentielle[19].

De plein exercice

Sa désignation est de nouveau approuvée par le Parlement le 14 octobre[20] et le président signe son décret de nomination dans la foulée[21]. Selon David Gaüzere, chercheur associé de l’Institut de recherche Montesquieu et spécialiste du pays, « le choix de Sooronbaï Jeenbekov est stratégique. Pour Jeenbekov, mettre en avant Japarov, issu du nord, donne une bonne image du pays à la communauté internationale. Il présente une égalité trompeuse entre le président et le Premier ministre. Japarov est issu du nord du Kirghizistan, et Jeenbekov du sud ; or, le pays est fracturé entre ces deux régions. Nommer Japarov Premier ministre, c’est renvoyer un symbole d’unité »[22].

Alors que Japarov réclame sa démission immédiate, le président Sooronbay Jeenbekov annonce qu'il ne quittera son poste qu'après la tenue des nouvelles législatives[23],[24]. Il démissionne finalement le lendemain[25].

Président de la République par intérim

Dans la soirée du 15 octobre, arguant que le président du Parlement a décliné le poste, il annonce assurer l'intérim à la tête de l'État[26]. Le lendemain, il se rend au Parlement en compagnie de son prédécesseur pour proposer des législatives en décembre[27].

Il annonce ensuite vouloir se présenter à la prochaine élection présidentielle kirghize si la Constitution est modifiée de façon à lui permettre de participer au scrutin[28].

Notes et références

Notes

  1. Par intérim du au , initialement sous le gouvernement Boronov.

Références

  1. a b et c (ru) « ЖАПАРОВ Садыр Нургожоевич », sur Centrasia.
  2. (en) « Ex-Kyrgyz Lawmaker Japarov Jailed On Hostage-Taking Charge », sur RFEL.
  3. (en) « Kyrgyzstan: A Guide To The Parties Competing In The Parliamentary Elections », sur RFEL.
  4. « Les partis pro-présidentiels dominent le vote parlementaire au Kirghizistan », sur PressFrom - FR (consulté le 17 octobre 2020).
  5. (en) « Sadyr Japarov becomes acting Prime Minister of Kyrgyzstan », sur 24.kg.
  6. (en) « Protesters offer to appoint Sadyr Japarov as president », sur 24.kg.
  7. « Kirghizstan: la crise politique se poursuit, le président sous pression », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le 7 octobre 2020).
  8. (ru) Maria ORLOVA, « Supreme Court of Kyrgyzstan acquits Sadyr Japarov », sur 24.kg, www.24.kg, (consulté le 7 octobre 2020).
  9. (en) « Sadyr Japarov not acquitted by Supreme Court of Kyrgyzstan », sur 24.kg.
  10. « Kirghizstan: la crise politique se poursuit, le président sous pression », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le 7 octobre 2020).
  11. (en) « Parliament of Kyrgyzstan approves Sadyr Japarov as Prime Minister », sur AKIPress.
  12. (en) « President Jeenbekov to resign upon approval of government members and Prime Minister - Japarov », sur AKIPress.
  13. (en) Andrew Higgins, « A Convicted Kidnapper Is Chosen to Lead Government of Kyrgyzstan », sur The New York Times.
  14. « La légitimité du nouveau Premier ministre fait débat », sur Le Matin, lematin.ch, (consulté le 12 octobre 2020).
  15. (pt) « First Deputy Prime Minister Almazbek Batyrbekov performs PM's duties - AKIpress News Agency », sur akipress.com (consulté le 12 octobre 2020).
  16. (en) « Parliament's resolution approving Sadyr Japarov's government arrives in President's Administration - AKIpress News Agency », sur akipress.com (consulté le 13 octobre 2020).
  17. (es) « President Jeenbekov to return resolution approving Sadyr Japarov as PM to Parliament », sur akipress.com (consulté le 13 octobre 2020).
  18. (ru) Jazgul MASALIEVA, « Kyrgyzstan awaits constitutional reform », sur 24.kg, www.24.kg, (consulté le 10 octobre 2020).
  19. « Kirghizistan : l’ancien président de nouveau arrêté, un nouveau premier ministre nommé », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 11 octobre 2020).
  20. (en) « Parliament of Kyrgyzstan approves Sadyr Japarov as Prime Minister », sur akipress.com (consulté le 14 octobre 2020).
  21. (ru) Baktygul Osmonalieva, « President signs decree appointing Sadyr Japarov as Prime Minister of Kyrgyzstan », sur 24.kg, www.24.kg, (consulté le 14 octobre 2020).
  22. « Pourquoi le Kirghizistan s’enfonce dans le chaos politique, en 4 points », sur Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 15 octobre 2020).
  23. (en) « Sadyr Japarov on meeting with President Jeenbekov: He will resign, last moments in talks remain », sur akipress.com (consulté le 15 octobre 2020).
  24. (en) « President Jeenbekov to resign after parliamentary elections - press secretary », sur akipress.com (consulté le 15 octobre 2020).
  25. (ru) Darya PODOLSKAYA, « President of Kyrgyzstan resigns », sur 24.kg, www.24.kg, (consulté le 15 octobre 2020).
  26. « Le Premier ministre du Kirghizistan revendique avoir pris les fonctions présidentielles », sur Libération.fr, Libération (consulté le 15 octobre 2020).
  27. « Kirghizistan : vers des législatives en décembre ? », sur Libération.fr, Libération (consulté le 21 octobre 2020).
  28. (en) Story by Reuters, « Kyrgyzstan's acting president may seek constitution change to run for full term », sur CNN, (consulté le 21 octobre 2020).