Ouvrir le menu principal

Rue du Fer-à-Moulin

rue de Paris, France

5e arrt
Rue du Fer-à-Moulin
Image illustrative de l’article Rue du Fer-à-Moulin
La rue en direction de l'avenue des Gobelins.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Jardin-des-Plantes
Début 2, rue des Fossés-Saint-Marcel et 17, rue Geoffroy-Saint-Hilaire
Fin 1, avenue des Gobelins
Morphologie
Longueur 400 m
Largeur 15 m
Historique
Création XIIe siècle
Dénomination 1806
Ancien nom Rue du Comte de Boulogne
rue Richebourg
rue Permoulin
Géocodification
Ville de Paris 3590
DGI 3573

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Fer-à-Moulin
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue du Fer-à-Moulin est une voie située dans le quartier du Jardin-des-Plantes dans le 5e arrondissement de Paris.

Sommaire

Situation et accèsModifier

La rue du Fer-à-Moulin débute aux no 2, rue des Fossés-Saint-Marcel et no 17, rue Geoffroy-Saint-Hilaire et se termine au no 1, avenue des Gobelins

Elle est desservie par les stations de métro de la ligne    Les Gobelins et Censier - Daubenton, ainsi que par plusieurs lignes de bus RATP   RATP 27 47 67 91.

Origine du nomModifier

Elle porte ce nom en raison d'une ancienne l’enseigne de fer à moulin ou fer à meule d’un ancien commerce qui s’y trouvait.

HistoriqueModifier

Le tracé de l'actuelle rue du Fer-à-Moulin a été ouvert au XIIe siècle, à proximité de la Bièvre, au milieu du bourg Saint-Marcel[1].

À l'origine, cette rue qui contenait de beaux hôtels, se nomme « rue du Comte-de-Boulogne » en raison d'un hôtel appartenant au seigneur de cette ville, puis, d'après Henri Sauval, « rue Richebourg » nom donné à un petit pont sur la Bièvre devenu plus tard le pont aux Tripes, parce que les bouchers y allaient laver leurs abats[2].

En 1705, la partie ouest de la rue – comprise entre la « rue du Faubourg Saint-Marcel » et le « pont au Choux » – porte le nom de « rue du Fer-à-Moulin », la partie est – dont l'embouchure est située à la « Croix de Clamart » (actuelle Place de l'Émir-Abdelkader) – celui de « rue de la Muette ». Cette partie est alors bordée au sud par le cimetière de l'Hôtel Dieu[3], ouvert depuis 1673 et connu aussi sous le nom de cimetière de Clamart.

En 1713, c'était la « rue des Morts », entre la rue des Fossés-Saint-Marcel et la rue du Pont-aux-Biches (actuellement rue de la Clef), en raison de la présence du cimetière de Clamart. Le surplus s'appelait « rue Permoulin ». La rue des Morts devint la « rue de la Muette » et la rue Permoulin devint la « rue du Fer-à-Moulin ». Les deux voies furent réunies en 1806 sous le nom de « rue du Fer-à-Moulin[1] ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

La rue du Fer-à-Moulin longe l'arrière de l'hôtel Scipion bâti à partir de 1565 pour Scipion Sardini (1526-1609). Sa porte principale donne sur la rue Scipion. Cet ancien hôtel particulier fut longtemps la boulangerie des Hôpitaux de Paris. Plus haut dans la rue se trouvent également des bâtiments de l'hôpital de jour de la Collégiale, des laboratoires de l'INSERM, de l'École de chirurgie de l'AP-HP, des bâtiments annexes de la Sorbonne Nouvelle Paris 3, ainsi que la Pharmacie centrale des Hôpitaux de Paris (AGEPS) au no 7. La rue longe le square Théodore-Monod (ex-Scipion).

  • Nos 2 à 24 : emplacement de l'hôtel de Clamart appartenant à la famille Catins, seigneurs de Clamart.
  • Nos 1 à 17 : emplacement du jardin de l'hôtel de Clamart qui devint de 1672 à 1783 le cimetière de Clamart[4] et où fut construit, en 1833, l'amphithéâtre d'anatomie.
  • No 10 : la Manufacture Française Bicyclettes de haute précision E. Lévy[5], devient La Guêpe[6].
  • C'est au no 42 de cette rue qu'est né René Goscinny, le . L'immeuble d'origine n'existe plus et a été reconstruit depuis.

Notes, sources et référencesModifier