Ouvrir le menu principal

Rue des Amandiers

rue de Paris, France

20e arrt
Rue des Amandiers
Image illustrative de l’article Rue des Amandiers
Situation
Arrondissement 20e
Quartier Père-Lachaise
Début 11, place Auguste-Métivier
Fin 52, rue de Ménilmontant
Morphologie
Longueur 620 m
Largeur 15 m
Historique
Dénomination 1863
Ancien nom Rue des Amandiers-Popincourt
Géocodification
Ville de Paris 0263
DGI 0258

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Amandiers
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue des Amandiers est une voie du 20e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue des Amandiers est une voie publique située dans le 20e arrondissement de Paris. Elle débute au 11, place Auguste-Métivier (voie qui a porté le nom de « place des Amandiers » jusqu’en 1910) et se termine au 52, rue de Ménilmontant.

Origine du nomModifier

Cette voie faisant suite à l'ancienne rue des Amandiers, devenue rue du Chemin-Vert, avait été percée sur un terrain dit « des Amandiers ».

HistoriqueModifier

Cette voie des anciennes communes de Charonne et de Belleville existait déjà en 1672 sous la forme d'un sentier qui, en 1785, prolongeait au-delà du mur des Fermiers généraux la rue du Chemin-Vert.

La rue des Amandiers-Popincourt partait autrefois de l'actuelle avenue Parmentier, suivait la rue du Chemin-Vert puis son emplacement actuel et enfin rue de la Mare, le long de laquelle se trouvaient des regards des eaux de Belleville où elle finissait. Elle délimitait en bonne partie le vignoble du Panoyau qui a donné son nom à la rue des Panoyaux.

Classée dans la voirie parisienne par un décret du 23 mai 1863, elle prend sa dénomination actuelle la même année.

Elle ne doit pas être confondue avec l'actuelle rue Laplace qui s'appelait « rue des Amandiers » au XIVe siècle.

Dans les années 1980 et 1990, la rue est au cœur de la ZAC des Amandiers, qui consiste en une réhabilitation du quartier[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • Dans une maison de cette rue est né, le , le peintre Camille Flers.
  • Dans cette rue se trouvait un local de la Ligue des justes, organisation révolutionnaire rassemblant des travailleurs et des intellectuels allemands, où furent invités Karl Marx et Friedrich Engels lors de leur séjour dans la capitale. En mars 1847, la police arrête l'ébéniste Adolph Junge qui l'anime et le fait expulser[2].
  • Au 30, rue des Amandiers, de 1895 à 1927, se tenait la fabrique de réchauds à alcool en verre, estampillés « H.G. Paris », de l'inventeur Henri Gautreau.

Notes et référencesModifier

  1. Marie-Dominique Arrighi, « Remue-méninges sur la ZAC des Amandiers contre le no man's land », www.liberation.fr, 30 janvier 1995.
  2. « Quand la colère monte… à Ménilmontant », sur www.parisrevolutionnaire.com, (consulté le 23 décembre 2014).

AnnexesModifier