Ouvrir le menu principal

1er arrt
Rue Vauvilliers
Image illustrative de l’article Rue Vauvilliers
Rue Vauvilliers vue de la rue Berger.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Halles
Début 74, rue Saint-Honoré
Fin 37, rue Berger
Morphologie
Longueur 58 m
Largeur 15 m
Historique
Création Antérieure au XIIIe siècle
Dénomination 24 août 1864
Ancien nom Rue du Four-de-la-Couture-de-l'Évêque
rue du Four
rue du Four-Saint-Honoré
Géocodification
Ville de Paris 9677
DGI 9631

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Vauvilliers

La rue Vauvilliers est une voie ancienne de Paris du 1er arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

En 1817, la « rue du Four-Saint-Honoré » commençait 74-76, rue Saint-Honoré et finissait 17-4, rue Trainée et 1-2, rue Coquillière. Elle était située dans l'ancien 4e arrondissement dans le quartier de la Banque de France pour les numéros impairs et dans l'ancien 3e arrondissement dans le quartier Saint-Eustache pour les numéros pairs[1],[2].

Les numéros de la rue étaient noirs[3]. Le dernier numéro impair était le no 49 et le dernier numéro pair était le no 46.

Désormais, la rue Vauvilliers est située dans le 1er arrondissement de Paris, quartier des Halles ; elle commence 74, rue Saint-Honoré et finit 37, rue Berger.

Origine du nomModifier

Elle tient son nom du savant helléniste Jean-François Vauvilliers (1737-1801) qui assura les approvisionnements alimentaires de Paris en 1789, au début de la Révolution française.

HistoriqueModifier

Cette rue qui existait déjà en 1238 s'appelait en 1255, « rue du Four-de-la-Couture-de-l'Évêque » en raison de la présence d'un four banal épiscopal, de 1137 jusque vers 1410, situé au bout de la rue du côté de l’église Saint-Eustache et qui s'adossait à l'hôtel du Grand panetier de France. Cet hôtel particulier a été remplacé par l'hôtel de Nesmond[4].

Cette voie est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme « rue du Four ».

Au XIVe siècle, il y avait au nord de cette rue, du côté impair et au sud de la rue Berger, l'hôtel d'Albret qui fut acheté en 1572 par Catherine de Médicis pour construire, sur l'emplacement du couvent des Filles-Pénitentes, l'hôtel de la Reine[5].

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, il y avait dans cette rue un grand nombre d'hôtels meublés en raison du voisinage des Halles de Paris[5].

En 1788, les faïenciers, potiers et vitriers y installèrent leurs ateliers[5].

La construction des Halles centrales fit disparaitre les deux-tiers de cette rue, celle-ci se terminant originellement près de l'église Saint-Eustache[5].

Une décision ministérielle du mois de floréal an VII (avril-mai 1799), signée François de Neufchâteau, fixe la largeur de cette voie publique à 9 mètres.

Un arrêté du gouvernement provisoire de la République du 5 mai 1848, signé Alexandre Ledru-Rollin, ministre de l'Intérieur, porte la largeur à 12 mètres entre la rue Saint-Honoré et la rue des Deux-Écus.

Un décret du 10 mars 1852, signé Louis Napoléon Bonaparte, du président de la République, porte la largeur minimale de la partie restante de la rue du Four était fixée à 14,69 mètres.

Un décret impérial du 21 juin 1854, signé Napoléon III, porte la largeur entre la rue Saint-Honoré et la rue des Deux-Écus à 15 mètres et à 20 mètres pour le reste de la rue[6].

Par décret impérial du 24 août 1864, la rue du Four est renommée « rue Vauvilliers ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Notes, sources et référencesModifier

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 16e quartier « Banque de France », îlot no 1, F/31/80/02, îlot no 5, F/31/80/6.
  2. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 11e quartier « Saint-Eustache », îlot no 10, F/31/78/10, îlot no 11, F/31/78/11.
  3. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  4. « Hôtel de Nesmond », lapassiondupatrimoine.fr.
  5. a b c d e f et g Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris.
  6. « Rue du Four-Saint-Honoré », vers 1866, vergue.com.
  7. « Bonaparte, Napoléon », www.parisrevolutionnaire.com.

Voir aussiModifier