Rue Molière (Nantes)

voie de Nantes, France

Rue Molière
Situation
Coordonnées 47° 12′ 49″ nord, 1° 33′ 45″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Centre-ville
Début Place Graslin
Fin Rue Scribe
Morphologie
Type Rue
Forme Rectiligne
Histoire
Création Fin XVIIIe siècle
Monuments Théâtre Graslin
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Rue Molière
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Rue Molière
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue Molière

La rue Molière est une voie du centre-ville de Nantes, en France.

DescriptionModifier

La rue Molière, qui relie la place Graslin (à l'angle avec la rue Crébillon) à la rue Scribe (à l'intersection avec la rue Jean-de-La-Fontaine), en longeant le côté est du théâtre Graslin, est pavée et fait partie d'un secteur piétonnier. Elle ne croise aucune autre voie.

DénominationModifier

La dénomination de la voie est un hommage à Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673), dramaturge, comédien et chef de troupe de théâtre français, le plus joué et le plus lu des auteurs de comédies de la littérature française[1].

HistoireModifier

En 1777, Jean-Joseph-Louis Graslin achète, entre autres, la tenue de Bouvet, et lance un vaste projet immobilier, s'appuyant sur les plans dressés par Jean-Baptiste Ceineray, puis par Mathurin Crucy. La place Graslin voit alors le jour, face à l'entrée du « grand théâtre », rebaptisé depuis théâtre Graslin. La rue Molière est une des voies qui bordent le bâtiment, sur une parcelle de l'ancienne tenue de Bouvet[2].

Parmi les constructions conduites par Graslin se trouve son propre hôtel particulier, la « maison Graslin », située rue Molière. Cette demeure, à l'origine, présentait une caractéristique, qui apparaît sur les gravures de l'époque. Alors que la parfaite symétrie de la place est soulignée dans les reproductions, un élément vient rompre cette harmonie. À l'arrière de l'actuel immeuble formant l'angle de la rue Crébillon et de la rue Molière apparaît une tour carrée au-dessus des toits. Graslin avait fait construire ce belvédère, qui, en 1823, est loué par son héritier, M. Doré-Graslin, à la ville de Nantes, qui souhaite y installer un observatoire astronomique[3]. Cet « observatoire Graslin » fonctionnera jusqu'à son remplacement, en 1827, par l'observatoire de la marine, situé « rue de Flandres » (devenue rue Flandres-Dunkerque-40)[4].

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Olivier Sauzereau (préf. Jacques Gapaillard), Nantes au temps des observatoires, Nantes, Coiffard éditions, , 120 p. (ISBN 2-910366-29-4).

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :