Rue Mandar

rue de Paris, France

2e arrt
Rue Mandar
Image illustrative de l’article Rue Mandar
Façades uniformes de la rue Mandar.
Situation
Arrondissement 2e
Quartier Mail
Début 57, rue Montorgueil
Fin 66, rue Montmartre
Morphologie
Longueur 162 m
Largeur 7,7 m
Historique
Création 1790
Dénomination
Ancien nom Cour Mandar
Géocodification
Ville de Paris 5900
DGI 5974
Géolocalisation sur la carte : 2e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 2e arrondissement de Paris)
Rue Mandar
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Mandar

La rue Mandar est une voie du 2e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue Mandar est une voie publique située dans le sud-est du 2e arrondissement de Paris. Orientée d'est en ouest, elle débute au 57, rue Montorgueil et se termine au 66, rue Montmartre. Elle est longue de 162 m et large de 7,7 m.

Hormis à ses extrémités, la rue Mandar n'est rejointe ou traversée par aucune autre voie. Toutefois, le passage Ben-Aïad est accessible au no 8 et permet de rejoindre la rue Bachaumont, parallèle à une trentaine de mètres au nord.

Les numéros d'immeubles débutent à l'est, sur la rue Montorgueil, et croissent en se dirigeant vers l'ouest, vers la rue Montmartre. Comme d'usage à Paris, lorsqu'on remonte la rue, les numéros impairs sont situés à gauche et les numéros pairs à droite.

Comme le reste du quartier Montorgueil, la rue Mandar est une voie semi-piétonne ; son sol est recouvert de pavés.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom de l'architecte Charles-François Mandar (1757-1844) qui y habitait et avait dessiné les immeubles riverains qui sont tous semblables et correspondent à l'idéal égalitaire de la Révolution.

HistoriqueModifier

Sous l'impulsion de Jean-Barthélémy Le Couteulx de Canteleu, cette voie est ouverte, entre 1792 et 1795, par l'architecte Charles-François Mandar, pour relier les rues Montorgueil et Montmartre sous le nom de « cour Mandar » et fermée à chaque extrémité par une grille de fer.

Le 23 thermidor an IX (), elle devint une voie publique pavée, éclairée et nettoyée aux frais de la commune sous le nom de « rue Mandar ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No 12 : l'apothicaire Blaise Borde (1759-1828), rendu célèbre par sa pommade aphrodisiaque y a vécu.

Au cinémaModifier

RéférencesModifier


AnnexesModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier