L7 (canon)

arme à feu
(Redirigé depuis Royal Ordnance L7)

L7
Image illustrative de l'article L7 (canon)
Le canon L7A1 d'un char Vickers Mk. 1 exposé au musée du National War Memorial Southern Command, à Pune, en Inde.
Caractéristiques de service
Type canon antichar
Production
Année de conception RARDE de Fort Halstead
Constructeur Royal Ordnance Factories et plusieurs autres (sous licence)
Exemplaires produits plus de 20 000
Caractéristiques générales
Poids du canon seul 1 282 kg à 1 350 kg
Support chars de combats, casemates
Calibre 105 mm
Cadence de tir 6-10 coups/min
Portée pratique 1 800 m (obus sous-calibré)
4 000 m (obus explosif à tête d'écrasement)
Munitions 105×617 mm R
Syst. d'absorption du recul 280 mm à 290 mm
Pas de rayure 1/18

Le L7 est un canon antichar britannique conçu par la Royal Ordnance à la fin des années 1950. L'adoption de ses munitions et de son tube par le char américain M60 en firent rapidement le premier canon de char au standard OTAN, ce qui contribua, en partie, à sa large diffusion, particulièrement dans les pays du bloc de l'Ouest, mais aussi du Moyen-Orient.

HistoriqueModifier

À la fin du mois d'octobre 1956, au cours de l'Insurrection de Budapest, les Hongrois conduisirent un char soviétique T-54A sur le terrain de l'ambassade du Royaume-Uni. De l'examen de son blindage, les Britanniques conclurent que leur canon Ordnance QF 20 pounder de 83,8 mm, armant alors leurs chars Centurion, serait incapable de percer le blindage du char moyen soviétique.
Deux ans auparavant, en 1954, les ingénieurs de l'armement du RARDE de Fort Halstead avaient conçu un nouveau canon en réalésant simplement un canon 20 pounder de 83,8 mm au calibre de 105 mm, la culasse de ce dernier, demeurait similaire à celle du 20 pounder. La lente conception des futures munitions de 105 mm ont entraînés des ralentissement dans la création des nouveaux râteliers à munition devant être installés dans les Centurion devant être ré-armés[1], néanmoins, quinze Centurion Mk. 5 et Mk. 7 furent équipés du canon de 105 mm en vue d'essais.
Le 15 juillet 1959, le 4th/7th Royal Dragoon Guards de la BAOR effectua des essais dynamiques avec deux Centurion Mk. 8 ré-armés, au polygone de tir de Hohne, en Allemagne fédérale[2]. Entre la fin de l'année 1959 et 1962, de nombreux chars Centurion Mk. 5/1, Mk. 7/1 et Mk. 8/1 furent ré-armés avec le nouveau canon de 105 mm portant désormais l'appellation L7A1 tandis que les chars revalorisés prenaient l'appellation de Mk. 5/2, Mk. 7/2 et Mk. 8/2.

Comparaison entre les deux principaux canons de chars britanniques de la fin des années 1950 par rapport au L7 :
Canon QF 20 pdr L1A1 L7A1
Calibre 83,8 mm 120 mm 105 mm
Longueur de la douille 61,8 cm 83,3 cm[3] 61,7 cm
Char Comet, Charioteer, Centurion Mk. 3 Conqueror Centurion Mk. 5/2
Appellation munition perforante sous-calibrée Mk. III APDS-T L1 APDS-T L28A1 APDS
Poids de la munition 17 kg[4] 27,6 kg+9,7 kg 18,5 kg
Poids de l'obus perforant sous calibré kg 9,7 kg 5,84 kg
Vitesse initiale 1465 m/s 1433 m/s 1478 m/s
Capacité de perforation d'une plaque d'acier à blindage à 914 m (1 000 yd) sous une incidence de 60° 87 mm 118 mm 120 mm

ModèlesModifier

  • L7A1: modèle original monté sur les chars Centurion et Vickers Mk. 1 et Mk. 3.
  • L7A2 : L7A1 recouvert d'un manchon anti-arcure.
  • L7A3 : modèle conçu pour être monté sur le char allemand Leopard 1, la partie supérieure de son bloc de culasse est aplati, de manière à pouvoir pointer le canon en site négatif sans heurter le plafond de la tourelle.
  • LRF : LRF pour Low-Recoil Forces, modèle à faible effort dérivé du L7A3 conçu pour le char léger américain Stingray. Il est équipé d'un frein de bouche multi-étages et d'un évacuateur de fumée concentrique. Sa longueur de recul est de 762 mm pour un effort de recul de 11,6 kN.
  • Type 79/81/83 : copies chinoises réalisées après que l'Autriche leur ai fournis un L7, utilisées sur certaines versions du Type 59 et du Type 88.

Caractéristiques techniques[5]Modifier

 
Canon de L7 ouvert au Musée de chars de Munster (Basse-Saxe)
Appellation L7
Concepteur RARDE
Fabricant Royal Ordnance
Munitions 105×617 mm R
Culasse coulissante à coin horizontal
Lien élastique pistons hydropneumatiques
Frein de tir deux pistons
Récupérateur un piston
Volume de la chambre 6.6 L
Évacuation des fumées par évacuateur de fumées excentrique
Longueur du tube du canon (en calibre) 5,588 m
Longueur de l'âme rayée (en calibre) 5,347 m
Pression nominale lors du tir 430 MPa
Pression maximale admissible en chambre 510 MPa
Poids du tube du canon n.c
Poids de la masse reculante 1 350 kg
Poids de la masse oscillante n.c
Effort de recul 367 kN (OCC)
500 kN (OFL)
Longueur de recul 280 mm
Pas de rayure un tour tout les 18 calibres
Durée de vie du tube 200 coups à obus perforant
800 avec additifs

Matériels équipésModifier

Voir aussiModifier

  • M68 : contrepartie américaine, reprenant le tube et les cartouches du L7.
  • CN-105 F1 : équivalent français, également au standard OTAN.
  • Rh 105 : équivalent allemand, proposé à l'exportation PAR Rheinmetall.

NotesModifier

  1. (en) Bill Munro, Centurion Tank, The Crowood Press, , 192 p. (ISBN 978-1861267016), p. 68
  2. (en) Simon Dunstan, The Centurion, Ian Allan Publishing, coll. « Modern Combat Vehicles » (no 2), , 128 p. (ISBN 978-0711010635), p. 45
  3. (en) Anthony G Williams, « 106-128 MM CALIBRE CARTRIDGES », sur quarryhs.co.uk (consulté le )
  4. (en) Noel Mc Laughlin, « Centurion tank main armament ammunition weights (84mm calibre) 20 Pounder: », sur sitrep1.tripod.com (consulté le )
  5. (en) Christopher Foss, Jane's Armoured Fighting Vehicle Retrofit Systems 1993-94, Londres, Jane's Information Group, (ISBN 978-0710610799), p. 33

RéférencesModifier

  • Starry, Donn A., General. Mounted Combat In Vietnam, Vietnam Studies. Department of the Army. Première édition 1978.
  • Hunnicutt, R. P. Patton: A History of the American Main Battle Tank; 1984; Presidio Press. (ISBN 0-89141-230-1).