Rounhaa

Rappeur franco-suisse
Rounhaa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance

France
Nom de naissance
Haarone Latif
Pseudonyme
Rounhaa
Nationalité
franco-suisse
Activité
Rappeur
Autres informations
Label
Sublime
Genre artistique
Rap
Œuvres principales
Multiver, Yeratik, Horion, Möbius

Haarone Latif, dit Rounhaa, né en , est un artiste musical franco-suisse, qui évolue dans le domaine du rap et du hip-hop. Étudiant en Arts appliqués à Genève, il a enregistré trois albums.

BiographieModifier

Haarone Latif naît en , en France. Très jeune, il crée ses premiers beats dans sa chambre. Malgré la crainte que leur fils délaisse sa scolarité au profit de la musique ses parents qui connaissent sa fibre artistique misent sur son bien-être et le soutient dans ses projets. Sa détermination issue de l'éducation familiale est à toute épreuve[source secondaire nécessaire][1].

Arrivé à Genève à l'âge de quinze ans[1], il choisit son nom d'artiste en utilisant son prénom en verlan[2][source secondaire nécessaire].

En , il signe avec Believe Music[3] puis, en , après un an de travail acharné sur son troisième album Horion, il prend la décision de suspendre temporairement ses études en Arts appliqués, option création de vêtements, pour se consacrer à la musique. Son expérience dans le domaine de la mode et de la haute couture, l'aident à maîtriser la minutie et la précision[4][source secondaire nécessaire].

Rounhaa tient beaucoup à ce rien de négatif ne figure dans ses clips[3] et se positionne explicitement contre les drogues, dans ses textes et dans ses interviews[2]. Il explique qu'il souhaite créer quelque chose de solide, ne pas être « un gars à la mode ou stylé », bloqué dans « dans la catégorie fast-food du rap », et aspire à avoir une communauté soudée autour de lui et sa musique[4][source secondaire nécessaire].

Carrière musicaleModifier

Autodidacte, Rounhaa a appris seul à composer sur les logiciels musicaux, en cherchant à créer son propre univers spatial. En , encadré par l’un des membres du crew Marekage Streetz, il enregistre son premier morceau[5]. Lors d'un ses premiers live, il rencontre le rappeur Makala qui l'invite, un mois plus tard, à se produire en première partie d'un de ses concerts et lui propose de réaliser un featuring avec lui[3], ce qui aboutit en , à leur collaboration sur le morceau Évidemment[2].

En , il sort son premier album, Multiver, composé de dix morceaux[6].

Proche du rappeur genevois Gio Dallas, il effectue avec lui la tournée Strass & Paillettes, qu'ils ponctuent en , en se produisant en live sur la scène du Festival Transforme[5]. La même année, Rounhaa signe avec Believe Music[3].

En , il sort son second album, dont le titre Yeratik, est dérivé d'un terme égyptien ancien, dans le domaine de la liturgie et des écritures religieuses, « quelque chose de sacré pour toi » et composé de douze titres[2].

Entre et , il compose plus de deux cents morceaux[4].

À la fin de l'année , il sort son troisième album, titré Horion, qui signifie dire « coup violent », composé de seize titres[4], dont avec les morceaux Retouche, H, Orion où même OTVQA. Il travaille également avec les apports sonores que lui propose Kosei[4].

En , le rappeur collabore avec la société de production genevoise Exit Void, qui réalise son clip R sans R[7]. La même année, le média Konbini décrit la musique de Rounhaa comme « subtile, moderne et mélodique » et Interlude le qualifie en tant que « l’une des figures montantes de la scène suisse : adroit lyricalement, soigneux dans sa conception artistique, Rouhnaa est aussi rafraîchissant que musicalement intrigant »[8]. Dans un article consacré aux disques à écouter durant l'été, Les Inrocks, quant à eux, le qualifie d'« électron libre »[9].

Il sort ensuite une série de 3 single Dubaï, Big R, Basta avec des pochette représentant des éléments naturels comme la pluie une tornade avec les couleurs d'un arc en coupleurs sur un fond noir.

En 2022, il est le premier artiste à signer sur le label de Disiz[10].

InfluencesModifier

Tyler the Creator est le premier artiste à l'avoir inspiré au niveau du processus créatif, particulièrement lorsqu'en , il sort une grande quantité de mixtapes[1]. Ses plus importantes sources d'inspirations sont Alpha Wann, ainsi que Laylow et sa mixtape Digital Night[4]. Rounhaa mentionne également l’album Pacifique, de Disiz la Peste, son acolyte genevois Makala[1], le rap old school de Youssoupha, Kerry James et Guizmo, ainsi que les sons trap[5]. Il rapporte également écouter parfois du flamenco[2][source secondaire nécessaire].

CollaborationsModifier

 : Évidemment, featuring Makala, albumYeratik[11].

DiscographieModifier

Singles et EPModifier

AlbumsModifier

Clips vidéoModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d « Rounhaa nous dévoile ses 5 sources d’inspiration », sur Red Bull (consulté le )
  2. a b c d et e « ROUNHAA - Yeratik, anti-drogues, thérapie musicale, Makala - INTERVIEW + FREESTYLE NAYUNO » (consulté le )
  3. a b c et d « Focus sur la crème des clips suisses : « Évidemment » de Rounhaa », sur Red Bull (consulté le )
  4. a b c d e et f Camille, « Rounhaa, Take him back to November | Cul7ure », sur cul7ure.fr (consulté le )
  5. a b et c Meryl Brucker, « Gio Dallas et Rounhaa, rap à suivre de près au Festival Transforme ! », sur EPIC Magazine, (consulté le )
  6. « Interview NAYUNO avec Rounhaa & 1863.fr - Radio », sur Play RTS (consulté le )
  7. « Le nouvel art du clip romand », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  8. Marcellin Blanc, « 6 bonnes raisons de ne pas détester nos amis suisses », sur Interlude, (consulté le )
  9. Théo Dubreuil, « Les 5 disques du 30 juillet à écouter absolument ! - Les Inrocks », sur https://www.lesinrocks.com/ (consulté le )
  10. Genono, « 10 bonnes raisons de miser sur Rounhaa », sur Mouv', (consulté le )
  11. Generations, « Generations », sur Generations, (consulté le )
  12. « Rounhaa lâche l'immersif album "MÖBIUS" », sur Mouv, (consulté le )
  13. Maxime Delcourt, « Qui es-tu Rounhaa, toi la première signature du label de Disiz ? », sur Jack, (consulté le )

BibliographieModifier