Ouvrir le menu principal

Roski Composites inc.
logo de Roski
Logo de Roski Composites depuis 2013

Création 1963
Dates clés 1963, 1982, 2000, 2013
Fondateurs Joseph-Armand Bombardier, fondateur
Forme juridique Corporation
Slogan Fiabilité et engagement
Siège social Roxton Falls, Québec
Drapeau du Canada Canada
Activité Transport, construction, industrie nautique
Site web http://www.roski.com/

Roski Composites inc. est une entreprise située à Roxton Falls, Québec, Canada. L'usine de 134 000 pi2 se spécialise dans la production et la distribution[1] de pièces moulées en matériaux composites destinées principalement aux marchés des transports, de la construction et de l'industrie nautique de l'Amérique du Nord[2].

Sommaire

HistoireModifier

OrigineModifier

En 1963[2], Joseph-Armand Bombardier crée la division Roski limitée[3] pour approvisionner la ligne d'assemblage des motoneiges Ski-Doo de Bombardier (devenue Bombardier Produits récréatifs) en produits de matériaux composites, dont les capots et autres pièces complémentaires[4],[5]. À la fin des années 1960, Roski se voit confier la production et l'assemblage de la première génération de motomarines Sea-Doo, alors développée par le service d'ingénierie de chez Bombardier. Au cours de cette même période, Roski produit toute la série des voiliers[6] de Bombardier . Parallèlement à l'expertise manufacturière développée pour la fabrication en grandes séries de pièces en composites par la technologie de moulage contact, Roski élargit son champ d'expertise en étant parmi les premières entreprises canadiennes, voire nord-américaines[7], à utiliser à grande échelle les technologies d'injection de résine liquide et de moulage sous presse à haute pression. Roski acquiert également, durant les années 1970, la technologie d'enroulement filamentaire. À cette époque, l'entreprise produit des réservoirs à essence pour les motoneiges moulés en HDPE par le procédé de rotomoulage[8]. De 1970 à 1985, Roski fait des avancées technologiques qui lui permettront d'acquérir une expertise dans la production de pièces destinées aux secteurs nautique et du transport (camion, autobus, métro et rail)[6], de même que dans les domaines des produits récréatifs, de la construction et de la corrosion.

En 1982, Normand Carpentier[8] et Michel Lasalle se portent acquéreurs de quatre divisions de Bombardier, dont Roski ltée, et fondent Camoplast inc. Sous leur gouverne, l'usine de Roxton Falls recentre ses activités autour de la production de coques et de carrosseries de motomarines[9] en concentrant ses efforts sur le développement d'une technologie robotique à haute efficacité : le procédé RSM. Grâce à ce développement, Roski devient un important fournisseur de ce type de pièces.

Le 23 août 2013, la division "composite" de Camoplast est reprise par quatre membres de la direction[10],[11]. Elle devient une entité à part entière incorporée sous le nom de Roski Composites, sous la présidence de Yves Carbonneau[12]. Tout en demeurant un important fournisseur de coques et de carrosseries pour les motomarines, Roski renoue alors avec la production de produits techniques destinés aux domaines des transports et de la construction, de même qu'avec sa gamme de produits propriétaires destinés au secteur nautique.

Le nom "Roski" vient de l'amalgame des mots Roxton et Ski-Doo, faisant référence au nom de la municipalité où se situe l'usine et à sa raison d'être initiale qui était de fournir des capots en composites sur mesure à Bombardier.

Faits saillantsModifier

En 1972, la division Roski ltée fabrique 225 000 capots de motoneige par moule ouvert. Au milieu des années 1970, elle participe à la conception du métro de Montréal en habillant notamment l'intérieur des wagons[13]. À la même période, en vue d'accueillir les Jeux olympiques d'été de Montréal (1976), la division conçoit et fournit à la métropole des pièces en composites pour le stade olympique[6], le bassin olympique, le complexe sportif Claude-Robillard et l'aréna Maurice-Richard.

Dans les années 1990, Roski procède à la robotisation de ses équipements. En 1996, l'usine de Roxton Falls fabrique 130 000 pièces de motomarine à partir de la technologie RSM qu'elle a mise au point au fil des ans. En 2007, Roski franchit le cap de un million de carrosseries de motomarine.

En 2015, Roski Composites agrandit son usine en vue de diversifier son offre et de fabriquer des pièces en composites de plus grandes dimensions[10], telles que des piscines creusées, des composantes d'éolienne, du mobilier urbain, des réservoirs, des bateaux et des pièces pour les véhicules récréatifs, les autobus et les wagons de train[1]. Le 7 janvier 2016, Roski Composites annonce publiquement la création de la division Roski Marine et, du même coup, la commercialisation de l'Outsider, son premier bateau à voile de type dériveur conçu en fibre de verre[14]. Dans la même année, Roski lance la remorque RSK-I[15], une remorque hors route à toute épreuve. Jusqu’à ce jour, on peut la trouver dans plus de 30 points de vente[16] à travers le Québec et l’Ontario

ProfilModifier

Procédés industrielsModifier

Chez Roski, la fabrication des pièces en composites et en fibre de verre se fait par moule ouvert et par moule fermé.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Site du Regroupement des industries des composites du Québec [1]
  2. a et b « Québec octroie 47 100 $ à Roski Composites pour un projet de 290 000 $ », sur Produits pour l'industrie québécoise,
  3. De 1959 à 1964 : La motoneige Ski-Doo (lire en ligne)
  4. (en) T. David Smith, « Look what’s behind the snowmobile king », The Gazette,‎ (lire en ligne).
  5. De 1959 à 1964 : La motoneige Ski-Doo (lire en ligne)
  6. a b et c (en) Nigel Gibson, « Bombardier looks beyond the slumping snowmobile », The Gazette,‎ (lire en ligne).
  7. (en)« Bombardier unit to make reels », The Gazette, Montréal,
  8. a et b « Avis de nomination : Pierre Larivière », Journal La Presse, Montréal,
  9. Site web de Camoplast - Marchés et produits (aujourd'hui Camso) [2]
  10. a et b « Sauvegarde d'une centaine d'emplois à Roxton Falls », Communiqué de presse, Investissement Québec,
  11. « Roxton Falls : relance de l'usine Camoplast », sur ICI Radio-Canada,
  12. « Quatre dirigeants reprennent les rênes de Camoplast », sur Actualité - Place aux jeunes en région,
  13. Site des archives de la STCUM Le Centre d'information (section Transport) [3], Montréal, 1975
  14. « Roski lance sa première ligne de voiliers en Amérique du Nord », sur Journal La Pensée de Bagot, p. 5,
  15. « Accueil – RSK Trailer », sur RSK Trailer (consulté le 26 juillet 2017)
  16. « Détaillants – RSK Trailer », RSK Trailer,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2017)