Ouvrir le menu principal

Rosalie Jullien

épistolière et diariste française
Rosalie Jullien
Rosalie Jullien.jpg
Portrait de Madame Rosalie Jullien
Dessin (pastel et fusain), musée Carnavalet
Biographie
Naissance
Décès
(à 78 ans)
Sépulture
Division 11 du cimetière du Père Lachaise (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Rosalie Ducrollay
Nationalité
Activités
Épistolière, auteure de journal intimeVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant

Rosalie Jullien, née Rosalie Ducrollay le à Pontoise et morte le , est une épistolière et diariste française[1].

Sommaire

BiographieModifier

Issue d'une famille aisée, elle appartient au milieu de la bourgeoisie marchande et citadine. Elle épouse en 1774 Marc-Antoine Jullien (dit Jullien de la Drôme), futur débuté jacobin représentant de la Drôme à la Convention[2] célébré quasi-clandestinement à Paris, d'une famille de propriétaires fonciers du Dauphiné. Ils ont trois fils dont le cadet Marc-Antoine deviendra un proche de Robespierre durant la Révolution.

En 1785, le fils aîné âgé de 10 ans, est scolarisé dans un collège parisien. Son père l’accompagne. Le couple est très souvent séparé. Lorsqu’il est en déplacement, Rosalie va à Paris pour être aux côtés de leur fils, elle suit avec assiduité les séances de l’Assemblée Nationale, les relate le jour même, prend parti[3]. Lorsqu’elle est à Pizançon, elle s’occupe de la gestion de leurs propriétés, entre autres, fait l’élevage des vers à soie. Rosalie écrit à son mari, toujours occupé par les affaires publiques. Elle est très cultivée, lit l’anglais et l’italien, cite Molière, Racine, La Fontaine surtout, des auteurs latins et italiens. Elle connaît très bien Rousseau. Rosalie a laissé une importante correspondance publiée en partie en 1881 par son arrière-petit-fils, Édouard Lockroy.

Rosalie et Marc Antoine se retirent sur leurs terres à Pizançon à Chatuzange-le-Goubet en 1810. Elle meurt le 28 avril 1824 deux ans après son époux[4]. Elle est inhumée avec son mari au cimetière du Père Lachaise.

 
Tombe de Rosalie Jullien au Père-Lachaise - Division 11

BibliographieModifier

  • Édouard Lockroy, Journal d'une bourgeoise pendant la Révolution, 1791-1793, Édition : Paris : Calmann Lévy, 1881
  • Annie Duprat, Les affaires d’État sont mes affaires de cœur : Rosalie Jullien, une femme dans la Révolution. Lettres, 1773-1810, Belin, 560 p., 2016

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. « Histoire de la Révolution française (3/5) : Rosalie Jullien, une "écrivassière" engagée sous la Révolution française », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 29 avril 2018)
  2. « La correspondance très politique de Rosalie Jullien », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 29 avril 2018)
  3. « Rosalie Jullien, une « écrivassière » engagée sous la Révolution française - Les Amis de Robespierre », sur www.amis-robespierre.org (consulté le 29 avril 2018)
  4. La sauvegarde du patrimoine Romaneais-Peageois