Roger Gonnet

écrivain et militant anti-secte français

Roger Gonnet (né le à Gap) est un militant anti-sectes et écrivain français.

Roger Gonnet
Roger Gonnet lors d'une conférence sur la Scientologie.png
Roger Gonnet en 2011
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (80 ans)
GapVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Roger Gonnet est un ancien cadre dirigeant de l'Église de scientologie. Il rapporte avoir été entraîné avec son épouse dans cette secte par un oncle et d'un ami de celui-ci, déjà scientologues. Son épouse et lui deviennent membre actifs de cette organisation, quittent leur emploi et sont rejoints par leurs enfants[1].

En , il crée, à Neuville-sur-Saône, la branche lyonnaise du mouvement, qu'il gère pendant huit ans[2]. En 1982, à la suite d'un désaccord avec sa hiérarchie, il est exclu du mouvement et en devient un opposant[3].

Le , il crée un site opposé à la scientologie[4] et en crée cinq autres ensuite.

En , il écrit un livre, La secte[5], paru sur internet et sur CD à 80 000 exemplaires dans .NET en , puis modifié en sur papier. Cet ouvrage est un témoignage sur la scientologie, dont il est bientôt considéré comme spécialiste. C'est à ce titre qu'il est entendu, en , par la commission d'enquête sur les sectes du parlement français[6]. Il a aussi fourni des documents pour des enquêtes à charge contre la scientologie dans divers pays d'Europe, et été entendu dans nombre de commissions rogatoires lancées par des juges d'instruction en France.

Le , il apparait dans un reportage de l'émission 66 minutes et, par la suite, est interviewé en compagnie de Mona Vasquez, par Marc-Olivier Fogiel, dans l'émission T'empêches tout le monde de dormir[1]. Roger Gonnet a également participé à bon nombre d'autres émissions, dont La scientologie, la vérité sur un mensonge, de Jean-Charles Deniau et Madeleine Sultan, passé sur France 2 en , et il a été interviewé par des télévisions belge, suisse, allemande, russe, hongroise, américaine, italienne, espagnole, anglaise et iranienne. Il écrit quotidiennement dans le newsgroup[7] sous le pseudonyme « xenufrance ».

Roger Gonnet a été condamné trois fois par la justice, à la suite de procédures liées à ses activités anti-scientologues (le et et le ), entre autres pour non déclaration de son site web dès sa création à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL)[8]. Il a aussi été condamné pour délits d'injures publiques et de diffamation[9].

ŒuvreModifier

  • Roger Gonnet, La secte : secte armée pour la guerre : chronique d'une « religion » commerciale à irresponsabilité illimitée, Roissy, Alban Éditions, , 275 p. (ISBN 978-2-911751-04-2, lire en ligne), p. 275

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier