Roberto Burgos Cantor

écrivain colombien

Roberto Burgos Cantor est un écrivain colombien né le [1] à Carthagène des Indes et mort le à Bogota[2],[3].

Roberto Burgos Cantor
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
BogotaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Genres artistiques
Distinctions

BiographieModifier

Roberto Burgos Cantor est le fils de Roberto Burgos Ojeda[4], un intellectuel de renom des Caraïbes colombiennes, et de Constanza Cantor. Diplômé du Collège de La Salle de Carthagène, il étudie le droit et les sciences politiques à l'université nationale de Colombie [5]. Il obtient son diplôme d'avocat en 1971 et commence à travailler en tant que professeur universitaire[6], profession qu'il exercera régulièrement tout au long de sa vie. Il commence sa carrière littéraire en écrivant des nouvelles pour les journaux et les revues (La Vanguardia, El Siglo, Letras Nacionales). Son premier roman El patio de los vientos perdidos (1984) lui vaut d'être reconnu déjà comme l'un des grands écrivains de sa génération, même si la consécration viendra surtout avec la publication de la Ceiba de la Memoria (2007) et Ver lo que veo (2017), deux œuvres majeures de la littérature colombienne contemporaine.[7]

ŒuvresModifier

RomansModifier

  • El patio de los vientos perdidos (1984)
  • El vuelo de la paloma (1992)
  • Pavana del ángel (1995)
  • La ceiba de la memoria (2007)
    Publié en français sous le titre La Ceiba : L'Arbre de mémoire, Zinnia Éditions, 2017[8],[9] (ISBN 979-10-92948-31-8)
  • Ese silencio (2010)
  • El médico del emperador y su hermano (2015)
  • Ver lo que veo (2017)

Recueils de nouvellesModifier

  • Lo amador (1980)
  • De gozos y desvelos (1987)
  • Quiero es cantar (1998)
  • Una siempre es la misma (2009)
  • El secreto de Alicia (2013)

RécompensesModifier

En 2009, pour son roman La ceiba de la memoria, il gagne le prix de la narration José María Arguedas du prix Casa de las Américas et est finaliste du prix Rómulo Gallegos, derrière William Ospina avec El país de la canela[6]. Il a également reçu le prix Jorge Gaitán Durán.

En 2018, il obtient le prix national du roman en Colombie pour son livre Ver lo que veo[10]

RéférencesModifier

  1. notice BnF no FRBNF12389356
  2. (es) « Escritor Roberto Burgos Cantor falleció tras sufrir paro cardíaco », sur elespectador.com, 16 octobre 2018
  3. Fabian Sanabria, « Adiós a Roberto Burgos-Cantor... —@FabianSanabriaS », (consulté le )
  4. (es) Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, « Obras de Burgos Ojeda, Roberto - Pag. 1 », sur www.cervantesvirtual.com (consulté le )
  5. « CvLAC - COLCIENCIAS », sur https://scienti.colciencias.gov.co/cvlac/visualizador/generarCurriculoCv.do?cod_rh=0001435986#,
  6. a et b (es) Francisco Barrios, « Roberto Burgos no está en Wikipedia », Revista ARCADIA,‎ (lire en ligne)
  7. « Roberto Burgos Cantor », sur www.encaribe.org (consulté le )
  8. « LA CEIBA - L'arbre de mémoire | Zinnia Éditions », sur zinniaeditions.com (consulté le )
  9. « Roberto Burgos Cantor | Espaces Latinos », sur www.espaces-latinos.org (consulté le )
  10. (es) Semana, « Roberto Burgos Cantor se lleva el Premio Nacional de Novela 2018 », sur Roberto Burgos Cantor gana el Premio Nacional de Novela 2018 con Ver lo que veo (consulté le )

Liens externesModifier