Robert Spencer (1747-1831)

politicien britannique
Lord Robert Spencer
Image dans Infobox.
Portrait par Joshua Reynolds
Fonctions
Membre du 13e Parlement de Grande-Bretagne (d)
13e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 2e Parlement du Royaume-Uni
2e Parlement du Royaume-Uni (d)
Membre du 3e Parlement du Royaume-Uni
3e Parlement du Royaume-Uni (d)
Membre du 5e Parlement du Royaume-Uni
5e Parlement du Royaume-Uni (d)
Membre du 6e Parlement du Royaume-Uni
6e Parlement du Royaume-Uni (d)
Membre du 18e Parlement de Grande-Bretagne (d)
18e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 16e Parlement de Grande-Bretagne (d)
16e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 17e Parlement de Grande-Bretagne (d)
17e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 14e Parlement de Grande-Bretagne (d)
14e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 15e Parlement de Grande-Bretagne (d)
15e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 1er Parlement du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Mère
Elizabeth Trevor (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Henrietta Fawkener (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Diana Bouverie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Lord Robert Spencer (1747-1831) est un homme politique britannique qui siège à la Chambre des communes à plusieurs reprises entre 1768 et 1818.

BiographieModifier

Il est le fils de Charles Spencer (3e duc de Marlborough), et de son épouse Elizabeth, fille de Thomas Trevor, 2e baron Trevor, et est né le . Il s'inscrit à Christ Church, Oxford le et obtient sa maîtrise le . De 1766 à 1768, il entreprend un Grand Tour à travers l'Autriche, l'Italie et la France [1].

Aux élections générales de 1768, Spencer est élu comme député de New Woodstock sur les domaines de Marlborough. Il est nommé Lord du commerce en avril 1770 mais n'assiste pas régulièrement au Conseil ni au Parlement lui-même. Il démissionne de son siège en et est élu député d'Oxford lors d'une élection le . Il est réélu à Oxford en 1774 et 1780. Il est un joueur invétéré et ayant perdu son salaire officiel, il se retrouve dans des difficultés financières vers 1781, jusqu'à ce qu'il soit admis à une douzième part dans la banque de pharaon de Fox au Brooks, avec une rémunération de cinq ou six guinées par heure. Il est un ardent partisan de Fox tout au long de sa carrière. En 1784, il est réélu à nouveau pour Oxford [1]. Le cercle entourant Fox comprend Edward Bouverie, un autre habitué de Brook's, et sa jeune épouse Harriet, la fille de Sir Everard Fawkener. Elle est une hôtesse de la société et fait activement campagne pour les Whigs [2]. Elle devient la maîtresse de Spencer et la plus jeune enfant de Bouverie, Diana, née en 1786, est reconnue comme une Bouverie mais est désignée comme «la Bouverie révélatrice, car il n'y a jamais eu un Spencer aussi incontestable et parfait, le tableau de marche de Lord Robert et la plus jolie créature qui ait jamais été vue».

Spencer est membre d'un comité de souscription mis en place pour collecter des fonds pour soutenir les Whigs lors des élections générales. Il reste actif dans les appels de fonds pour le parti pendant de nombreuses années. En conséquence, le duc de Marlborough le remplace comme candidat à Oxford en 1790. Fox a peut-être prévu un siège pour Winchelsea pour lui, mais rien ne s'est passé. Il ne voulait pas dépenser 3 000 £ pour acheter un siège à Wootton Bassett ou risquer un scrutin coûteux à Evesham, et ne voulait pas être un poids pour son parti.

 
Woolbeding House

Il garde un vain espoir que la circonscription familiale serait disponible à Oxford, mais ce n'est pas le cas. Aux élections générales de 1790, il est élu député de Wareham probablement aux frais du parti [3]. En 1791, ses bénéfices de la banque de pharaon sont suffisants pour lui permettre d'acheter Woolbeding House (en) dans le Sussex [4]. Lors des élections générales de 1796, les Whigs semblent avoir payé à nouveau 3 000 £ à Wareham. Cependant, il est en difficulté financière en 1799 et perd à nouveau si lourdement au jeu qu'il doit vendre sa maison londonienne et sa collection de peintures. Il démissionne de son siège en .

Il est élu à Tavistock lors d'une élection partielle le . En , il se rend à Paris avec Fox et rencontre Napoléon avec qui il discute de son grand ancêtre. Plus tard, lorsque Napoléon est à Sainte-Hélène, Spencer lui envoie une biographie de Marlborough. Il est réélu pour Tavistock aux Élections générales britanniques de 1802 et 1806. Il est arpenteur général des bois, forêts, parcs et chasses de à . À la mort de Fox, sa raison d'être politique disparait et il renonce à son siège à 1807. Il n'a jamais cessé de se lamenter et de louer Fox [3].

Il épouse sa maîtresse Harriet Bouverie le , un an après la mort de son mari. Il reprend son siège de Tavistock en 1817 à la demande du duc de Bedford lorsque Lord John Russell quitte le siège pour cause de maladie et est réélu lors d'une élection partielle le . De même, il remplace un membre de sa propre famille à Woodstock aux élections générales de 1818, bien que son neveu, le duc de Marlborough, l'ait retiré de Woodstock en 1820 [3].

Il se retire à Woolbeding qu'il a embelli avec goût. Il meurt le , «un vénérable vieillard grave». Il laisse Wooldeding à sa fille naturelle Diana Bouverie dont la mère l'a précédé dans la tombe [3]. Elle épouse George Ponsonby.

RéférencesModifier

  1. a et b « SPENCER, Lord Robert (1747-1831) », History of Parliament Online (54-90) (consulté le )
  2. « BOUVERIE, Hon. Edward I (1738-1810), of Delapré Abbey, nr. Northampton », History of Parliament Online (54-90) (consulté le )
  3. a b c et d « SPENCER, Lord Robert (1747-1831). », History of Parliament Online (90-1820) (consulté le )
  4. British History Online. Woolbeding

Liens externesModifier