Rivière Jacob

rivière au Canada

Rivière Jacob
Illustration
Tracé du cours d'eau et de ses principaux affluents.[1]
Caractéristiques
Longueur 14,4 km [2]
Bassin collecteur Estuaire fluviale
du Saint-Laurent
Régime Pluvio-nival
Cours
Source Lac à Jacob
· Localisation Zec du Lac-au-Sable, territoire non organisé du Mont-Élie
· Altitude 443 m
· Coordonnées 47° 47′ 24″ N, 70° 10′ 59″ O
Confluence Rivière Malbaie
· Localisation Clermont
· Altitude 40 m
· Coordonnées 47° 42′ 30″ N, 70° 14′ 28″ O
Géographie
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Capitale-Nationale
MRC Charlevoix-Est
Principales localités Clermont

La rivière Jacob est un affluent de la rive nord de la rivière Malbaie coulant généralement vers le sud successivement dans la zec du Lac-au-Sable dans le territoire non organisé du Mont-Élie, dans la ville de La Malbaie et dans la ville de Clermont en fin de parcours, dans la municipalité régionale de comté de Charlevoix-Est, au Québec, au Canada.

Affichant une dénivellation de 403 m, la rivière Jacob coule vers le Sud en zone forestière entre la rivière Snigole et la rivière Comporté. Après plusieurs séries de rapides, de cascades et de chutes en zone forestière, la rivière Jacob se déverse dans la rivière Malbaie face au centre-ville de Clermont.

Cette petite vallée forestière est surtout accessible dans sa partie inférieure par le chemin des Marais qui va vers le Nord, et dans sa partie supérieur par une route forestière secondaire desservant la rive ouest de la rivière. La foresterie constitue la principale activité économique du secteur; les activités récréotouristiques, en second.[réf. nécessaire]

La surface de ce cours d’eau est généralement gelée de la mi-décembre à la fin-mars. Néanmoins, la circulation sécuritaire sur la glace est généralement de la fin décembre à la mi-mars.[réf. nécessaire]

GéographieModifier

La rivière Jacob prend sa source au lac Jacob (longueur : 0,8 km ; altitude : 443 m) situé dans la zec du Lac-au-Sable. Ce lac sauvage est situé dans une petite vallée forestière (dans l'axe nord-sud). Ce lac est enclavé entre des montagnes dont un sommet atteint 800 m à l'est, 880 m au sud-ouest et un autre de 636 m au nord-ouest. Un ruisseau de la rive nord de ce lac draine une petite vallée. Les lignes à haute-tension d'Hydro-Québec (sens nord-sud) passent du côté Ouest du lac.

À partir du barrage situé à l'exutoire du lac à Jacob, le courant coule sur 14,4 km vers le sud selon les segments suivants :

  • 7,9 km vers le sud en dénivelé de 182 km en traversant plusieurs séries de rapides et de cascades, d'abord dans le territoire non organisé de Mont-Élie puis dans le territoire de la ville de La Malbaie, jusqu'au premier pont du chemin des Marais ;
  • 1,4 km vers le sud en traversant plusieurs séries de rapides et de cascades, et en entrant dans le territoire de Clermont, jusqu'au deuxième pont du chemin des Marais ;
  • 4,1 km vers le sud, en traversant plusieurs séries de rapides et de cascades, jusqu'au pont du chemin des Lacs ;
  • 1,0 km vers le sud en passant en territoire agricole et industriel, et passant sous le pont de chemin de fer, jusqu'à sa confluence avec la rivière Malbaie.

À des fins de régulation, un barrage de faible contenance appartenant au gouvernement du Québec a été érigé sur la rivière Jacob, à un kilomètre en amont de l'embouchure de cette dernière. L'ouvrage de type béton-gravité d'une hauteur 4,1 m sur une longueur de 20 m a été construite en 1938[2].[interprétation personnelle]

La confluence de la rivière Jacob est située face à un parc municipal du centre-ville de Clermont, à 1,1 km en aval du barrage qui crée un élargissement de la rivière Malbaie et à une centaine de mètres en amont du pont ferroviaire enjambant la rivière Malbaie au centre-ville de Clermont.

ToponymieModifier

Le terme "Jacob" évoque la mémoire d'un ancien propriétaire d'un lot de terre des environs du lac Jacob. Selon la Commission de toponymie du Québec, quatre moulins ont été construits et exploités le long de son parcours : deux moulins à bois, un moulin à farine et un moulin à carder la laine.

Le toponyme « rivière Jacob » a été officialisé le à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[2].

Notes et référencesModifier

  1. Relation OpenStreetMap
  2. a b et c « Rivière Jacob », Banque de noms de lieux du Québec, sur Commission de Toponymie (consulté le 6 décembre 2019)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier