Ouvrir le menu principal

Richard Korherr

économiste et statisticien allemand
Richard Korherr
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
BrunswickVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Richard Korherr, né le à Ratisbonne mort le à Brunswick, est un économiste et statisticien allemand. En 1940, il devient statisticien en chef de la SS sous les ordres d'Heinrich Himmler.

BiographieModifier

Fils d'un tailleur, il étudie le droit et l'économie en 1922 à l'université Louis-et-Maximilien de Munich puis poursuit ses études à l'université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nuremberg. En 1926, il décroche un doctorat en sciences politiques (Dr rerum politicarum). Sa thèse de doctorat était la diminution du taux de natalité. L'édition italienne de 1928 regresso delle nascite morte dei popoli est préfacée par Benito Mussolini et Oswald Spengler, l'édition allemande de 1935 est quant à elle préfacée par Himmler. À la fin des années 1920, il travaille au bureau impérial des statistiques et est licencié en 1930 pour ses idées national-socialistes. Il officie ensuite au service bavarois des statistiques et devient membre du Parti populaire bavarois. En 1937, il adhère au parti nazi. De 1935 à 1940, il est le chef du bureau des statistiques de la ville de Wurtzbourg .

Le 9 décembre 1940, il est nommé par Himmler statisticien en chef de la SS. Le 18 janvier 1943, Himmler lui commande un « rapport sur la solution finale de la question juive » destiné à recenser le nombre total de Juifs assassinés[1] au 31 décembre 1942. Le 27 mars 1943, Korherr remet un rapport de seize pages qui conclut au chiffre de 1 873 539 Juifs exterminés[2]. Le 31 mars 1943, une version mise à jour et abrégée en six pages est rédigée pour Hitler dans le bureau d'Adolf Eichmann[3]. Le 19 avril 1943, il rédige un rapport actualisé sur la même question. Le 19 septembre 1944, Korherr rédige un rapport sur l'organisation SS[4].

Notes et référencesModifier

  1. « évacués » selon la terminologie SS.
  2. Saul Friedländer (trad. P-E Dauzat), Les années d'extermination : l'Allemagne nazie et les Juifs, 1939-1945, Paris, Éditions Points, coll. « Histoire » (no 457), , 1028 p. (ISBN 978-2-757-82630-0, OCLC 800908996).
  3. Raul Hilberg, La Destruction des Juifs d'Europe, Paris, Gallimard, , 3e éd., 1098 p. (ISBN 978-2-070-32710-2, OCLC 919742901), p. 1 035 note 10.
  4. Raul Hilberg 1991, p. 176 note 28.

Liens externesModifier