Richard Cook (1784-1857)

Richard Cook, né en 1784 à Londres et mort le dans la même ville, est un peintre britannique.

Richard Cook
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Membre de
Hector reproving Paris, 1808
Helen and Priam at the Scaen Gate, 1808

BiographieModifier

Richard Cook naît en 1784 à Londres[1],[2]. Il entre dans les écoles de la Royal Academy le [3]. Il est un contributeur constant aux expositions de 1808 à 1822, pendant lesquelles il peint plusieurs paysages, des scènes de La Dame du lac[1]. Après avoir été élu associé le [3], en 1817 il peint un ouvrage plus ambitieux intitulé Ceres, inconsolable de la perte de Proserpine, rejette les sollicitations d'Iris, qui lui ont été envoyées par Jupiter[1]. Il fait maintenant partie de la collection de la Royal Academy[4]. Un critique contemporain décrit l'œuvre comme « une illustration élégante et bien peinte de ce sujet bien connu », ajoutant que « les accessoires architecturaux sont meilleurs que ce que les peintres anglais ont l'habitude d'utiliser, et sont en eux-mêmes corrects et appropriés »[5].

Le il est élu membre de la Royal Academy[3]. Presque à partir de ce moment, et certainement pendant de nombreuses années avant sa mort, semble avoir abandonné la peinture, et cessé de contribuer aux expositions annuelles de l'Académie, sa fortune privée lui permettant de vivre indépendamment de son art[1].

Il illustre certains des romans de Sir Walter Scott[2]. Il illustre des éditions de La Dame du lac et de Gertrude of Wyoming (en).

Richard Cook meurt le [3], dans sa ville natale[1],[2].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Bryan 1886, p. 303.
  2. a b et c (en) « Cook, Richard », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787)
  3. a b c et d (en) « Richard Cook RA (1784 - 1857) », sur royalacademy.org.uk.
  4. (en) « Ceres Disconsolate for the Loss of Proserpine », sur artuk.org (consulté le 4 juillet 2012)
  5. (en) James Elmes, « No. 243. Ceres, Disconsolate for the Loss of Proserpine », Annals of the Fine Arts, Sherwood, Neely, and Jones, vol. 1,‎ , p. 77 (lire en ligne)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externesModifier