Rebecca Latimer Felton

personnalité politique américaine

Rebecca Latimer Felton
Illustration.
Fonctions
Sénatrice des États-Unis
pour la Géorgie

(1 jour)
Prédécesseur Thomas Hardwick
Successeur Thomas Edward Watson (en)
Biographie
Nom de naissance Rebecca Ann Latimer
Date de naissance
Lieu de naissance Decatur (Géorgie)
Date de décès (à 94 ans)
Lieu de décès Atlanta (Géorgie)
Nationalité Américaine
Parti politique Démocrate
Conjoint William Harrell Felton (en)

Rebecca Ann Latimer Felton, née le à Decatur[1] (dans l'État de la Géorgie) et morte le à Atlanta (Géorgie)[2], est une écrivaine, conférencière, réformatrice, et personnalité politique américaine[3]. Elle est la première femme à siéger au Sénat des États-Unis[4]

BiographieModifier

Rebecca Latimer Felton est une personnalité féminine éminente dans la Géorgie de la période dite de l'Ère progressiste (Progressive era[5]). Le droit de vote et d'éligibilité est adopté aux États-Unis en 1920. Élue au Sénat des États-Unis, à Washington DC, Rebecca Latimer Felton prête serment le 1922, à 87 ans, neuf mois et 22 jours — ce qui fait d'elle le plus vieil entrant de l'histoire du Sénat. Elle siège pendant 24 heures seulement.

Jusqu'à l'élection de Kelly Loeffler en 2020, elle est également la seule femme à avoir été sénatrice de Géorgie. Auparavant, elle avait participé aux campagnes de son mari William Harrell Felton (en), membre de la Chambre des représentants des États-Unis et de celle de Géorgie.

Elle est particulièrement engagée sur les questions de société, notamment la réforme pénitentiaire, le droit de vote des femmes et la modernisation de l'éducation. Numan Bartley[Qui ?] rapporte qu'en 1915, elle s'implique dans la rédaction d'un grand programme féministe, prévoyant notamment l'égalité de rémunération pour un travail égal[6].

Elle garde toutefois des préjugés racistes, notamment elle a l’obsession du « noir violeur de femme blanche », et voit dans le lynchage le seul remède à la prévention des viols. Elle est par ailleurs le dernier membre du Congrès à avoir été propriétaire d'esclaves avant la guerre civile[7]. Ses phobies racistes la rendent intraitable envers toute personne qui remet en cause la discrimination raciale pratiquée dans de nombreux États du Sud. Elle a également des préjugés antisémites. Ses préjugés conservateurs, réactionnaires envers les Afro-américains et les Juifs sont en contradiction avec son côté progressiste, démocratique, ses engagements pour la cause des femmes, la réforme des pénitenciers, etc.[réf. nécessaire]

PublicationsModifier

  • (en) Country Life in Georgia In the Days of My Youth, Laconia Publishers, .
  • (en) My Memoirs of Georgia Politics, Andesite Press, .
  • (en) Country Life in Georgia in the Days of My Youth; Also Addresses Before Georgia Legislature Woman's Clubs, Women's Organizations and Other Noted, Theclassics.Us, .

RéférencesModifier

  1. (en) « FELTON, Rebecca Latimer - Biographical Information », sur bioguide.congress.gov (consulté le ).
  2. (en) « Rebecca Latimer Felton (1835-1930) », sur New Georgia Encyclopedia (consulté le ).
  3. (en) « Rebecca Ann Felton | American political activist », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (en) Jennifer Steinhauer, « Once Few, Women Hold More Power in Senate », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. (en) « The Progressive Era (1890 - 1920) », sur www2.gwu.edu (consulté le ).
  6. (en) Numan Bartley, The Creation of Modern Georgia, , p. 121.
  7. (en) John Mckay, It Happened in Atlanta : Remarkable Events That Shaped History, Rowman & Littlefield, , 208 p. (ISBN 978-0-7627-6826-4, lire en ligne), p. 82.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier