Ouvrir le menu principal
Raymond Herreman
Description de l'image defaut.svg.
Alias
Raymond Vere
Naissance
Menin (Belgique)
Décès (à 74 ans)
Ixelles (Belgique)
Activité principale
enseignant, journaliste, critique littéraire
Distinctions
prix d’État triennal de poésie
Auteur
Langue d’écriture néerlandais
Genres

Raymond Herreman, né à Menin le et mort à Ixelles le , est un poète, essayiste, journaliste et critique littéraire belge de langue néerlandaise.

Il a été deux fois lauréat du prix triennal national de poésie, en 1931 pour De roos van Jericho et en 1938 pour Het helder gelaat.

BiographieModifier

Raymond Herreman a passé son enfance à Menin. Quand il était âgé de dix ans, ses parents ont quitté cette ville pour Gand. Il y a étudié à l’école normale où il fut le condisciple de Karel Leroux, Maurice Roelants et Achilles Mussche. Herreman y a coécrit avec Maurice Roelants ses premiers recueils sous un pseudonyme par crainte d’être renvoyés de l’école.

Après avoir obtenu son diplôme d’enseignant, Herreman est devenu instituteur à Bruxelles. En 1921, il a créé avec ses anciens camarades d’études et Richard Minne la revue poétique ’t Fonteintje qui n’a connu que trois années d’existence. Ensuite, Herreman a été journaliste, d’abord au Laatste Nieuws, mais il est bientôt passé au quotidien socialiste Vooruit. Il y a tenu une chronique littéraire quotidienne entre 1929 et 1970 sous le pseudonyme de Boekuil. En 1930, Herreman est entré dans la fonction publique, au Compte-rendu analytique néerlandais du sénat : d’abord comme rédacteur, puis, de 1945 jusqu’à sa retraite en 1964, comme directeur.

Son premier grand recueil, De roos van Jericho, a paru en 1931. Il se compose de trois cycles riches de l’expérience de Herreman. Ses recueils ultérieurs ont évolué vers le classicisme. La Seconde Guerre mondiale lui a donné l’inspiration nécessaire et quelques recueils ont paru en peu de temps. Après sa nomination comme directeur du Compte-rendu analytique, plus aucun recueil n’a paru durant plus de dix ans.

Entre 1932 et 1935, Herreman a été rédacteur de la revue littéraire Forum. Il a été l’un des cofondateurs, en 1946, et rédacteur du Nieuw Vlaams Tijdschrift. En 1947, Herreman est élu membre de la Koninklijke Academie voor Nederlandse Taal- en Letterkunde.

FamilleModifier

Raymond Herreman a épousé en 1918 Yvonne Ligot. Il est le père de deux filles : Paule, la célèbre présentatrice de la RTB/RTBF, et Suzanne. En outre, Raymond Herreman était le beau-frère de l’écrivain Joris Vriamont.

ŒuvresModifier

  • 1914 – Eros (poésie, sous le pseudonyme de Raymond Vere)
  • 1916 – Verwachtingen (recueil théâtral, sous le pseudonyme de Raymond Vere)
  • 1931 – De roos van Jericho (poésie)
  • 1931 – Vlaamsche arbeiderspoëzie (essai)
  • 1935 – De hedendaagse Vlaamsche letterkunde – Littérature belge de langue flamande (essai)
  • 1937 – Het helder gelaat (poésie)
  • 1940 – Wie zijn dag niet mint, zal ten onder gaan (poésie)
  • 1941 – Zeg mij hoe gij leest (essai)
  • 1942 – Drie minnaars gevolgd door Het wit papier en Art poétique (poésie)
  • 1943 – Vergeet niet te lezen. Klein handboek van het geluk (essai)
  • 1944 – Album (critiques)
  • 1945 – Vlaanderen, let op uw zaak (essai)
  • 1956 – Gedichten (poésie)
  • 1966 – Achilles Mussche (biographie)
  • 1967 – Wankelbaar evenwicht (anthologie poétique)

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • La plupart des ouvrages écrits sur Raymond Herreman l’ont été par François Closset, professeur de littérature néerlandaise à l’université de Liège et époux de l’éditrice Angèle Manteau. Il a écrit les ouvrages suivants :
    • Over den dichter Raymond Herreman, 1942
    • Raymond Herreman, dichter en criticus, 1944
    • Die van ’t Fonteintje, 1948
    • Raymond Herreman, 1961
  • Paul Delsemme, Les Écrivains francs-maçons de Belgique, Bruxelles, Bibliothèques de l'université libre de Bruxelles, , 568 p. (lire en ligne), p. 479.

Article connexeModifier

Liens externesModifier