Ratatosk

écureuil mythologique

Dans le mythe scandinave du frêne Yggdrasil de la mythologie nordique, l'écureuil Ratatosk va et vient sans cesse entre le serpent Nídhögg, qui dévore la racine de l'arbre cosmique et Veðrfölnir qui survole celui-ci. Il rapporte les paroles haineuses de Nídhögg à l'aigle, et vice-versa. Car, du temps qu'il entretiendra la haine entre Nídhögg et l'aigle sans nom, il ne les craindra plus jamais.

Ratatosk dans un manuscrit islandais du XVIIe siècle.

Dans la culture moderneModifier

Ratatosk est l'alter-ego d'Emil Castagnier (personnage principal) dans le jeu vidéo Tales of Symphonia: Dawn of the New World sorti sur Wii en 2008 / 2009.

Ratatosk rejoint les dieux jouables dans le jeu vidéo SMITE le , sous le nom de Ratatoskr. Il y est librement représenté sous la forme d'un écureuil commun.

Ratatoskr était une dragonne, fille de Midgardsormr. Elle fut le premier dragon abusé et tué par les humains, qui s'emparèrent de ses yeux afin d’obtenir son pouvoir. Cette traitrise fut l'origine d'une guerre millénaire entre les humains et les dragons et dont son dénouement est la trame scénaristique principale de Heavensward, la première extension de Final Fantasy XIV.

Ratatoskr apparaît dans le jeu God of war de 2018 en tant qu'invocation runique. Nommé " écureuil moqueur " celui-ci aide le joueur en lui fournissant des objets consommables tout en se moquant de celui-ci puisqu'il a recours à ses services.

Dans l'extension Kaldheim du jeu de cartes Magic : l'Assemblée, sortie en 2021 et inspirée de la mythologie scandinave, la créature légendaire de type écureuil Toski, porteur de secrets semble être inspirée de Ratatosk.

Dans le jeu Assassin's Creed Valhalla vous pouvez vous mesurer à Ratatosk dans une joute verbale.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier