Ouvrir le menu principal

Rami Hamdallah

universitaire et homme politique palestinien

Rami Hamdallah
رامي حمدالله
Illustration.
Rami Hamdallah en octobre 2013.
Fonctions
Premier ministre de Palestine[N 1]

(5 ans, 10 mois et 11 jours)
Président Mahmoud Abbas
Prédécesseur Salam Fayyad[N 2]
Successeur Mohammad Shtayyeh
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Anabta, Cisjordanie
Nationalité palestinienne
Parti politique Fatah
Diplômé de université de Jordanie
université de Manchester
université de Lancaster
Profession universitaire

Rami Hamdallah
Premiers ministres de Palestine

Rami Hamdallah (en arabe : رامي حمد الله), né le à Anabta dans le nord de la Cisjordanie, est un universitaire et homme d'État palestinien membre du Fatah. Il est Premier ministre le 3 juin 2013 au 14 avril 2019.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Rami Hamdallah est issu d'une famille aisée, possédant des terres en Cisjordanie[1]. Il étudie au Royaume-Uni et obtient un doctorat en linguistique appliquée à l'université de Lancaster[1],[2].

Carrière universitaireModifier

En 1982, il entame une carrière universitaire comme professeur de linguistique et devient en août 1998 président de l'université An-Najah à Naplouse[2],[3].

Sous sa présidence, An-Najah devient le plus grand établissement d'enseignement supérieur de Cisjordanie. Le nombre d'étudiants est multiplié par trois. Un nouveau campus et un hôpital universitaire sont construits. L'université se dote notamment de facultés de médecine, d'optométrie et d'ingénierie[1],[4].

Autres activitésModifier

Rami Hamdallah préside le conseil d'administration de la bourse de Palestine. Il est membre du Fatah, où il n'occupe aucune fonction politique, et du directoire de la fondation Yasser Arafat. Hamdallah est secrétaire général de la commission électorale palestinienne depuis 2002[2].

Carrière politiqueModifier

 
Hamdallah reçoit le Premier ministre des Pays-Bas Mark Rutte, en 2013.

Le , il succède à Salam Fayyad au poste de Premier ministre et est chargé par Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, de former un gouvernement transitoire jusqu'aux prochaines élections présidentielles et législatives. Hamdallah est nommé sans l'accord du Hamas[2]. Il prévoit de reconduire la plupart des ministres et pense occuper ses fonctions jusqu'en août[1], date à laquelle le Fatah, qui dirige l'Autorité palestinienne en Cisjordanie, et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, doivent mettre en place un gouvernement d'union[5]. Rami Hamdallah présente sa démission dès le 20 juin en raison de divergences de point de vue avec les deux vice-Premiers ministres désignés par le président de l'Autorité palestinienne[6]. Elle est acceptée par Mahmoud Abbas, mais Hamdallah reste en poste afin de gérer les affaires courantes jusqu'à la désignation d'un nouveau premier ministre. En août, le président lui donne cinq semaines afin de former un nouveau gouvernement[7]. Un cabinet de 24 ministres, dont la composition est identique au précédent, prête serment en septembre[8].

Après la réconciliation entre le Fatah et le Hamas, il présente sa démission au président Abbas le 25 avril 2014[9], ouvrant la voie à la formation le 2 juin 2014 d'un gouvernement d'union nationale, conduit par le Premier ministre sortant[10].

Le 13 mars 2018, il échappe à une tentative d'assassinat à Gaza.[11]

Le 29 janvier 2019, il présente sa démission au président Abbas qui l'accepte le lendemain.[12] Il quitte ses fonctions définitivement le 10 mars suivant.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Contesté jusqu'au .
  2. Ismaël Haniyeh demeure, de 2007 à 2014, reconnu Premier ministre par le Parlement.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier