Rambus Inc.
Création 1990
Dates clés 1996 : Accord avec Intel
1997 : Introduction en bourse
Fondateurs Mike Farmwald (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés Harold Hughes, CEO
Forme juridique Société anonyme
Action NASDAQ : RMBS
Slogan Leaders in Chip Interface Solutions
Siège social 4440 El Camino Real
Los Altos, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Luc Seraphin (depuis 2018)
Activité Micro-électronique
Produits Propriété intellectuelle
Filiales Rambus (United Kingdom) (d) et Cryptography Research (en)
Effectif 685 (fin 2019)
Site web rambus.com

Capitalisation 1 292 millions USD en 2020
Chiffre d'affaires 224 millions USD en 2019
Résultat net 90,4 millions USD en 2019 (perte)[1]

Rambus (NASDAQ : RMBS) est une société américaine fondée en 1990. Elle se consacre aux technologies de bus et de mémoire vive (elle développe surtout des brevets autour de technologies concernant ces domaines).

HistoriqueModifier

  • 1990 : Fondation de Rambus
  • 1995 : Rambus équipe la console Nintendo 64
  • 1998 : Lancement de la technologie RDRAM
  • 2003 : Lancement de la technologie Flexio

Savoir-faireModifier

Ces dernières années[Quand ?] Rambus a surtout été connue pour avoir tenté d'imposer avec l'aide d'Intel la technologie RDRAM qui fut un flop. La technologie RDRAM est plus ou moins abandonnée à la suite de son échec commercial.

Actuellement[Quand ?] Rambus développe surtout des solutions DDR et tente de lancer sa technologie XDR DRAM (qui équipe aujourd'hui[Quand ?] la PlayStation 3) basée sur la technologie de bus Flexio. Rambus développe aussi des interfaces PCI-X, réseau, etc.

BrevetsModifier

Rambus développe des technologies sous forme de brevets et dispose d'un service juridique efficace, comme les procès autour de la RDRAM l'ont montré. En effet, si Rambus n'a pas réussi à commercialiser avec succès ses types de mémoire, elle dispose de brevets sur des technologies utilisées dans d'autres types de mémoire. Profitant de cet avantage, elle a engagé une série de procès pour violation de brevet envers les fabricants de mémoire DDR, ce qui lui a permis sa survie financière.

À la suite de ces multiples attaques, les journaux spécialisés n'hésitent plus à qualifier Rambus de « Patent troll »[2].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier