Rétention d'information

La rétention d'information consiste à dissimuler une information ou son existence même afin qu'une personne, un ensemble de personnes ou une organisation, légitimement en droit de la connaître, n'en disposent pas.

La rétention d'information diffère de la protection du secret qui, elle, est ordinairement légitime comme protectrice d'intérêts particuliers.

Effets négatifs de la rétention d'informationModifier

La rétention d'information s'oppose au partage d'information, considéré comme l'un des trois piliers de l'ingénierie des connaissances. Elle a donc des conséquences négatives sur l'organisation en réseaux des entreprises.

La rétention de l'information a un coût financier, qu'il est difficile d'évaluer, mais qui est réel. Le coût de l'ignorance peut être invisible, mais réel, et il peut dépasser les dépenses liées à l'acquisition des informations et des connaissances nouvelles[1].

Raisons de la rétention d'informationModifier

On peut identifier quatre raisons à la rétention de l'information [2], délibérée ou de nature systémique :

Selon Claude Revel, une partie du mal dont souffre les élites vient de leur formation où la rétention d'information, le non partage était porté au rang des vertus[3].

Chiffrage de la rétention d'informationModifier

Selon un sondage d'OrderDynamics réalisé en 2014, 13 % des personnes interrogées déclarent faire de la rétention d'information « pour garder le pouvoir »[4].

Selon Florence Depoers, le taux de rétention moyen concerne environ 15 % des informations publiées par les sociétés cotées[5].

NotesModifier

  1. Bernard Besson, l'audit d'intelligence économique, mesure des flux informationnels et de leur coût, pages 119-130, coût de l'ignorance pages 129-130
  2. Bernard Besson, l'audit d'intelligence économique, page 54
  3. Nous et le reste du monde
  4. Enquête auprès de 302 distributeurs aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France : résultats d’étude et comparatif par pays : USA, Royaume-Uni et France
  5. [PDF] La rétention d’informations dans les rapports annuels des sociétés cotées : concept et mesure publié dans la revue Sciences de Gestion, n° 74, p. 67 à 85

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • L'audit d'intelligence économique - Mettre en place et optimiser un dispositif coordonné d'intelligence économique, Bernard Besson et Jean-Claude Possin. Dunod, 2002. (ISBN 2 10 006699 4)