Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ezo.
République d'Ezo
蝦夷共和国
(Ezo kyōwakoku) (ja)

1868 – 1869

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la république d'Ezo (actuelle île de Hokkaidō au Japon).
Informations générales
Statut République éphémère
Capitale Hakodate
Langue Japonais
Histoire et événements
Création
Dissolution

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La république d’Ezo (蝦夷共和国, Ezo Kyōwakoku?), dite république indépendante d’Ezo, est un État sécessionniste éphémère qui a existé au Japon au XIXe siècle.

Sommaire

HistoireModifier

Après leur défaite à la guerre de Boshin, les troupes shogunales conduites par l'amiral Enomoto Takeaki prennent la fuite et s'installent sur l'île de Hokkaidō (Ezo). Ils sont plusieurs milliers de soldats et sont accompagnés par l'officier français Jules Brunet, ancien membre de la mission française chargée d'aider à moderniser l'armée du shogun. Ils fondent officiellement la république d'Ezo le .

Pendant l'hiver qui suit, une fortification des défenses du Sud de la péninsule de Hakodate a lieu. Le système de défense est verrouillé par la forteresse Goryōkaku et par le Benten Daiba.

De leur côté, les forces impériales consolident leurs positions du Nord de l'île de Honshū et amènent sept mille hommes de plus pour se préparer au combat. Les forces impériales progressent vite vers Ezo, gagnent la bataille de la baie de Hakodate et encerclent ensuite la forteresse Goryōkaku. Enomoto Takeaki décide alors de se rendre le .

Enomoto est fait prisonnier ; libéré en 1872, il deviendra ambassadeur en Russie.

Forces arméesModifier

Les troupes sont organisées sous commandement franco-japonais. Les deux commandants sont Jules Brunet et Keisuke Ōtori. Les troupes ont été divisées en quatre brigades, commandées chacune par un officier français (Fortant, Le Marlin, Cazeneuve, Bouffier). Les quatre brigades sont divisées en huit demi-brigades toutes commandées par un officier japonais.

Fonctionnement et symbolesModifier

Le , la république d’Ezo est fondée sur le modèle constitutionnel américain. Son territoire comprend l'île de Hokkaidō (Ezo), sa capitale est la ville de Hakodate et la forteresse de Goryōkaku. Enomoto Takeaki est élu sōsai, c’est-à-dire président de la République et chef de guerre (sōsai est le plus haut grade dans les arts martiaux du Japon). Matsudaira Tarō prend lui le grade de vice-président de cette république. Hijikata Toshizō a lui obtenu le poste de ministre des Armées.

Le drapeau est sur fond azur avec une fleur de chrysanthème — symbole de l'empereur — mais la fleur impériale est frappée d'une étoile rouge à sept branches, symbole de la nouvelle république remplaçant l’empire.

Composition du gouvernementModifier

Composition du gouvernement
Président Enomoto Takeaki
Vice-président Matsudaira Tarō
Ministre de la Marine Arai Ikunosuke
Ministre des Armées Ōtori Keisuke
Ministre des Armées assistant Hijikata Toshizō
Magistrat de Hakodate Nagai Naoyuki
Assistant du magistrat de Hakodate Nakajima Saburōsuke
Magistrat d'Esashi Matsuoka Shirōjirō
Assistant du magistrat d'Esashi Kosugi Masanoshin
Magistrat de Matsumae Hitomi Katsutarō
Ministre des Finances Enomoto Michiaki
Commandant des navires de guerre Kōga Gengo
Commandant de l'infanterie Furuya Sakuzaemon

Voir aussiModifier

Dans la fiction