Référendum suédois de 2003

Le référendum suédois de 2003 est un référendum non contraignant ayant eu lieu le en Suède. Il porte sur le passage à l'euro. La participation est de 82,56 % et 55,91 % des votants ont répondu non. À la suite de ce référendum, la Suède n'est pas passée à l'euro.

Référendum suédois de 2003
Corps électoral et résultats
Inscrits 7 077 502
Votants 5 843 788
82,56 %
Votes blancs et nuls 3 475
Adoption de l'Euro
Pour
42,01 %
Blanc
2,08 %
Contre
55,91 %

Quelques jours avant le référendum a lieu l'assassinat de la ministre des Affaires étrangères Anna Lindh, alors partisane du « oui »[1].

ContexteModifier

Entrée dans l'Union européenne en 1994, la Suède rejette l'entrée dans la zone euro par une décision de son parlement le , avec 167 voix contre, 61 pour et 67 abstentions. Le Parti social-démocrate suédois des travailleurs, au pouvoir, décide en de reporter l'organisation du référendum à une date ultérieure aux législatives de septembre 2002. Après avoir remporté ces dernières, le nouveau gouvernement entérine la date et la question posée par 270 voix pour, 40 contre et 4 abstentions le . En cas de vote favorable, l'adhésion est alors prévue pour 2006 au plus tôt[1].

RésultatsModifier

Référendum suédois de 2003[1]
Choix Votes %
Pour 2 453 899 42,01
Blanc 121 073 2,08
Contre 3 265 341 55,91
Votes valides 5 840 313 99,94
Votes invalides 3 475 0,06
Total 5 843 788 100
Abstention 1 233 714 17,44
Inscrits/Participation 7 077 502 82,56
Votes
Pour
(42,01 %)
Votes
Contre
(55,91 %)
Majorité absolue

Notes et référencesModifier