Quatuor à cordes de Tailleferre

Germaine Tailleferre compose en 1919 un quatuor à cordes.

HistoireModifier

Un de ses amis, le peintre Ker-Xavier Roussel, la pousse à écrire un quatuor à cordes, pour un concert à la fin de l'année 1917, qui comportait des œuvres de Louis Durey, Georges Auric, Arthur Honegger[1].

Le quatuor étant inachevé à la date prévue, l'œuvre est présentée sous le titre "Sonatine" et interprétée par le Quatuor Capelle au Vieux-Colombier.

Ce n'est qu'en 1919 que Germaine Tailleferre le termine en lui ajoutant son dernier mouvement[2]. Elle le dédie à Arthur Rubinstein, qui partant en tournée au Brésil souhaitait promouvoir son œuvre[3]. Le quatuor est alors créé en 1923 à la salle Gaveau, toujours par le Quatuor Capelle[4].

MouvementsModifier

Ce quatuor est en trois mouvements :

  • Modéré
  • Intermède
  • Final : vif

DiscographieModifier

  • Germaine Tailleferre, Kammermusik für Streicher, Bläser und Klavier, Quatuor Fanny Mendelssohn, , Troubadisc, 1993.
  • The Music of Germaine Tailleferre, Porter String Quartet, Helicon Records, 1997.
  • Ravel/Tailleferre/Milhaud String Quartets, Leipziger Streichquartett, MDG, 2005.

NotesModifier

  1. Georges Hacquard, Germaine Tailleferre, la Dame des Six, L'Harmattan, 1999 (ISBN 2-7384-7102-1), p. 30.
  2. Georges Hacquard, op. cit., p. 36.
  3. Walter Labhart, livret du CD Troubadisc, 1993, p. 8-10.
  4. Georges Hacquard, op. cit., p. 67.