La notion de qadar (arabe : al-qaḍāʾ wa al-qadar, القضاء و القدر, la fatalité ; le libre arbitre[1]) est un terme utilisé dans l'islam pour désigner la liberté humaine. Il suppose un certain libre arbitre et s'oppose au djabr, le fatalisme. Les partisans du libre arbitre sont appelés qadariyya.

SunnismeModifier

AcharismeModifier

L'école acharite indique que :

1/ Dieu sait toute chose de toute éternité. Par conséquent, tout ce qui se produit dans ce monde est conforme à sa volonté. Les actes des humains font partie de ce que Dieu sait. Ainsi, ce qu'ils font est conforme à sa volonté. C'est le sens même de la prédestination - et donc la négation de la liberté humaine. « La thèse ash'arite ne fait aucune concession au libre arbitre humain »[2].

2/ Les humains, par l'observation même, ont une volonté. Ils agissent et œuvrent, sans savoir ce que Dieu a su et voulu pour eux. Les acharites affirment que la volonté des humains est soumise à la volonté de Dieu. Ils se basent sur un hadith de Mahomet rapporté par Abu Dawud et qui veut dire : « ce que Dieu veut est et ce que Dieu ne veut pas n'est pas ». Ils se basent également sur un verset du Coran qui veut dire : « Et vous ne voulez que ce que Dieu a voulu ».

Cette notion est, pour certains mais c'est loin d'être une unanimité, l'une des six croyances nécessaires à la foi. Elle a été développée par Ma'bad al-Juhani[réf. nécessaire] dans le cadre de sa madhhab à la fin du VIIe siècle. Deux acceptions sont possibles :

  • Pour certains, l'action d'une personne n'est pas écrite en soi, mais doit arriver pour cette personne. Le libre arbitre (ikhtiyar) est donc limité.
  • Une autre perspective affirme que Dieu est omniscient et par conséquent a la prescience de tous les futurs possibles. Dieu juge alors quels futurs seront permis, et le choix des hommes se situe entre les différentes possibilités approuvées par lui. Elle suppose donc un certain libre arbitre. Les adeptes de cette doctrine ont été appelés Qadarîy (qadarīy, قدريّ : fataliste). Ce terme est à prendre par antiphrase puisqu'au contraire il désigne une personne croyant en la responsabilité personnelle de tous les croyants.

Mu'tazilitesModifier

Les mutazilites sont qadarites de façon beaucoup moins ambiguë. Ils se sont opposés aux acharites, qui considèrent en général que toute action vient de Dieu, qui est cause de tout, y compris des actes humains. Pour les mutazilites, cela revient à faire de Dieu la cause du mal, conséquence qu'ils ont du mal à accepter. Alors que les acharites mettent l'accent sur le toute-puissance divine, les mutazilites mettent en valeur sa Justice. L'injustice, pour eux, ne saurait être le fruit de la volonté divine, mais de la liberté humaine[3].

ChiismeModifier

Pour les chiites, la vérité se situe entre les deux : « Ni contrainte, ni libre arbitre total, la vérité se trouve entre les deux extrêmes ». La Voie Intermédiaire (Amrun Bayn-al-Amrayn) est considérée comme une question complexe qui ne peut pas être pleinement comprise de tous[4].

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Éditions Larousse, « les Qadarites - LAROUSSE », sur www.larousse.fr (consulté le )
  2. Mohyddin Yahiya, La pensée classique arabe. 4, Le kalâm d'Al-Ash'Ari, (lire en ligne), p. 33
  3. Louis Gardet, M. M. Anawati et Georges C. Anawati, Introduction à la théologie musulmane: essai de théologie comparée, J. Vrin, (lire en ligne), p. 49
  4. Mahomet Rizâ al-Muzaffar, « Les Croyances du Chiisme »

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier