Ouvrir le menu principal
Prudence Heward
Prudence Heward.jpg
Prudence Heward en 1927
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
Los AngelesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître

Prudence Heward, née Efa Prudence Heward à Montréal (Québec) le et morte le à Los Angeles (Californie) à l'âge de 50 ans, est une peintre canadienne.

BiographieModifier

Prudence Heward est originaire d'une famille aisée de la métropole québécoise et est également la cousine du député et ministre fédéral Heward Grafftey. Elle reçut une éducation marquée par les écoles privées. Très jeune, elle montre un intérêt pour les arts et se présente à l'école de l'association artistique de Montréal[1] (Art Association of Montreal).

Durant la Première Guerre mondiale, elle partit vivre en Angleterre où ses frères servirent dans l'Armée canadienne et où elle fut volontaire dans le Croix-Rouge. De retour au Canada à la fin de la guerre, elle continua de peindre et joignit le Groupe de Beaver Hall. En 1924, elle présenta sa première exposition à l'Académie royale des arts du Canada de Toronto en Ontario. Néanmoins, à une période où les femmes artistes n'ont que peu de crédibilité, ce n'est pas avant 1932 qu'elle exposa ses œuvres en solo lors d'une exposition dans la Scott Gallery de Montréal.

Voulant améliorer ses talents, elle s'installa dans le quartier du Montparnasse à Paris entre 1925 à 1926. Durant ses vacances, elle étudia à l'Académie Colarossi et fréquenta la brasserie du Dôme, fréquenté par de nombreux artistes et écrivains nord-américains, dont Morley Callaghan, Ernest Hemingway et F. Scott Fitzgerald. À Paris, elle rencontra la peintre ontarienne Isabel McLaughlin qui devint son amie et elles effectuèrent des sorties de peinture en milieu naturel. En 1929, sa carrière explosa lorsqu'une de ses peintures, Girl on a Hill, remporta le premier prix de la compétition du Gourveneur-général Willingdon et organisée au Musée des beaux-arts du Canada.

Elle fut alors invitée à exposer ses œuvres en 1928 et 1931 avec le Groupe des Sept[2], où elle fit la rencontre de A. Y. Jackson avec qui elle effectua des excursions autour du fleuve Saint-Laurent. C'est alors qu'elle réalisa de nombreuses illustrations de paysages, particulièrement dans la région des Cantons-de-l'Est. Elle fut également reconnue pour sa représentation de femmes[3] et enfants, incluant cinq modèles nus, dont l'un est une femme noire.

En 1933, elle cofonda le Canadian Group of Painters, mais affaiblie par l'asthme et divers autres problèmes de santé, elle dut ralentir ses activités. Un accident automobile survenu en 1939, diminua ses habiletés, mais elle put continuer à réaliser des portraits jusqu'en 1945. Par la suite, son état fut à ce point détérioré qu'elle ne put continuer ses activités. Elle mourut en 1947, alors qu'elle suivait des traitements médicaux dans un hôpital de Los Angeles en Californie.

De nos jours, nombre de ses œuvres sont exposées dans des galeries canadiennes dont la Winnipeg Art Gallery, au Musée des beaux-arts de Montréal, au Musée des beaux-arts du Canada et au Musée national des beaux-arts du Québec[4].

En juillet 2010, Postes Canada présente deux timbres de son œuvre, représentant ses tableaux Rollande et Au théâtre.

GalerieModifier

RéférencesModifier

  1. Campbell, James D., 1956-, Fonds et figures : l'oeuvre de Ross Heward : avec une esquisse de la vie et de l'oeuvre de sa tante, Prudence Heward, Centre des arts visuels, Galerie McClure = Visual Arts Centre, McClure Gallery, (ISBN 0973446226 et 9780973446227, OCLC 62129959, lire en ligne)
  2. Anne-Marie Bouchard, Art moderne du Québec : guide de collection, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, , 167 p. (ISBN 978--2-551-26326-4), p. 58-59
  3. Julie Anne Godin Laverdière, « L'apport de Prudence Heward, Lilias Torrance Newton et Jori Smith à l'élaboration de la modernité picturale canadienne : 1920-1948 », sur archipel.uqam.ca, (consulté le 16 mars 2019)
  4. « Prudence Heward | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le 3 février 2019)

Liens externesModifier