Protectorat de Beiting

Le Protectorat de Beiting, ou Protectorat Général de Beiting (chinois : 北庭(大)都護府 ; pinyin : Běitíng (Dà) Dūhùfǔ ; Wade : Pei-t'ing (Ta) Tu-hu-fu ; litt. « Protectorat(-Général) de la Cour du Nord »), est un protectorat créé en 702 par la dynastie Tang pour contrôler la région de Beiting, qui se situe au nord de la ville-royaume de Gaochang[1].

Carte de la région de Beiting.

Cette création est voulue par l'impératrice Wu Zetian, qui installe le siège du Protectorat de Beiting dans le Zhou de Ting[2] (Zhou, se traduit parfois par préfecture), à partir duquel seront gérés les Zhou de Yi[3] et Xi[4], en plus de celui de Ting. Le Protectorat de Beiting disparaît en 790, quand le Zhou de Ting est conquis par l'Empire du Tibet.

En 2014, les Routes de la soie, et plus précisément le réseau de routes du corridor de Chang’an-Tian Shan, sont intégrées à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Parmi les sites concernés par ce classement, on trouve les ruines de la ville de Beiting.

Histoire du protectoratModifier

 
Peinture murale commémorant la victoire du Général Zhang Yichao sur l'Empire du Tibet en 848. Grotte de Mogao No 156, période de la fin de la dynastie Tang.

En 702, Wu Zetian décide de diviser le Protectorat Général pour Pacifier L'Ouest, ou Protectorat d'Anxi, en deux Protectorats distincts. Pour ce faire, elle détache d'Anxi les Zhou de Ting, Yi et Xi qu'elle érige en Protectorat de Beiting. Le siège du nouveau protectorat est alors installé dans le Zhou de Ting[5].

Dès 715, l'Empire du Tibet, qui dispute le contrôle des Régions de l'Ouest à la Chine depuis la chute du Khaganat turc occidental, attaque le nouveau protectorat[6]. Cette attaque n'est que le prolongement et la suite des incursions menées par les Tibétains dans les territoires du Protectorat pour Pacifier l'Ouest, avant qu'il soit divisé en deux. Cependant, si l'Empire du Tibet est le principal ennemi des Tang dans la région, il n'est pas le seul. Ainsi, en 735, ce sont les Turgesh, une tribu turque de la Confédération Dulu (en), qui attaquent à leur tour le Zhou de Ting[7].

En 755, éclate la révolte d'An Lushan, qui va embraser toute la Chine. Pour lutter contre les révoltés, la dynastie Tang retire 200 000 soldats des Régions de L'Ouest[8] et les redéploie pour protéger la capitale[9].

En 764, l'Empire du Tibet profite de l'affaiblissement des Tang lié à cette guerre civile pour envahir le corridor du Hexi et conquérir le Zou de Liang[10], coupant ainsi les Protectorat d'Anxi et Beiting du reste des territoires de la dynastie Tang. Malgré cet isolement, les Protectorats restent relativement à l’abri des attaques sous la direction de Guo Xin pour l'un et Li Yuanzhong pour l'autre[11]. Tous deux continuent de correspondre avec la cour des Tang via des messages envoyés secrètement, ce qui leur vaut d’être nommés Protecteurs Généraux en 780 par l'empereur Tang Dezong[12].

Malgré la résistance de Li Yuanzhong, les heures du Protectorat sont comptées. En 781, l'Empire du Tibet conquiert le Zhou de Yi[13]; et si en 789, le moine Wukong peut constater de visu que le Zhou de Ting est toujours contrôlé par un commandant chinois nommé Yang Xigu[14], les Tibétains s'en emparent dès l'année suivante[13]. Finalement, ces derniers s'emparent du Zhou de Xi en 792, mettant ainsi fin de facto, à l'existence du Protectorat[13].

Devenir après l'annexion par le TibetModifier

Les Tibétains n'ont guère le temps de profiter de leur nouvelle conquête, car quasi immédiatement, le Khaganat ouïgour s'empare du Zhou de Xi, qui devient la nouvelle frontière entre les deux empires[15].

La situation reste calme et stable jusqu'en 848, date à laquelle Zhang Yichao se rebelle contre la domination tibétaine dans le Zhou de Sha[16]. Il s'empare du Zhou de Yi en 850, puis de celui de Xi en 851 et enfin celui de Ting en 866. Cependant, les victoires de Yichao ne se traduisent pas par un retour des Tang dans la région, car il perd immédiatement le contrôle des Zhou de Ting et Xi, ainsi que de Luntai[17] au profit du royaume ouïghour de Qocho(高昌回鶻). En 876, les Ouïghours achèvent de rayer de la carte le petit royaume de Yang Yichao, en s'emparant du Zhou de Yi.

GalerieModifier

Peinture murale des Tombes d'Astana, découverte en 1972 dans la tombe N°187. On peut voir un plant de bambou en arrière-plan. Cette peinture se trouve à droite d'une représentation d'une femme jouant au go. On a également trouvé dans cette tombe une copie du livre "Tian Bao San Zai" datant de 744. 
Peinture murale des Tombes d'Astana, découverte en 1972 dans la tombe de Zhang Lichen (655-702). 
Autre peinture murale provenant de la tombe de Zhang Lichen (655-702). 
Peinture murale des Tombes d'Astana, découverte en 1972 dans la tombe N°187. 
Autre peinture murale provenant de la tombe N°187. 
Autre peinture murale provenant de la tombe N°187. 
Autre peinture murale provenant de la tombe N°187. 

Voir égalementModifier

Notes et référencesModifier

  1. Drompp 2005, p. 104.
  2. Ce qui correspond actuellement au Xian de Jimsar
  3. Ce qui correspond à l'actuelle préfecture de Hami
  4. C'est le nom que les Chinois ont donné à la ville-royaume de Gaochang après en avoir pris le contrôle
  5. Xiong 2008, p. 58.
  6. Wang 2013, p. 157.
  7. Bregel 2003, p. 19.
  8. Ce chiffre est celui des troupes retirées des Protectorats d'Anxi et de Beiting et non juste de celui de Beiting
  9. Wang 2013, p. 167.
  10. Beckwith 1987, p. 149.
  11. « 舊唐書 », sur 中國哲學書電子化計劃 (consulté le 3 août 2017) : « 上元元年,河西軍鎮多為吐蕃所陷。有舊將李元忠守北庭,郭昕守安西府,二鎮與沙陀、回鶻相依,吐蕃久攻之不下。Trad: Durant la première année de l'ère Shangyuan [760], le Quartier général de l'armée d'Hexi est pris par les Tibétains. Beiting et Anxi ont été gardés par Li Yuanzhong et l'ancien général Guo Xin, qui, avec les Shatuo et les Ouighours, ont pu empêcher les Tibétains de prendre les deux garnisons. »
  12. « 舊唐書 », sur 中國哲學書電子化計劃 (consulté le 3 août 2017) : « 建中元年,元忠、昕遣使間道奏事,德宗嘉之,以元忠為北庭都護,昕為安西都護。Trad: Dans la première année de l'ère Jianzhong [780], Yuanzhong et Xin envoyèrent des émissaires à travers un chemin lointain pour transmettre un rapport à l'empereur. Dezong les a félicités et Yuanzhong est devenu Protecteur Général de Beiting, tandis que Xin est devenu Protecteur Général d'Anxi. »
  13. a b et c Bregel 2003, p. 21.
  14. « 佛說十力經 », sur Sutta Central (consulté le 4 septembre 2017)
  15. Beckwith 1987, p. 156.
  16. Ce qui correspond actuellement à la ville de Dunhuang
  17. Ce qui correspond actuellement à la ville d'Ürümqi

BibliographieModifier

  • Abu Zayd Al-Sirafi, Two Arabic Travel Books, New York University Press,
  • Ayla Esen Algar, The Dervish Lodge : Architecture, Art, and Sufism in Ottoman Turkey, University of California Press,
  • M.S. Asimov, History of civilizations of Central Asia Volume IV The age of achievement : A.D. 750 to the end of the fifteenth century Part One The historical, social and economic setting, UNESCO Publishing,
  • Arezou Azad, Sacred Landscape in Medieval Afghanistan : Revisiting the Faḍāʾil-i Balkh, OUP Oxford,
  • Thomas Barfield, The Perilous Frontier : Nomadic Empires and China, Basil Blackwell,
  • Christopher I Beckwith, The Tibetan Empire in Central Asia : A History of the Struggle for Great Power among Tibetans, Turks, Arabs, and Chinese during the Early Middle Ages, Princeton University Press,
  • Vladimir Belyaev, The coinage of Qara Khitay : a new evidence (on the reign title of the Western Liao Emperor Yelü Yilie), Russian Academy of Sciences,
  • Linda Benson, China's last Nomads : the history and culture of China's Kazaks, M.E. Sharpe,
  • Michal Biran, The Empire of the Qara Khitai in Eurasian History : Between China and the Islamic World, Cambridge University Press,
  • Liliya M. Borelova, Manchu Grammar, Brill,
  • Clifford Edmund Bosworth, The Age of Achievement : A.D. 750 to the End of the Fifteenth Century - Vol. 4, Part II : The Achievements (History of Civilizations of Central Asia), UNESCO Publishing,
  • Yuri Bregel, An Historical Atlas of Central Asia, Brill,
  • Imin Bughra, The history of East Turkestan, Istanbul: Istanbul publications,
  • Michael Robert Drompp, Tang China And The Collapse Of The Uighur Empire : A Documentary History, Brill,
  • John L. Esposito, The Oxford History of Islam, Oxford University Press,
  • Francesca Fiaschetti, Political Strategies of Identity Building in Non-Han Empires in China, Harrassowitz Verlag,
  • Peter B. Golden, Central Asia in World History, Oxford University Press,
  • Valerie Hansen, The Silk Road : A New History, Oxford University Press,
  • John Haywood, Historical Atlas of the Medieval World, AD 600-1492, Barnes & Noble,
  • Ira M. Lapidus, Islamic Societies to the Nineteenth Century : A Global History, Cambridge University Press,
  • Kenneth Scott Latourette, The Chinese, their history and culture, Volumes 1-2, Macmillan,
  • Scott Cameron Levi, Islamic Central Asia : An Anthology of Historical Sources, Indiana University Press,
  • James Millward, Eurasian Crossroads : A History of Xinjiang, Columbia University Press,
  • Krystyn Moon, Yellowface, Rutgers University Press,
  • Frederick W. Mote, Imperial China 900-1800, Harvard University Press,
  • Bapsy Pavry, The Heroines of Ancient Persia, Cambridge University Press,
  • Xinjiang Rong, Eighteen Lectures on Dunhuang, Brill,
  • Eric T. Schluessel, The World as Seen from Yarkand : Ghulām Muḥammad Khān’s 1920s Chronicle Mā Tīṭayniŋ wā qiʿasi, NIHU Program Islamic Area Studies,
  • Denis Sinor, The Cambridge History of Early Inner Asia, Cambridge University Press, , 518 p. (ISBN 978-0-521-24304-9, lire en ligne)
  • Jonathan Karam Skaff, Sui-Tang China and Its Turko-Mongol Neighbors : Culture, Power, and Connections, 580-800 (Oxford Studies in Early Empires), Oxford University Press,
  • Svat Soucek, A History of Inner Asia, Cambridge University Press,
  • Tokio Takata, The Chinese Language in Turfan with a special focus on the Qieyun fragments, Institute for Research in Humanities, Kyoto University,
  • Rian Thumb, Modular History : Identity Maintenance before Uyghur Nationalism, The Association for Asian Studies, Inc. 2012,
  • Zhenping Wang, Tang China in Multi-Polar Asia : A History of Diplomacy and War, University of Hawaii Press,
  • Bapsy Pavry Paulet Marchioness Winchester, The Heroines of Ancient Persia : Stories Retold from the Shāhnāma of Firdausi. With Fourteen Illustrations, The University Press,
  • André Wink, Al-Hind the Making of the Indo-Islamic World : The Slave Kings and the Islamic Conquest : 11Th-13th Centuries, BRILL,
  • André Wink, Al-Hind : The Slavic Kings and the Islamic conquest, 11th-13th centuries, BRILL,
  • (en) Victor Xiong, Historical Dictionary of Medieval China, United States of America, Scarecrow Press, Inc., (ISBN 978-0-8108-6053-7 et 0-8108-6053-8, lire en ligne)
  • Xue, Zongzheng (薛宗正). (1992). Turkic peoples (突厥史). Beijing: 中国社会科学出版社. (ISBN 978-7-5004-0432-3); OCLC 28622013
  • Abdurishid Yakup, The Turfan Dialect of Uyghur, Otto Harrassowitz Verlag,
  • Henry Yule, Cathay and the Way Thither, Being a Collection of Medieval Notices of China, Asian Educational Services,