Productivité (linguistique)

En linguistique, la productivité est l'action, par un locuteur natif, « de produire de nouvelles expressions nominales, adjectivales et autres, expressions qui ne se sont pas encore rencontrées dans les phrases réalisées »[1]. Plus un processus grammatical favorise la lexicalisation, c'est-à-dire la formation de nouveaux mots qui seront ajoutés au lexique d'une langue, plus il est productif.

Exemple en françaisModifier

Avant la réforme de l'orthographe française de 1835, le « pluriel des mots se terminant en ‹ nt › qui se faisait encore en ‹ ns › est systématiquement changé en ‹ nts › (comme ceux qui le faisaient déjà : dents, ponts…) »[2]. Depuis cette réforme, la productivité du pluriel par « ns » est presque nulle. Par exemple, le pluriel du nom « gent » est « gens ». Au contraire, la formation par « nts » est productive, puisque le pluriel de la très grande majorité des mots se terminant en « nt » est « nts ». Par exemple, le pluriel du nom « indigent » est « indigents ».

Notes et référencesModifier