Ouvrir le menu principal
Poudre sans fumée d'origine finlandaise

La poudre sans fumée est le terme appliqué à un ensemble de propergols utilisés dans les armes à feu et en artillerie qui produisent des quantités négligeables de fumée, au contraire de la poudre noire qu'elle remplace. Le terme « sans fumée » signifie que les produits de combustion sont essentiellement gazeux, au contraire de la poudre à canon qui produit environ 55 % de matières solides (principalement du carbonate de potassium, sulfate de potassium et sulfure de potassium)[1]. Bien que les produits de combustion de la poudre sans fumée comprennent peu de fumée[2], les armes d'artillerie en produisent suffisamment à chaque tir pour être détectable par une personne.

Le terme « sans fumée » a été appliqué aux poudres à base de nitrocellulose, mais aussi au picrate mélangé aux oxydants nitrate, chlorate ou dichromate vers la fin du XIXe siècle, avant que les avantages de la nitrocellulose ne l'impose[3].

HistoireModifier

Article détaillé : nitrocellulose.

Vers 1846 Christian Friedrich Schönbein met au point une méthode pratique de synthèse de la nitrocellulose. Ce produit est rapidement envisagé comme remplaçant de la poudre noire, mais il est encore trop instable et dangereux pour un usage militaire. Plusieurs explosions dans des manufactures seront déplorées. Frederick Augustus Abel fait breveter en 1865 un nouveau procédé bien plus sûr de fabrication. La nitrocellulose s'impose comme explosif dans les usages civils et militaire, mais elle reste trop puissante et mal maitrisée comme propulseur.

C'est finalement l'ingénieur principal Paul Vieille au Laboratoire central des poudres et salpêtres à Paris qui trouvera la formule pour faire de la nitrocellulose un propulseur plutôt qu'un explosif destructeur. Elle est composée de 68,2 % de nitrocellulose "insoluble", 29,8 % nitrocellulose "soluble" (collodion) gélifié par l'éther et 2 % paraffine. Initialement désignée « Poudre V », elle est re-baptisée « Poudre B » (« B » comme « blanche » , par opposition à la poudre noire, alors appelée « poudre N » -- N pour « noire » --, ou comme référence au nom du général Boulanger ministre de la guerre). Au contraire des poudres en usage à cette époque, elle produit essentiellement des gaz et peu de résidus solides de combustion, ce qui réduit l'encrassage du canon et la production de fumée pendant le tir. Elle est également peu sensible à l'humidité. De surcroît, elle est trois fois plus puissante, à poids égal, que la poudre noire, ce qui permet de réduire la taille et le poids des munitions.

Toutefois, elle a encore quelque défauts de stabilité et de vieillissement, qui conduiront à des modifications en « poudre BF » en 1887 et enfin « Poudre BN3F » avant la Première Guerre mondiale. Parallèlement Alfred Nobel suit en 1887 avec la ballistite, mélange à parties égales de nitroglycérine et de nitrocellulose. De la ballistite de Nobel est dérivée la cordite inventée en Grande-Bretagne et qui a été également largement utilisée pour l'armement portatif et l'artillerie.

Toutes les poudres sans fumée modernes, utilisées dans le chargement de munitions très diverses, sont dérivées des poudres inventées par Paul Vieille en 1884 puis modifiées par Alfred Nobel en 1887.

RéférencesModifier

  1. (en) Julian S. Hatcher et Al Barr, Handloading, Hennage Lithograph Company, , p. 34
  2. (en) A. P. Fairfield (CDR USN), Naval Ordnance, Lord Baltimore Press, , p. 44
  3. (en) Philip B. Sharpe, Complete Guide to Handloading, Funk & Wagnalls, , p. 146-149

Voir aussiModifier