Ouvrir le menu principal

Poterie du Mesnil de Bavent

La poterie de Mesnil-de-Bavent *
Image illustrative de l’article Poterie du Mesnil de Bavent
Le manoir.
Domaine Savoir-faire
Lieu d'inventaire Calvados
* Descriptif officiel Ministère de la Culture (France)

La poterie du Mesnil de Bavent est une poterie normande située entre Caen et Cabourg, à Bavent (Calvados). La spécialité de cette entreprise, créée en 1842 en tant que La Tuilerie Normande, est l'épi de faîtage[1],[2], décoration de toiture courante[3] en Normandie. Elle travaille entre autres à la rénovation des monuments historiques, et notamment des châteaux et manoirs normands, ou villas de Deauville, Houlgate ou autre. Mais la fabrication est également tournée vers d'autres décors de toit, les animaux en faïence, la vaisselle et la décoration de jardin.

Production d'épis de faîtage.
Un modèle en exposition.

La poterie du Mesnil de Bavent est labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant depuis 2007[4],[5] et son savoir-faire est inscrit à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel en France[6] depuis 2008.

HistoriqueModifier

La présence d'un épi de faîtage sur les toits français a connu un développement particulier sur la Côte Fleurie, où la grande majorité des villas en possède au moins un[réf. nécessaire]. Il sert à protéger les angles de toits et orner cette partie visible de tous et de loin.

L'épi de faîtage apparaît au XIe siècle. Il sert alors souvent d'enseigne publicitaire. Jusqu'au XVe siècle, l'épi, alors en plomb, est un signe distinctif pour la noblesse qui l'utilise au même titre que les armoiries. À la Renaissance, l'épi de faîtage évolue, notamment dans le Pays d'Auge. Les épis en plomb deviennent épis de terre cuite vernissée puis émaillée. Ce nouveau mode de fabrication permet de créer de nouvelles formes, plus élancées. Cette évolution accompagne en fait le développement des productions de céramiques de toutes sortes dans les manufactures du Pré-d'Auge[7].

La poterie de Bavent est issue de l'ancienne fabrique « la Tuilerie Normande » qui avait abandonné la production d'épis de faîtage après la Seconde Guerre mondiale pour se concentrer sur les tuiles et briques en terre cuite. En 1987, la Tuilerie Normande est vendue, et la poterie actuelle est créée. Il a alors été décidé de relancer la production d'épis de faîtage, afin de sauvegarder et valoriser ce patrimoine local. La poterie du Mesnil de Bavent est depuis la seule à produire des épis de faîtage en faïence[7]. Si pendant très longtemps[précision nécessaire], il y eut beaucoup de poteries en Basse-Normandie (jusqu'à 32), il n'en reste aujourd'hui qu'une dizaine à perpétuer la tradition des épis de faîtage, souvent en grès. Les savoir-faire se perdent peu à peu, faute de formation adaptée et d'apprentissage[8].

FabricationModifier

 
Fabrication de l'épi de faîtage.

La poterie du Mesnil de Bavent produit des épis de faîtage en faïence émaillée, mais pas seulement. La fabrication comporte plusieurs étapes[9] :

  • Moulage : une sculpture représentant le futur objet est d’abord fabriquée pour réaliser le moule en plâtre. Ce moule pourra comporter au minimum deux pièces, mais parfois beaucoup plus, pour faire ressortir les moindres détails.
  • Estampage : la terre est placée dans les moules, qui sont ensuite rassemblés.
  • Séchage : le tout est mis à sécher, de plusieurs heures à plusieurs jours selon la taille de l’objet.
  • Démoulage
  • Finition : il s’agit toutes les traces éventuellement restantes du moule sur la pièce.
  • Engobage : l’objet est recouvert d’une terre blanche. Cela va permettre de l’émailler.
  • Cuisson : la cuisson étant un processus complexe, elle ne se fait qu’une fois par mois. En attendant, les objets sont entreposés sur des étagères. Il faut tout d’abord plus d’une journée pour remplir le four. Ensuite, la cuisson dure 34 heures à des températures précises. Pendant 24h, la température augmente de 20 degrés toutes les heures, puis lors des 10 dernières heures, elle monte de 70 degrés par heure. La cuisson se fait donc au maximum à 1180 degrés. Au bout des 34 heures, le four est laissé à refroidir, il est ouvert et vidé.
  • Émaillage : une fois refroidies, les pièces sont prêtes à être émaillées. C’est une étape compliquée car la couleur de l'émail ne se révèle qu'à la seconde cuisson, il faut donc anticiper. L'émaillage est fait au pinceau, à la louche ou au pistolet.
  • Seconde cuisson : les pièces émaillées ne peuvent pas trop attendre et sont donc cuites une fois par semaine à 980 degrés. L'émail permet de protéger la pièce et de la décorer.

Bibliographie / Divers inventairesModifier

  • 15 octobre 2006 – 30 juin 1987 : recherche historique et patrimoniale sur les tuileries et les briqueteries du Calvados, association Histoire et Patrimoine Industriels en Basse-Normandie[10], Caen. Dans le cadre de cette étude générale, un dossier monographique sur la poterie du Mesnil de Bavent a été réalisé.
  • 1er novembre 1990 – janvier 1991 : inventaire des éléments architecturaux fabriqués à la poterie de Bavent, association Histoire et Patrimoine Industriels en Basse-Normandie, Caen.
  • 16 septembre – 15 décembre 1991 : inventaire des éléments architecturaux fabriqués à la poterie de Bavent (suite de l’opération d’inventaire), association Histoire et Patrimoine Industriels en Basse-Normandie, Caen.
  • 1er mai – 20 juillet 1993 et 21 août – 30 septembre 1993 : étude sur les épis de faîtage bas-normands (XVIe - XXe siècles), association Histoire et Patrimoine Industriels en Basse-Normandie, Caen.

RéférencesModifier

  1. SARL Poterie du Mesnil de Bavent sur la base de données des entreprises Kompass
  2. Bouchard François, Épis de faîtage, in Patrimoine Normand no 48, hiver 2003.
  3. L'épi de faîtage dans la tradition normande, sur normandie-heritage.com
  4. Interview de la gérante de l'entreprise, madame Dominique Kay-Mouat
  5. Poterie du Mesnil de Bavent, entreprise du patrimoine vivant, sur patrimoine-vivant.com
  6. Fiche d'inventaire de la « Poterie du Mesnil de Bavent » au patrimoine culturel immatériel français, sur culturecommunication.gouv.fr (consultée le 20 octobre 2015).
  7. a et b La poterie du Mesnil de Bavent, fiche d'inventaire du patrimoine culturel immatériel, 2008, page 5.
  8. La poterie du Mesnil de Bavent, fiche d'inventaire du patrimoine culturel immatériel, 2008, page 4.
  9. La poterie du Mesnil de Bavent, fiche d'inventaire du patrimoine culturel immatériel, 2008, page 3.
  10. Association HPI Basse-Normandie

Articles connexesModifier

Liens externesModifier