Publié trois fois par semaine, le Post Boy a été fondé à la fin du XVIIe siècle, par l'un des réfugiés huguenots à Londres. C'était, avec le Post Man, fondé aussi par un français, l'un des trois journaux de Londres à être expédié systématiquement à ses lecteurs les mardi, jeudi et samedi, jours de départs de la poste britannique[1].

Post Boy
Format
Langue

HistoireModifier

Le Post Boy fut précédé par d'autres publications similaires comme celle que le huguenot Pierre Motteux fit paraître dès 1692 le Gentleman's magazine[2]. Souvent comparé au Post Man, mais moins tourné vers l'international, le Post Boy avait pour rédacteur Abel Boyer(1667-1729), fils d'un consul protestant de Castres arrivé en 1689 à Londres. Plus conservateur que le Post Boy, il était un peu moins lu, avec environ 3 000 exemplaires contre 3 800 pour le rival. Le 3e journal à être publié trois fois par semaine était le Flying Post, également proche des idées du Parti whig[1].

Abel Roper[1], l'éditeur du Post Boy, avait commencé à travailler avec l'éditeur Richard Baldwin, décédé en 1698, sur un quotidien, mais sans réussir à se mettre d'accord avec lui. Finalement, le premier quotidien anglais, le Daily Courant, sortira en 1701.

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Eighteenth-Century Genre and Culture: Serious Reflections on Occasional Forms: Essays in Honor of J. Paul Hunter, Dennis Todd, Cynthia Wall, et J. Paul Hunter, University of Delaware Press, 2001 [1]
  2. Histoire de la presse en Angleterre et aux États-Unis. Phillippe Athanase Cucheval-Clarigny. p. 233. Google Books.