Ouvrir le menu principal

Porcherie

local où se tiennent les porcs
Page d'aide sur l'homonymie Pour la chanson, voir Concerto pour détraqués.
Page d'aide sur l'homonymie Pour le film, voir Porcherie (film).
Porcherie
Le porc est un des animaux domestiqués qui ont coévolué avec l'Homme, en restant proches de lui et en consommant ses déchets alimentaires. Il partage avec lui certains pathogènes, d'où l'importance de l'hygiène dans les élevages industriels et les transports d'animaux.
Porcherie allemande "exemplaire" (de 1950) près de Magdebourg. Les bons résultats de cet élevage étaient attribués aux constructions des abris, constitués de ballots de paille empilés et maintenus ensemble uniquement par quelques planches. Leur sol était renforcé par un mélange de verre, scories et briques qui empêchaient les porcs, mais aussi les rats d'y fouir. Les murs et la toiture étaient isolés contre les courants d'air froid et les rats. Cette porcherie restait fraîche ou non exposée aux surchauffes estivales des bâtiments industriels, et était protégée des grands froids hivernaux, au bénéfice de la santé animale et du bien-être animal.

La porcherie ou soue est le local où se tiennent les porcs. Par analogie, on appelle porcherie un endroit d'une saleté repoussante. On l'appelle aussi parfois « ran » ou « rang »[1].

La porcherie est aussi le bâtiment ou l'ensemble de bâtiments conçus et adaptés pour l'élevage intensif de cette espèce animale (on parle alors de porcherie industrielle).

HistoireModifier

Les premières porcheries datent probablement de l'antiquité. Elles semblent être des enclos avec un abri simple.

Les enclos et abris attenant parfois aux habitations étaient communs au Moyen Âge.

Enjeux sanitairesModifier

Le porc est proche de l'homme. Il a coévolué avec lui et est sensible à des pathologies communes (grippe notamment). Les élevages industriels, porcins notamment sont sources de risques épidémiologiques et éco-épidémiologiques. Ils font maintenant l'objet d'une surveillance particulière. Les agriculteurs sont eux-mêmes soumis à des risques d'infections par des souches microbiennes antibiorésistantes.

IllustrationsModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

NotesModifier

  1. Émile Littré, Dictionnaire de la Langue Française par E. Littré de l’Académie française, 1873 Entrée en ligne