Plutomurus ortobalaganensis

Plutomurus ortobalaganensis est une espèce de collemboles de la famille des Tomoceridae.

DistributionModifier

Cette espèce est endémique d'Abkhazie en Géorgie[1]. Elle se rencontre dans le gouffre de Krubera-Voronja.

Ce collembole a été trouvé à 1 980 mètres de profondeur[2],[3], battant le précédent record de Ongulonychiurus colpus qui vit à 550 mètres de profondeur[1].

DescriptionModifier

Plutomurus ortobalaganensis mesure jusqu'à 3,8 mm. Ce collembole est anophthalme[1].

Il se repère grâce à la chémoréception[1].

DécouverteModifier

Il a été découvert durant l'été 2010 lors d'une expédition ibéro-russe, par Ana Sofia Reboleira de l'université d'Aveiro et Alberto Sendra du Musée d'histoire naturelle de Valence (es), avec le CAVEX Team[1].

ÉtymologieModifier

Son nom d'espèce, composé de ortobalagan et du suffixe latin -ensis, « qui vit dans, qui habite », lui a été donné en référence au lieu de sa découverte, la vallée d'Ortobalagan ou se situe le gouffre de Krubera-Voronja.

Publication originaleModifier

  • Jordana, Baquero, Reboleira & Sendra, 2012 : Reviews of the genera Schaefferia Absolon, 1900, Deuteraphorura Absolon, 1901, Plutomurus Yosii, 1956 and the Anurida Laboulbène, 1865 species group without eyes, with the description of four new species of cave springtails (Collembola) from Krubera-Voronya cave, Arabika Massif, Abkhazia. Terrestrial arthropod reviews, vol. 5, no 1, p. 35-85.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Jordana, Baquero, Reboleira & Sendra, 2012 : Reviews of the genera Schaefferia Absolon, 1900, Deuteraphorura Absolon, 1901, Plutomurus Yosii, 1956 and the Anurida Laboulbène, 1865 species group without eyes, with the description of four new species of cave springtails (Collembola) from Krubera-Voronya cave, Arabika Massif, Abkhazia. Terrestrial arthropod reviews, vol. 5, no 1, p. 35-85.
  2. « Un invertébré vivant à... 2 kilomètres sous terre », sur maxisciences, .
  3. « Record : des spéléologues descendent à 2,2 km de profondeur », sur Futura-sciences, .