Plateau d'Assy

Le plateau d'Assy est un replat d'une douzaine de kilomètres de long situé au pied des falaises des Fiz et dominant la moyenne vallée de l'Arve. Il se situe en France, sur la commune de Passy, dans le département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Rue principale de la station du plateau d'Assy.

Territoire initialement tourné vers l'agropastoralisme, le plateau d'Assy connaît à partir du début du XXe siècle une évolution de ses usages avec l'installation de sanatoriums, puis du développement d'un tourisme hivernal.

GéographieModifier

ActivitésModifier

AgropastoralismeModifier

Stations climatiqueModifier

Le plateau devient, à partir du début du XXe siècle, une station sanatoriale de haute altitude avec l'installation de quatorze sanatoriums, dont deux pour enfants, dédiés aux soins de la tuberculose[1].

L'un d'eux a été dévasté par des glissements de terrain en 1970.

Station de sport d'hiverModifier

C'est aussi une petite station de sports d'hiver, Plaine-Joux, dominée par la chaîne des Fiz (notamment l'aiguille Rouge, l'aiguille de Varan et la pointe de Platé qui surplombe le désert de Platé).

Patrimoine culturel et paysagerModifier

On peut y observer une vue dominante sur le massif du Mont-Blanc et visiter l'église Notre-Dame-de-Toute-Grâce décorée par des peintres et sculpteurs prestigieux (Matisse, Chagall, Bonnard, Braque, Rouault, Germaine Richier, Jacques Lipchitz, Fernand Léger, Jean Lurçat).

En 1973, le plateau d'Assy est le site d'une exposition de sculptures contemporaines « Sculptures en Montagne »[2] dont plusieurs œuvres sont encore en place aujourd'hui, notamment les quatre portes situées sur les accès au plateau d'Assy ou à Plaine-Joux : la Porte de l'Espace (Alexander Calder), la Porte du Soleil (Albert Féraud), la Porte Bleue (Gardy Artigas) et la Porte d'Eau (Agostin Cardenas). La sculpture dite de La Grande Échelle (1973) de Charles Semser se trouve sur la place de la Poste, au centre du village. Pierre Gastaud, Michel Guino et Ladislas Kijno ont également participé à l'exposition.

Risques naturels ou anthropiquesModifier

Un éboulement y a causé en 1970 la mort de 72 personnes, à la suite de quoi le gouvernement a créé une Commission interministérielle d'études des problèmes de la montagne et des risques naturels, avec un sous-groupe consacré aux risques de mouvements du sous-sol, piloté par le BRGM, pour notamment mettre en place un plan ZERMOS de cartographie hiérarchisée de localisation probable des risques de mouvements de sols ou sous-sol (cartes d'alerte et d'information, allant plus loin qu'un inventaire des risques connus)[3]. Ce travail a notamment été réutilisé pour les plans d'exposition aux risques, imposés par la loi sur l'indemnisation des catastrophes naturelles.

PersonnalitésModifier

C'est au plateau d'Assy qu'est décédée Marie Curie le .

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. CAUE de Haute-Savoie, « Le plateau d'Assy, première station sanatoriale de haute altitude en France » [PDF], Balades culturelles en Haute-Savoie, sur caue74.fr.
  2. [PDF] Anne Tobé, Sculptures en Montagne - Poème dans l'espace, CREHA, 1999
  3. [PDF] von L Monition, Les cartes des zones exposées aux risques des mouvements du sol et du sous-sol (plan ZERMOS), Orléans, Schriflicher Beitrag