Place Adolphe-Max

place de Paris, France

9e arrt
Place Adolphe-Max
Image illustrative de l’article Place Adolphe-Max
Le côté ouest de la place Adolphe-Max.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Saint-Georges
Voies desservies Rue de Calais
Rue de Vintimille
Rue de Bruxelles
Rue de Douai
Morphologie
Longueur 65 m
Largeur 56,40 m
Historique
Dénomination 25 janvier 1940
Ancien nom Place Vintimille
Géocodification
Ville de Paris 0061
DGI 0065
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Place Adolphe-Max
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La place Adolphe-Max, anciennement place Vintimille, est une place du 9e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Le quartier est desservi par les lignes de bus RATP 21 68 74 et par la ligne    aux stations Place de Clichy et Blanche. Les trains de la ligne   circulent également à la station Place de Clichy.

Origine du nomModifier

 
Adolphe Max.

Cette place doit son nom à Adolphe Max (1869-1939), homme politique belge et bourgmestre de Bruxelles.

HistoriqueModifier

 
Statue d'Hector Berlioz au centre du square Berlioz.

L'ouverture de la place est autorisée par ordonnance du 21 juin 1841[1] :

« Louis-Philippe, etc.,
vu l'offre faite par les sieurs de Greffulhe frères et Paul de Ségur, d'ouvrir sur des terrains dont ils sont propriétaires, à Paris, entre les rues Blanche et de Clichy, cinq rues dont une nouvelle place[2], sous certaines conditions exigées par l'administration municipale, et à la charge par eux de céder à la ville le sol des nouvelles voies publiques ;
le plan des alignements projetés ;
la délibération du Conseil municipal de Paris, en date du 20 novembre 1840 ; l'avis du préfet de la Seine, et les autres pièces produites ; l'article 52 de la loi du 16 septembre 1807 ;
notre Conseil d’État entendu, nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit :
  • Article 1 : les sieurs de Greffulhe frères et Paul de Ségur sont autorisés à former une place et à ouvrir cinq rues[2] sur des terrains dont ils sont propriétaires, à Paris, entre les rues Blanche et de Clichy dont la largeur des rues est fixée à 12 mètres.
  • Article 2 : l'autorisation ci-dessus est accordée à la charge, par les propriétaires, de céder gratuitement à la ville de Paris, le sol des nouvelles voies publiques, et de se conformer aux clauses et conditions exprimées dans la délibération du Conseil municipal, en date du 20 novembre 1840, sauf en ce qui concerne l'établissement des pans coupés et l'agrandissement de la place, qui ne sont point exécutoires d'après les alignements arrêtés par l'article premier ci-dessus ; et, en outre, à la charge d'établir sous les trottoirs, un caniveau pour l'écoulement des eaux ménagères et pluviales.
  • Article 3 : notre ministre secrétaire d’État de l'Intérieur, est chargé, etc.,
Donné au palais de Neuilly, le 21 juin 1841. »

Cette place est ouverte en 1844 sur une partie des terrains du nouveau Tivoli (ancien domaine du pavillon La Bouëxière) sous le nom de « place Vintimille ». La voie est nommée ainsi en l'honneur de la comtesse Philippe de Ségur, née de Vintimille du Luc, veuve en premières noces du comte de Greffulhe[3].

La place prend son nom actuel le 25 janvier 1940.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Notes, sources et référencesModifier

  1. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Ordonnance du 21 juin 1841 », p. 176
  2. a et b Rue de Vintimille, rue de Boulogne, rue de Calais, rue de Douai et place de Vintimille.
  3. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 693 [lire en ligne]